Botswana-Mali :Seydou Kéïta, élu homme du match Orange

0
3
Seydou Keita avec son trophée

C’est deux victoires et une défaite, soit six points que les Aigles du Mali ont obtenu, hier, leur qualification pour les quarts de finale de la 28ème Coupe d’Afrique des Nations au bout du suspens.

La victoire face au Botswana (2 buts à 1) grâce à Garra Dembélé et Seydou Kéïta, permettra à l’équipe du Mali d’affronter le dimanche les Panthères du Gabon en quart de finale. Tandis que le Ghana, premier du groupe, avec 7 points affronteront la Tunisie.

Je suis très content de cette qualification pour les quarts de finale. Je félicite mes joueurs pour ce beau match. Il faut reconnaitre que  c’est dans l’angoisse que nous avons eu le résultat de l’autre match. Je pense que nous avons obtenu l’un de nos objectifs dans cette compétition.

Nous allons maintenant préparer le prochain match contre le Gabon. Un match de ce genre contre le pays organisateur est toujours difficile. Je suis convaincu que ce sera une belle affiche. Nous allons mettre en place notre stratégie pour affronter cette équipe que je connais. La route est ouverte». Ces propos sont de l’entraineur des Aigles du Mali, Alain Giresse, après la qualification pour les quarts de finale.

L’ambiance était au rendez-vous au sein de l’équipe du Mali après le coup de sifflet finale de l’arbitre au Stade de l’amitié sino-gabonaise de Libreville. Seydou Kéïta et ses coéquipiers, après le match nul  du Ghana face à la Guinée (un but partout)  sont allés saluer les  nombreux supporters qui les ont soutenu jusqu’au bout.

Après Ghana en 2008 et Angola en 2010, les Aigles du Mali viennent de franchir le premier tour de la CAN. C’était l’un des objectifs majeurs de l’entraîneur Alain Giresse et de certains joueurs. Le plus difficile reste maintenant à faire face au Gabon, le dimanche 5 février, au Stade de l’Amitié de Libreville.

Pour le capitaine des Aigles du Mali, Cédric Kanté : «Ce n’est pas toujours les favoris qui gagnent le plus souvent.  Nous avons le temps pour préparer cette rencontre contre le Gabon. Nous sommes convaincus que nous allons continuer l’aventure jusqu’au bout». 

Il faut préciser que le Sily National de Guinée et le Botswana sont éliminés de la compétition.

Alou B  HAIDARA

Les coulisses

Soudan: Bagarre entre joueurs

Une rixe entre deux joueurs de l’équipe du Soudan, dégénérant en bagarre générale, s’est produite dans le restaurant de leur hôtel vendredi dernier à Bata, selon des employés de l’établissement. Ni l’identité des protagonistes, ni le motif de la dispute n’ont été divulgués.

Le coordinateur de l’équipe, Ayman Adar, a de son côté confirmé l’incident en le minimisant. “Ce n’était rien, a-t-il estimé. Ils se sont disputés comme on peut se disputer dans une famille. Ensuite, le plus jeune est allé voir son aîné, ils se sont réconciliés et sont maintenant de bons amis“. Le Soudan, qui a passé le premier tour d’une CAN pour la première fois depuis 1970, affrontera la Zambie en quarts de finale.

Adel Chedli exclu du groupe tunisien

Adel Chedli a été exclu de l’équipe nationale de Tunisie, ce mercredi, pour “manque de respect envers le staff“. Le milieu de l’Etoile du Sahel, pas aligné lors des deux premières rencontres de Coupe d’Afrique des nations des Aigles de Carthage, contre le Maroc (2-1) puis face au Niger (2-1), a “estimé après le deuxième match que la victoire de la Tunisie n’était pas logique“. En tribune mardi face au Gabon (0-1), l’ancien joueur du FC Sochaux-Montbéliard (35 ans) a été définitivement exclu du groupe tunisien. Chedli avait annoncé son intention de mettre un terme à sa carrière internationale après la CAN

La Guinée Equatoriale jette l’éponge ! 

Venue élire domicile au quartier général des Eléphants, la sélection équato-guinéenne a finalement quitté l’hôtel Sipopo mardi.

Première victoire de la Côte d’Ivoire dans le choc qui va l’opposer samedi à la Guinée Equatoriale en quart de finale de la CAN 2012. Comme souhaité par le camp ivoirien, l’équipe nationale du deuxième pays hôte de la CAN 2012 a quitté l’hôtel Sipopo de Malabo pour l’hôtel Président. C’est l’issue d’une lutte d’influence et d’intimidation dans laquelle la Guinée équatoriale s’était engagée dans l’espoir de perturber les Eléphants avant la grande confrontation de samedi. La Guinée équatoriale avait expressément élu domicile au quartier général de la sélection ivoirienne à son arrivée à Malabo. Une situation qui n’avait pas plu au président Sidy Diallo.

