Ba-nou Makadji et le Nianan de Koulikorois : L’étau se resserre autour d’un homme aux abois

5

Après plus de 30 ans de suprématie, Banou Makadji est à la croisée des chemins. Il n’a jamais été aussi mal barré que ces derniers temps. Tout se jouera pour lui lors de la prochaine assemblée générale extraordinaire du comité directeur du Nianan de Koulikoro.

« On ne peut faire son temps et faire le temps des autres » sied parfaitement à Banou Makadji alias Bernard Tapie.  Mais le natif de Banamba ne semble pas comprendre cela en faisant croire surtout aux naïfs pardon aux  incultes qu’il demeure indispensable pour le football Koulikorois et en particulier pour le Nianan de la capitale de la Cité du Méguétan. Une aberration qui est en train de lui coûter  très cher après plus de 30 ans de suprématie  marqués par une gestion mafieuse et solitaire.

Banou Makadji, rattrapé par ses propres dérives

Après avoir regné en maitre absolu comme président du Nianan plus de 30 ans, Banou se retrouve à la surprise générale comme président de la ligue de football de Koulikoro sans un moindre audit de la gestion des fonds. Mais ce que l’histoire ne dit pas c’est que malgré qu’il soit le président de la ligue, c’est lui qui continuait à gérer en réalité le Nianan de Koulikoro. Pour se faire il fait élire pardon nommer Dr Abdoulaye Diarra qui réside au Gabon comme président. Ce qui est contraire aux statuts de la fédération malienne de football.  Mais le plus dramatique c’est que le club de la capitale de la Cité du Méguétan ne possédait aucun statut et règlement.  Du coup pour être membre ou président d’un club, d’un district ou de la ligue, il faudrait avoir la bénédiction du « tout puissant président » du football Koulikorois. Et tous ceux qui refusent de jurer à son nom, sont chassés, humiliés voire bannis des instances du sport roi de la 2e région du Mali. Ce n’est pas Mamadou Koné dit Matiti, Kader Maiga, Aba Diakité et aujoutrd’hui Ely Diarra qui diront le contraire. Ce fut le cas aussi au moment de sa splendeur dans les années 1990 où il faisait où défaisait les présidents de la fédération malienne de football. Et là aussi ce n’est pas Amadou Diakité, Tidiane Niambélé, Moussa Konaté, Boubacar Baba Diarra et Feu Hammadoun Kolado Cissé qui diront le contraire pour avoir été allié et ennemi en un moment de l’histoire. Comme on le dit souvent toute chose a une fin et ce qui est en train d’arriver depuis quelques jours lorsque Banou Makadji a commis l’irréparable en pensant vouloir se débarrasser du 2e vice-président du Nianan de Koulikoro en la personne d’Ely Diarra.  Son seul tort de ce dernier, c’est son refus total de signer une pétition commanditée par le duo Baba-Kolon pour faire reléguer le Djoliba, le CSK, le COB et l’Avenir de Tombouctou. Ce qui n’est pas du goût de Banou qui mange depuis dans les râteliers de la FEMAFOOT depuis qu’il a été sevré des ristournes du contrat entre la Société ivoirienne de Taule(SOTACI) et surtout de la fin du régime de son mentor d’ATT. Mais c’était sans compter sur les acteurs sportifs de la ville de Koulikoro qui en eu marre des dérives répétées de Banou. Rappelons que par la faute de ce dernier plusieurs bailleurs de fonds ont préféré partir tels que Kader Maiga, Aba Diakité à cause des agissements égoïstes du natif de Banamba. Du coup on assiste à des soutiens tant au niveau des acteurs sportifs, de la jeunesse et des notabilités coutumières et religieuses de la ville en faveur d’Ely Diarra.

Un homme sportivement fini

C’est ainsi que pour prouver leur soutien sans faille au 2e vice-président du Nianan et avec la bénédiction des chefs coutumiers et religieux de la ville, les supporters et sympathisants avaient organisé une caravane à travers la ville pour dénoncer les dérives autoritaires de Banou et exiger des statuts, un  règlement intérieur, un audit des fonds issus de la vente des joueurs, des subventions de la FEMAFOOT et les fonds issus du sponsor officiel de la fédération. Et pour se faire cela passe par la tenue d’une assemblée générale extraordinaire du comité directeur qui en plus d’un nouveau bureau, dotera le club des statuts et règlement. D’ailleurs cette demande a été adressée par le 2e vice-président , Ely Diarra au président du Nianan installé au Gabon avec ampliations à la FEMAFOOT, à la DRJS, au Préfet, au Maire de la Commune Urbaine de Koulikoro, au Comité Régional Olympique et Sportif, à la ligue de Koulikoro, à l’Association des anciens footballeurs, au Conseil régional de la jeunesse, au Conseil local de la jeunesse, au Conseil communal de la jeunesse et aux Archives/Chrono  depuis le 21 janvier 2016. A la surprise générale au lieu que le président réponde, c’est une marionnette de Banou membre du comité directeur qui répond au 2e vice-président en rejetant cette demande. Le comble c’est qu’il a fallu attendre cette demande  d’Ely Diarra pour la tenue d’une assemblée générale extraordinaire pour qu’on fasse comprendre que le comité directeur a été remembré le 9 janvier 2016 sans ce dernier et signé de Bakoroba Kané le 20 novembre 2015. Comment un bureau formé le 9 janvier 2016 peut-il être signé le 20 novembre 2015 ? Entre temps Banou Makadji avait tenté de dénigrer Ely Diarra et ses soutiens auprès des autorités administratives, de la jeunesse, des chefs coutumiers et religieux mais sans succès. Toujours à la recherché d’une popularité perdue à Koulikoro, le natif de Banamba part à la conquête des supporters du Stade pour aller organiser une manifestation de soutien en son nom avec des banderoles de soutien au comité exécutif dirigé par le duo Baba-Kolon et contre le président de l’Assemblée Nationale, Isaac Sidibé, député élu à Koulikoro lors du match amical entre le Stade et le Nianan le 30 janvier 2016 au stade Diarrah. Peine perdue car les supporters Blancs  refusent de se faire envoyer à la boucherie à Koulikoro et qui ont appris qu’ils étaient attendus de pied ferme par les jeunes de Koulikoro et les forces de l’ordre.

