Boukary Sidibé «Kolon» à propos du match Stade malien/Coton Sport : «Mon équipe dispose des moyens pour inverser la tendance…»

5

En vue de la manche retour, Stade malien/Coton Sport de Garoua comptant pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions, le n°1 du club, Boukary Sidibé «Kolon» nous a accordé une interview. Convaincu et confiant, il nous parle de la défaite (3-0) de son équipe à l’aller et se projette sur le match retour ainsi que les conditions dans lesquelles ils comptent l’aborder. Exclusivité !
   

Boubacar Kolon Sidibé, président du Stade malien de Bamako très heureux de la prestation de ses poulains
Boubacar Kolon Sidibé, président du Stade malien de Bamako très heureux de la prestation de ses poulains

Bama Sport : La défaite du Stade malien (3-0) à Garoua reflète-t-elle réellement la physionomie du match ?

Boukary Sidibé «Kolon» : Je vous dirais sans hésiter que Non ! C’est un match qui a été âprement disputé. J’avoue que nous avions tardé à rentrer dans le match et les Cotonniers ont scoré très rapidement. Les deux premiers buts du Coton Sport de Garoua sont propres, mais sur l’ensemble du match et dans le jeu, le Stade malien a eu plusieurs fois l’occasion de revenir. Ceci dit, n’eut été les aléas du foot, on serait retourné à Bamako avec un score raisonnable de 2 buts à 1 ou de 2 buts partout. Mais, ce n’est que partie remise pour le match retour.

Avez-vous le sentiment que le Stade malien peut inverser la situation à Bamako, c’est-à-dire, réalisez ce que d’aucun croit impossible ?
Ce qui est important dans cette rencontre, c’est que moi, en tant que président et supporter du Stade, je suis convaincu que mon équipe est meilleure à celle du Coton Sport de Garoua.  Elle a essayé de conforter son avantage chez elle, mais j’ai la ferme conviction que mon équipe dispose des moyens pour  inverser la tendance. C’est pour cette raison que nous nous investissons afin de mettre les garçons dans les conditions idoines pour pouvoir réparer les ratées de Garoua.

Vous venez de vous entretenir avec le bureau des supporters. Peut-on connaître les grandes lignes de vos échanges ?
Les supporters constituent le douzième homme. A cet effet, il est important de les sensibiliser sur l’importance de leur rôle dans la vie du club, mais surtout pour ce match précis. Ce samedi, nous sommes appelés à remonter trois buts. Cela sous-tend que les garçons sont appelés à se surpasser et à fournir plus d’efforts que leurs adversaires. Donc, je leur ai dit que sans leur concours et sans leur engagement continuel durant les 90 minutes, on n’y arrivera pas. Aussi, je voulais leur parler de comment nous comptons préparer cette manche retour. Au cours des échanges, j’ai insisté sur le fait que sans les supporters, nous n’y arriverons pas, même si les garçons ont la bonne volonté. Même s’ils sont convaincus qu’ils peuvent réussir ce samedi, je pense que l’apport des supporters sera déterminant pour le résultat final.

Le public seul du Stade malien ne suffira pas ce samedi. Quel appel avez-vous pour le monde sportif afin que le Stade malien et le Mali réussissent une qualification historique pour la phase des poules de la Ligue des Champions ?  
En tant que dirigeant sportif, quand j’ai parlé de douzième homme, il ne s’agissait pas singulièrement des supporters du Stade malien. Pour moi, c’est une affaire du Mali et aujourd’hui, le Stade malien représente la Nation malienne dans cette compétition. Je lance un appel à tous les sympathisants et adeptes du football à sortir massivement pour soutenir et donner de la voix en faveur du Stade malien, afin que le seul club malien encore en course puisse effectivement saisir cette opportunité pour accéder à la phase des poules. Raison pour laquelle je me dis que le soutien du public est déterminant. Je saisis cette occasion pour solliciter la bénédiction de nos parents, de nos aînés ainsi que les personnes de bonne volonté afin que leurs prières et bénédictions nous accompagnent dans cette épreuve qui sera difficile. Ce ne sera pas un match facile, mais je suis confiant.