Les joueurs ne se parlaient pas

Le patron de la Fédération ivoirienne de football n’a, d’ailleurs, pas hésité à envoyer un courrier de protestation auprès de la CAF. Un courrier qui était resté sans suite. Depuis la confirmation de leur confrontation, la tension était montée d’un cran entre les deux sélections. Ces derniers jours, l’atmosphère était devenue très lourde. Les joueurs des deux équipes ne s’adressaient même pas la parole quand ils se rencontraient au hall de l’hôtel. La cohabitation était devenue impossible entre Ivoiriens et Equato-guinéens.

Et, au moment où on s’y attendait le moins, la Guinée Equatoriale a plié bagages mardi pour un autre établissement hôtelier. Au grand soulagement de la délégation ivoirienne. « Ça faisait quand même bizarre qu’on soit logé dans le même hôtel que nos prochains adversaires. Même si on était zen, on sentait que les Guinéens faisaient tout pour nous indisposer. Mais, tout est fini. Nous on reste concentré sur notre mission qui est de ramener le trophée à Abidjan », nous a confié un Eléphant

Echoscan

 

3ème journée du Groupe D (Botswana-Mali 1-2) :

Les aigles y parviennent quatre ans après

Les Aigles du Mali se sont qualifiés pour les quarts de finale de la CAN 2012 en battant le Botswana (2-1) et en profitant du nul de la Guinée (1-1) devant le Ghana qui termine premier du groupe D. Les quarts: Zambie-Soudan, Côte d’Ivoire-Guinée équatoriale, Gabon-Mali et Ghana-Tunisie débuteront le samedi 4 février prochain.

e Mali pouvait se qualifier en perdant mais pouvait être éliminé en gagnant… Il a finalement gagné face au botswana (2-1) et a bénéficié du nul de la Guinée devant le Ghana (1-1), évitant aux supporteurs d’avoir à épiloguer sur les règlements. Les calculs arithmétiques et projections compliquées des différents scénarios possibles ont-ils paralysé les Maliens pendant une heure?

En tout cas, les Aigles n’avaient rien d’oiseaux de proie face aux moineaux du Botswana. Les hommes d’Alain Giresse ont proposé un jeu lent et prévisible face à une équipe, qui, regroupée à onze derrière, visait visiblement le 0-0, histoire de ne pas repartir de sa première CAN avec un zéro pointé.

Le but du Botswana par Mogakolodi (51e) a eu le mérite de sortir quelque peu le Mali de sa léthargie par Garra Dembélé qui reprenait à bout portant un ballon détourné d’un arrêt réflexe par le gardien sur une tête de Modibo Maïga (56e). Seydou Keita d’un astucieux tir brossé d’en-dehors de la surface donnait ensuite la victoire au Mali (2-1).

Pas de quoi pavoiser… Une fois la victoire assurée, encore fallait-il attendre que la Guinée ne gagne pas contre le Ghana (ou en marque quatre…) à Franceville.

Au coup de sifflet final, les Maliens, enlacés sur le terrain, ont dû attendre six longues minutes pour connaître leur sort. Avant d’exploser de joie et de fêter longuement la qualification.

Après deux éditions manquées, les coéquipiers de Seydou Kéïta, meilleur joueur de la coupe du monde junior 1999, ont fini par traversé le cap du premier tour qui les  manquait depuis l’édition de 2004.

Le premier tour de cette CAN a donc livré son verdict et offrira au moins deux affiches équilibrées. Avec le Mali, Alain Giresse retrouvera en quart de finale son ancienne sélection, le Gabon. A domicile, les Panthères partiront néanmoins favorites en raison de ce qu’elles ont montré depuis dix jours. Ghana-Tunisie s’annonce aussi intéressant avec des Black Stars qui peinent à monter en puissance et des Tunisiens sans complexe.

La Zambie d’Hervé Renard partira avec la faveur des pronostics face au Soudan tout comme la Côte d’Ivoire face à la Guinée équatoriale, l’autre pays hôte dont la présence dans le tableau final est une première. Les demi-finales opposeront le vainqueur de Zambie-Soudan à celui de Ghana-Tunisie et de Gabon-Mali à celui de Côte d’ivoire-Guinée équatoriale.