Pourquoi Banou veut-il toujours s’accrocher au club ?

Détesté et rejeté par la majorité des acteurs sportifs de Koulikoro à cause de ses mensonges ubuesques et de ses comportements égoïstes, Banou Makadji   croit pouvoir tourner la situation en sa faveur par tous les moyens voire par la violence. Cela se comprend quand on sait que l’homme est en faillite financière depuis le départ du sponsor de la SOTACI et de l’exil de son mentor d’ATT sans oublier que le sponsor officiel de la fédération a mis les clés sous le paillasson suite à la crise qui secoue le football malien depuis le 10 janvier 2015. Son seul salut demeure donc le Nianan de Koulikoro du fait de sa présence en ligue 1 où il pourra s’appuyer pour se faire une virginité financière.  En témoigne le bilan de la saison sportive 2014-2015 où  tous les produits alimentaires, l’eau, la glace sont payés à Bamako dans la boutique appartenant à Banou Makadji. Sinon comment comprendre depuis plus de 30 ans de sa splendeur financière, Banou n’a jamais daigné d’investir dans la ville de Koulikoro « Malgré tous les moyens financiers colossaux amassés depuis plus de 30 ans sur le dos du Nianan, Banou ne possède une seule boutique ou susciter la moindre initiative génératrice pour les joueurs après la fin de leur carrière de footballeur » confie un supporter du club.

Sadou Bocoum

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. De toutes les faxons il parler pour le plaisir de parler. vous les stadistes, vous pensez que le Djoliba AC va descendre en 2eme division? Il faut rever de cela. On n’a pas besoin d’un texte, nous avons besoin de la cohesion et de la paix. Nous cherchons la paix et si Baba Diarra ne veut pas la paix il nous trouvera sur le chemin

  2. ……..En déhors du NIANAN, cet homme a detruit le foot ball dans la région de KOULIKORO car, des clubs comme le BAOULE CLUB DE DIOILA et bien d'autres ont été régulièrements mis à l'écart du profit du NIANAN. Nous avons perdu certains matchs de coupe du MALI contre le NIANAN grâce à la clémence de certians arbires. BANOU faisait tout pour nous barrer la route Je me rappele en 1997, le BAOULE CLUB DE Dioila devrait réprésenter la région de KOULIKORO pour la montée en première division après un match nul 1-1 à kolokani et 0-0 à Dioïla au retour. L'arbitre nous a bien expliqué avant le match qu'en cas de nul 0-0, c'est Dioïla qui monte et à 1-1, on passe au prolongation. Malgré ce match vierge 0 partout, la ligue de Koulikoro a réfusé d'appliquer la règle qui s'applique partout dans le monde et voulait coute que coute que le match soit rejoué. Dioïla a réfusé et KOLOKANI a été désigné pour réprésenter la région pour la montée et a fini dernier du tournoi. La saison suivante, Dioïla a terminée encore prémier de la région et nous sommes montée en Prémière division avec nos propres moyens certes très limité mais, avec un coeur de compétiteur et un commandant M. SYLLA très déterminé. 30 ans pour de piètres résultats, il doit avoir la sagesse de partir. Chaque chose a besoin de rénouvellement .

  3. Allez au Diable. Sans le Djoliba et le Stade il n y pas pas de de Football au Mali. Les autorites ne sont pas naifs. Il des enjeux sportifs, sociaux et surtout economiques. Demandez s il vous plait a Orange de sponsoriser le champoinnat sans le djoliba ou le stade. Posez vous la question pourquoi tous ce probleme malgre les forfaits. Releguer le djoliba n a aucun sens, les autorites qui ont un certain niveau le savent bien, ils ne le laisseront jaimais faire. Pour Ceux qui parlent d appliquer la loi, ils n ont pas en memoire que IBK a liberer un criminel, qui s est evade et a tue un garde. Que dit la loi dans ce cas. Pourquoi il l a fait malgre ses dizaines de conseillers. He Bien c est simple c est pour l interet du Mali. Que quelqu un d entre vous aille tuer un soldat, et essaye de beneficier de la meme clemence. Pour l interet du Foot malien ils ne laisseront jamais le Djoliba releguer en deuxieme division. Niambele le sait, il a utilise cet arme. Chacun se bat avec son arme. KK l a dit le jour ou le fleuve djoliba n aura plus d eau, en ce moment le djoliba ira en deuxieme division. IL suffit de reflechir un peu pour savoir ce qui se fera.

  4. pitoyable cette chasse à la sorcière .par respect à votre profession arrêtez votre subjectivisme .un vrai journaliste se doit d’être impartial ;rapporter les faits et non les commenter .c’est décevant.

  5. Pour dire à Bocoum que ce n’est pas par une pétition qu’un club est relégué, c’est par une disposition élaborée sous la signature du président de la FEMAFOOT à l’époque, cesse de jouer à la masturbation intellectuelle prends ton gain ne te ridiculise pas . Le REAL a été suspendu de la coupe du Roi d’autres grands clubs ont été relégués ça ne commence pas par le Djoliba c’est ça aussi être un sportif d’autres diront que ça fait parti des charmes du sport. Tu es plus actif que FANE lui même.

Comments are closed.