Cameroun : Samuel Eto’o au Daguestan… pour la beautĂ© du sport

0
60 millions d’euros sur trois ans, c’est le montant du contrat signĂ© par le joueur. © SAMUEL ETO’O.COM

Aussi cĂ©lèbre pour son talent que pour son caractère bien trempĂ©, pour ses Ă©moluments que pour sa lĂ©gendaire “modestie”, Samuel Eto’o est adulĂ© par les uns, honni par les autres. Le lion indomptable ne laisse en tout cas personne indiffĂ©rent.

ConsidĂ©rĂ© comme le meilleur joueur africain de tous les temps, l’attaquant camerounais a privilĂ©giĂ© le business.

Avec une prĂ©retraite dorĂ©e dans le championnat russe. Il est assurĂ©ment l’un des Camerounais les plus riches. Pour un contrat global de 60 millions d’euros sur trois ans, il n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  quitter l’Inter Milan pour un projet sportif plus hasardeux Ă  l’Anji Makhatchkala, au Daguestan, une RĂ©publique du Caucase russe. Qu’importe, le quadruple ballon d’or africain n’a plus rien Ă  prouver sur les terrains.

Et puis, Ă  31 ans, il est temps de penser Ă  l’après-football. Le businessman a donc lancĂ© en aoĂ»t 2011 Set’Mobile, un opĂ©rateur de tĂ©lĂ©phonie mobile. L’entreprise viserait 3 % du marchĂ© d’ici Ă  2014, soit un chiffre d’affaires annuel d’au moins 20 millions d’euros. Encore faut-il qu’elle soit bien gĂ©rĂ©e… Et sur ce plan, quelques signaux sont alarmants. Le 5 septembre, soit quelques semaines seulement après le dĂ©but effectif des activitĂ©s par l’activation des puces Set’Mobile, le directeur gĂ©nĂ©ral, le Français Charles Gueret, a Ă©tĂ© Ă©jectĂ©.

Conflit

Eto’o est aussi un personnage controversĂ©. Il est en effet poursuivi par le fisc espagnol, qui lui rĂ©clame 3,5 millions d’euros non dĂ©clarĂ©s entre 2006 et 2009, alors qu’il Ă©voluait au FC Barcelone. Pour sa dĂ©fense, il accuse son agent, un certain JosĂ© MarĂ­a Mesalles, de l’avoir abusĂ©. Sur le plan sportif, ses performances au sein de la sĂ©lection nationale sont critiquĂ©es. Son rĂ´le en tant que capitaine des Lions indomptables aussi. Eto’o a Ă©tĂ© suspendu 15 matchs par la fĂ©dĂ©ration camerounaise pour avoir Ă©tĂ© Ă  l’origine, en novembre dernier, d’une grève des joueurs qui a provoquĂ© l’annulation d’un match amical en AlgĂ©rie. ArrivĂ© au bout de sa suspension, rĂ©duite Ă  4 matchs internationaux Ă  la suite de pressions politiques, le buteur demeure invisible dans l’effectif de la sĂ©lection, dont il a d’ailleurs perdu le capitanat. AppelĂ© pour le match opposant, le 8 septembre, son pays au Cap-Vert, Eto’o a dĂ©clinĂ© l’invitation. Le conflit est parti pour durer.

27/09/2012 à 17h:00 Par Georges Dougueli| Jeuneafrique.

PARTAGER