Quelles stratégies avez-vous mises en place pour motiver la troupe en dehors de les mettre au vert à l’hôtel Olympe ?
C’est l’occasion, à travers cette question, de vous informer que c’est la Fédération malienne de football (Femafoot) qui a pris en charge l’hébergement et la restauration de la délégation en vue du match retour. Cela prouve également l’engagement de la Fédération dans la préparation de ce match retour.
Ce qui me touche en tant que président du Stade malien, c’est que la motivation des joueurs n’est pas financière. Selon eux, c’est la qualification qui est le plus important et tout ce qui touche la finance, c’est après. Donc, cela dénote le climat de sérénité et de confiance qui règne au Stade malien de Bamako. La motivation est que nous sommes à un tournant historique. L’année dernière, nous sommes sortis à ce stade de la compétition dans des conditions très difficiles au Caire. Cette année, on est tombé sur Coton Sport et on s’était dit que c’était moins huppé que Al Ahly. Maintenant, avec ce match retour à domicile, voir cette chance nous échapper, ne peut être qu’un fait de Dieu. Mais, je suis convaincu que Dieu sera ce samedi avec le Stade malien de Bamako.
Aujourd’hui, la motivation pour nous viendra après le match. Il ne s’agit pas des émoluments intrinsèques des joueurs, mais la motivation des joueurs, c’est d’abord par rapport à leur carrière footballistique. Ils rêvent tous d’inscrire dans leur palmarès qu’ils ont joué contre le Coton Sport de Garoua et qu’ils ont gagné quatre buts à zéro pour accéder, pour la première fois dans l’histoire du football malien, à une phase des poules de la Ligue des Champions.

Votre dernier mot ?
Je me fie et j’implore le Bon Dieu d’accompagner le Stade malien de Bamako dans cette rencontre décisive. Je demande la bénédiction de nos pères, de nos mamans, de nos aînés et de tout le public sportif malien pour que nous puissions relever ce défi qui est un défi très exultant. Mais, d’ores et déjà, en tant que président, je suis très confiant.
Propos recueillis par MADOUFING   