Clarisse NJIKAM

Les brèves de la CAN

Habib Sylla, une fierté nationale

Le président de l’Association des Journalistes Sportifs du Mali (AJSM) Oumar Baba Sylla s’est déplacé, hier, en personne en compagnie de certains membres du bureau pour aller remercier le président  du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HEME), Habib Sylla, pour tous les efforts qu’il ne cesse de déployer pour l’accueil des confrères maliens en terre gabonaise. Le premier responsable des Maliens de l’extérieur s’est personnellement occupé de toute la délégation malienne notamment des journalistes sportifs qui ont effectué le déplacement sur le Gabon dans le cadre de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). C’est lui qui a pris en charge l’hébergement de certains reporters (une dizaine)  venus à leur propre frais à leur arrivée à Libreville en provenance de Franceville. Ils sont logés dans l’un des meilleurs hôtels de la capitale gabonaise. Sans oublier son appui financier à la communauté malienne au Gabon dans le cadre de l’organisation de cette CAN à hauteur de plusieurs millions de nos francs. Ce qui a, d’ailleurs, permis de bien accueillir les Maliens notamment les journalistes. A ce geste, s’ajoutent les efforts que le président Habib Sylla déploie quand l’équipe nationale du Mali joue. Il met à la disposition des supporters des Aigles du Mali des milliers de billets.

Avec l’Association des Journalistes Sportifs du Mali (AJSM), le président du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur souhaite un partenariat pour une meilleure collaboration. Cela en vue de mieux véhiculer les actions de son institution.

  La prime d’Eto’O aux Panthères

Beaucoup de Gabonais se posent aujourd’hui la question de savoir le lien entre le Président Ali Bongo  et l’international Camerounais, Samuel Eto’o Fils. Puis que  le joueur le mieux payé du monde est très fréquent au Gabon ces derniers temps. Il était présent au Stade de  l’Amitié de Libreville à côté d’Ali Bongo lors du premier match des Panthères du Gabon face au Niger (2 buts à 0). Selon de sources concordantes, Samuel Eto’O aurait offert 10 millions de FCFA à chaque joueur gabonais, après cette première victoire.  Sans compter l’enveloppe que le Président Ali Bongo a remise aux Panthères.

Selon plusieurs gabonais, Ali Bongo est en train d’offrir des opportunités d’investissement à l’ancien joueur du FC Barcelone. On parle déjà au lancement d’une nouvelle société de téléphonie au Gabon.

La contribution d’Eto’O aux Camerounais du Gabon

Dans le cadre de cette 28ème Coupe d’Afrique des Nations de football, Samuel Eto’O a fait un geste très salutaire aux Camerounais vivant au Gabon. Ce geste concerne surtout ses compatriotes qui disposent de taxis. Grâce à Samuel Eto’o, ces gens ont bénéficié d’un contrat avec les autorités gabonaises qui peuvent leur apporter 140 000 FCFA par jour jusqu’à la fin de la CAN. D’autre part, ces taxis transportent gratuitement les supporters jusqu’au Stade avant et après le match. Le carburant est à la charge de l’Etat gabonais. L’un des taximan béninois a salué ce geste patriotique d’Eto’o à ses frères camerounais.

Ali Bongo, le pigeon voyageur 

Le président de la République du Gabon, Ali Bongo, est vraiment un pigeon voyageur. Il passe tout son temps entre les avions.  Et son déplacement par avion  dérange la circulation. Toutes les routes de Libreville sont occupées par les forces de l’ordre. Ce qui crée l’embouteillage surtout dans un pays où il n’y a pas assez de routes pour mieux circuler. Le mardi dernier, la délégation malienne était obligée de quitter avant l’heure prévue pour le décollage l’aéroport international Omar Bongo de Franceville pour se rendre à Libreville. Tout simplement, parce que le Président Ali Bongo devrait se rendre au Stade de Franceville pour assister au dernier match de poule des Panthères du Gabon face au Gabon.

 

Je n’aime pas la défaite

Cette petite phrase est du président de la République du Gabon, Ali Bongo. C’est pourquoi, quand les Panthères jouent, il est stressé jusqu’à ce que son équipe marque un but. C’est après qu’il commence à manifester sa joie souvent même en dansant. Lors du match contre les Lions de l’Atlas du Maroc, le Président Gabonais était méconnaissable quand le Maroc a égalisé le deuxième but. Heureusement, les Panthères sont revenues à la charge en mettant un troisième but. Ce fut un grand ouf de soulagement pour Ali Bongo. C’est dire que l’équipe du Gabon est avertie puisque l’objectif pour le Chef de l’Etat n’est autre que la Coupe.

 

Alou B HAIDARA à Franceville

 


NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.