Barça – Betis Séville (3-1) : Barcelone maintient la pression sur l’Atlético et le Real Madrid

0
Barcelone
Eurosport – Barcelona’s Lionel Messi celebrates a goal against Real Betis during their La Liga soccer match at Camp Nou stadium in Barcelona April 5, 2014. REUTERS

Sans briller, Barcelone a battu le Betis Séville grâce à un doublé de Messi (3-1) pour rester à un point de l’Atlético. Le Real Madrid n’aura pas le droit à l’erreur dans la soirée.

Le Barça peut souffler. Malmené sur sa pelouse par le Bétis Séville, le FC Barcelone s’est finalement imposé (3-1), bien aidé par l’arbitre de la rencontre. Friables défensivement et peu en verve offensivement après vingt bonnes minutes, les Catalans ont bénéficié de deux penalties généreux pour faire la différence face au dernier de la Liga. Lionel Messi a inscrit un doublé et rejoint Diego Costa à la deuxième place du classement des buteurs avec vingt-cinq unités. Le Barça, lui, reste à une longueur de l’Atletico Madrid, vainqueur un peu plus tôt de Villareal (1-0).

 

 

Deux plus trois qui font cinq penalty. Décidément, les arbitres de Liga sont plus que généreux avec le FC Barcelone depuis quatre matches. Après la double sanction litigieuse lors du Clasico (penalty plus carton rouge pour Sergio Ramos alors que la faute est plus que légère), les Catalans ont encore une fois bénéficié de deux penalties plus que généreux. Bien utile dans une rencontre où le Barça a connu bien plus de soucis que prévu.

 

 

Pourtant, les joueurs de Tata Martino ont bien débuté le match, Bartra (10e) et Xavi (12e) manquant de peu l’ouverture du score. Mais à force de défendre de plus en plus bas, les joueurs du Bétis ont fini par craquer, lorsque Figueiras a légèrement accroché Alexis Sanchez dans la surface de réparation. Généreux à défaut d’inexistant, le penalty a permis à Lionel Messi et aux Catalans d’ouvrir le score (15e, 1-0). Le début alors d’un tout autre match, les Barcelonais laissant désormais le ballon aux Sévillans.

 

Maître du ballon, le Bétis a cependant cédé une deuxième fois, lorsque le malheureux Jordi Figueiras a trompé son propre gardien sur un centre de Sanchez (67e, 2-0). Loin d’être abattu, Séville a réagi immédiatement. Déjà plusieurs fois dangereux en contre (16e, 19e, 26e, 64e, 65e), les Sévillans ont fini par trouver le cadre et Ruben Castro en a profité pour relancer le suspens (69e, 2-1). En grosse difficulté pendant un quart d’heure, les Barcelonais ont cependant bénéficié d’un deuxième penalty à l’issue d’une action qui fera encore polémique. Sur un centre de Neymar, l’arbitre de la rencontre, a estimé que le défenseur andalou faisait main. Le bras collé au corps, il n’agrandissait pas sa surface de contact et la main était tout sauf volontaire : le penalty n’aurait pas dû être sifflé. Messi ne s’est pas embarrassé et l’a transformé en deux temps (86e, 3-1), ramenant le Barça à un point de l’Atlético. Mais les Catalans n’ont pas vraiment rassuré à trois jours du quart de finale retour à Vicente-Calderon.

 

PARTAGER