Stade malien de  Bamako/Coton Sport de Garoua
Impossible n’est pas Stadiste !
C’est un climat de sérénité et de confiance qui régnait, le mercredi 1er mai 2013 à Sotuba, lors d’une séance d’entraînement de l’équipe en vue du match, Stade malien/Coton Sport comptant pour les huitièmes de finale retour de la Ligue des Champions. Les supporters, à l’unanimité, mesurent tous l’importance de ce match pour la vie du club. Ils appellent à une mobilisation générale et sans faille pour pousser les nôtres à la victoire finale. De la place Tchétchénie en passant par la place FIFA, le discours était clair : arracher la victoire et jouer une qualification historique en phase des poules de la Ligue des Champions.  C’est  ce  qui ressort  de  ce micro-trottoir  que nous avons réalisé.
Daye Kéïta (Comité Dibida) : «Nous avons les ressources et les moyens de réussir cette mission…»
Il faut qu’on se mobilise à tous les niveaux. Il faut faire confiance à l’équipe et aux joueurs. Je demande aux joueurs de donner le meilleur d’eux-mêmes et de faire honneur au Mali. Nous avons tous le même objectif, c’est-à-dire, remonter d’abord les trois buts et envisager ensuite la qualification. Nous avons les ressources et les moyens de réussir cette mission. C’est la mobilisation du début jusqu’à la fin qui permettra aux joueurs de se surpasser. Je prie le Bon Dieu pour qu’il guide les pas du Stade malien de Bamako en lui permettant de surmonter les trois buts et de renverser la vapeur  ce samedi au Stade Modibo Kéïta de Bamako.
Ibrahima Touré «Sorcier»  (ancien joueur) : «Le travail et l’unité sont indispensables pour réussir cette opération commando…»Sorcier
Avant tout propos, je me confie à Allah Le Tout-Puissant. Ce n’est pas une mission facile. Remonter trois buts est certes difficile, mais ce n’est pas non plus impossible. Le travail et l’unité sont indispensables pour réussir cette opération commando. Je dirai que l’équipe a les moyens de renverser la situation et de se qualifier. Nous avons réussi dans le temps à renverser des situations de ce genre et ce n’est pas une première pour le Stade. Pour mémoire, Djaraf de Dakar avait battu le Stade malien à Dakar (3-0). Au retour, le Stade a inscrit quatre buts et Lamine Traoré «Jules» seul avait marqué trois buts. Donc, cela dénote que c’est une mission qui peut être réalisée. J’invite les joueurs qui seront sur le terrain à être soudés et à rester solidaires du début jusqu’à la fin. Ils doivent tous défendre et attaquer ensemble. Aux supporters, je leur demande de jouer leur rôle  qui est celui du 12ème homme.
Mahamadou Diaby (Comité des vieux du Stade) : «Durant les 90 minutes, nous allons obtenir ce que nous recherchons…»
Pour le match de demain, nous n’avons qu’une seule idée dans la tête : la qualification historique pour la phase des poules de la Ligue des Champions. Je ne peux pas vous dire quel sera le score, mais nous sommes convaincus que nous nous qualifierons. Nous faisons confiance à l’équipe et à l’encadrement technique, et il ne nous reste plus qu’à implorer Dieu pour qu’il nous faciliter la tâche.  Inch Allah, le Stade malien jouera la phase des poules de la Ligue des Champions. Nous invitons tous les Stadistes, tous les supporters d’autres clubs et tous  les amoureux du ballon rond à sortir massivement pour donner de la voix en faveur  de nos joueurs. Nous avons horreur de la violence. Je demande donc aux supporters d’avoir de la patience et de rester très mobilisés pour pousser les joueurs à la qualification. Durant les 90 minutes, nous allons obtenir ce que nous recherchons.
Madou Diakité : «Nous allons pousser notre équipe à la victoire finale…»
Je ne respire que par le Stade. Nous sommes davantage mobilisés derrière notre équipe et la défaite à l’aller ne remet nullement en cause notre détermination à pousser notre équipe à remonter les trois buts et d’accéder ensuite à la phase des poules. Nous gardons espoir et nous sommes convaincus que les Blancs ont les moyens de revenir dans la partie et d’arracher la qualification. Ce soir, je suis venu aux entraînements avec mon micro et ma trompette pour dire aux joueurs que nous sommes fiers d’eux et que nous allons les soutenir jusqu’au bout, afin d’arracher la qualification. La mission n’est pas impossible, il faut croire et aller chercher cette qualification malgré le retard de trois buts. C’est également un message à l’endroit de mes collègues supporters pour dire qu’il ne faut jamais renoncer. Nous allons sortir pour remplir le stade Modibo Kéïta et pousser notre équipe à la victoire finale.
Seybou Diallo : «Nous devons être plus présents dans les moments difficiles…»
Je n’ai jamais été inquiet par ce match. Inch Allah, le Stade malien de Bamako obtiendra sa qualification, demain, pour la phase des poules de Ligue des Champions. J’appelle les supporters à la patience. Le match de football se joue en 90 minutes et c’est l’attitude des supporters qui peut favoriser une bonne entrée dans le match de l’équipe. Nous devons être plus présents dans les moments difficiles et c’est ce que les joueurs et l’encadrement technique attendent de nous, supporters. Notre rôle est de supporter du début jusqu’à la fin et il ne faut pas qu’on se trompe de cette mission. J’invite également au fair-play tout au long de la partie. Notre objectif, c’est bien la qualification, mais si nous ne l’obtenons pas, ce n’est pas la fin du monde. Le football est avant tout un jeu et nous espérons vivement que notre équipe nous donnera la joie de vivre.
Massira Diarra «Mass» (Comité de Sotuba) : «Nous invitons à l’union sacrée, car c’est avant tout une affaire nationale»
«Je félicite les supporters qui font l’union sacrée derrière l’équipe. Nous allons montrer à la face du monde que la défaite (3-0) à l’aller était un faux pas. Les joueurs, l’encadrement technique, les dirigeants et les supporters sont conscient de l’enjeu de ce match. Nous sommes tous à pied d’œuvre pour renverser la situation chez nous. Ce n’est pas une mission facile certes, mais si nous travaillons en synergie, nous allons obtenir la qualification. Dans notre comité, nous sommes déjà à l’œuvre. Notre président Magassouba a appelé à la solidarité et invité tout le monde à l’unisson derrière l’équipe. Une fois encore, nous invitons à l’union sacrée, car c’est avant tout une affaire nationale.
Souleymane Diarra (comité Gigla) : «L’équipe aura besoin de nous demain pour réaliser nos rêves…»
Si les commentaires de ceux qui ont eu la chance de voir le match aller à Garoua sont sincères, je suis convaincu que nous allons éliminer le Coton Sport demain. Au comité Gigla, nous sommes mobilisés et nous allons tout entreprendre pour réussir la mission. Il faut que les supporters comprennent que l’équipe aura besoin de nous demain pour réaliser nos rêves. Nous allons pour applaudir et encourager les joueurs, même dans les moments difficiles. Quel que soit le résultat, il faut applaudir les jeunes et leur encadrement. C’est sûr qu’ils auront une pression sur les épaules et c’est aux supporters de les mettre en confiance, de les pousser vers le bonheur.
Alou Soumaré  (comité Djicoroni Para) : «Les joueurs ont l’envie d’écrire une nouvelle page de l’histoire…»
Nous sommes convaincus que les joueurs ont l’envie d’écrire une nouvelle page de l’histoire du Stade et du Mali. Donc, nous les supporters, avons une seule idée dans la tête : la victoire ou rien. Partout où se trouvent les supporters du Stade malien de Bamako, nous les invitons à la mobilisation et à faire des bénédictions pour une qualification historique. Cette mission est à la portée du Stade malien de Bamako et nous devons l’accompagner pour qu’il réussisse. A Djicoroni Para, nous avons pris toutes les disposions et Inch Allah, avec l’accompagnement de Dieu, nous allons nous qualifier pour la phase des poules de la Ligue des Champions.
Mamadou Makadji «La Voie» (comité Gigla) : «C’est un match de football, quel que soit le résultat final…»
Ça va être un match difficile demain. Mais, si nous (les supporters) restons unis derrière l’encadrement technique et les dirigeants, nous verrons un match très facile. Notre rôle, c’est de sortir très tôt habillé aux couleurs du Stade pour prendre d’assaut les gradins du stade Modibo Kéïta. Nous n’avons pas à nous  immiscer dans la partie technique, nous devons plutôt donner de la voie à l’équipe avec nos tam-tams et nos sifflets. Il ne faut surtout pas de jet de projectiles, ni de jets d’eau. C’est avant tout un match de football et ça demeurera comme tel, quel que soit le résultat final. Dans un match de football, le supporter doit s’attendre à trois résultats possibles : la victoire, le match nul ou la défaite. Nous espérons demain que Dieu nous facilitera cette victoire.
Réalisé par MADOUFING

Source Bama Sport pour Maliweb.net

PARTAGER

5 COMMENTAIRES

  1. I really appreciate your well thought-out content. You’ve really made it interesting and engaging to read. I agree with your views on this subject. It’s great to find a writer that cares about their content.

Comments are closed.