CAN 2012, Ghana-Mali : Les Aigles ont un bon coup à jouer

0
1

Mais pour espérer obtenir un résultat positif contre la sélection ghanéenne, le capitaine Cédric Kanté et ses coéquipiers devront compter sur leurs propres forces et atouts plutôt que sur d’éventuels handicaps de l’adversaire.

Le sélectionneur serbe du Ghana l’a avoué avant même de voir les Aigles à l’œuvre contre le Sily national : l’expulsion du capitaine John Mensah contre le Botswana est un coup dur pour les Black stars et peut changer la donne pour les quadruples champions d’Afrique. « Bien sûr que je suis inquiet pour le match contre le Mali parce que 20 joueurs ne peuvent pas remplacer John Mensah », avait dit en conférence de presse le technicien ghanéen. Goran Stevanovic sait de quoi il parle car depuis près d’une décennie, John Mensah constitue la tour de contrôle de l’arrière-garde de la sélection ghanéenne et l’un des joueurs les plus populaires et les plus respectés de son pays. L’emblématique capitaine des Black stars n’a raté aucun grand rendez-vous ces dernières années. Qu’il s’agisse des anciens ou de la nouvelle vague des Black stars, tout le monde respecte et apprécie John Mensah. Dès lors, on comprend les inquiétudes de Goran Stevanovic qui devra se passer des services de son capitaine expulsé lors de la première journée du Groupe D face au Botswana. Mais qu’on ne se trompe pas : même sans John Mensah le Ghana reste une équipe solide et la seule absence du défenseur central des Black stars ne devrait pas constituer un handicap majeur pour les quadruples champions d’Afrique. Dire donc que l’absence du capitaine ghanéen constitue un avantage pour les Aigles est une erreur. Certes, John Mensah va manquer à ses coéquipiers dans ce choc qui met aux prises les deux leaders du Groupe D. Mais pour espérer obtenir un résultat positif contre la sélection ghanéenne, le capitaine Cédric Kanté et ses coéquipiers devront compter sur leurs propres forces et atouts plutôt que sur d’éventuels handicaps de l’adversaire

. Sur le papier, le Ghana évolue un ton au dessus de la Guinée et les Black stars peuvent se prévaloir d’une certaine expérience à ce niveau de compétition. Aussi, il est clair que les Ghanéens n’ont pas joué leurs vraies valeurs contre le Botswana, surtout après l’ouverture du score par le capitaine John Mensah. Mais malgré tout, il y a de la place pour les Aigles dans cette confrontation avec le grand favori du Groupe et Cédric Kanté et ses coéquipiers peuvent parfaitement écrire une nouvelle page de l’histoire de notre football demain au stade de Franceville. Car en 28 éditions de CAN, le Mali et le Ghana ne sont jamais affrontés à ce niveau de compétition et l’explication de demain sera la première entre nos deux pays. Comme le match de la première journée contre le Sily national (1-0 pour le Mali), c’est un nouveau duel de génération qui attend la bande de Cédric Kanté d’autant que la sélection ghanéenne est majoritairement composée de vieux briscards. Ces derniers ont participé pour la plupart aux deux dernières éditions de la CAN, mais aussi à la Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud où le Ghana est tombé en quart de finale les armes à la main. Parmi ces joueurs figurent notamment Gyan Asamoah, le capitaine John Mensah, Ali Suley Muntari, John Pantsil, Derek Boateng et Anthony Annan. C’est cette vieille garde qui encadre la jeune génération sacrée championne du monde junior en 2009. Mais selon nos informations la cohabitation ne se passe bien entre les deux groupes. Il existerait un conflit de génération entre les champions du monde junior 2009 et les anciens de l’équipe, les premiers n’appréciant pas d’être confinés sur le banc. Vrai ou faux, en tout cas il semble que la présence de certains joueurs dans le groupe dont Suley Muntari ne fait pas l’unanimité. En outre, les médias ghanéens estiment que le technicien serbe ne connaît pas suffisamment les joueurs, contrairement à son prédécesseur, Milovan Rajevac. C’est dire si la pression sera forte sur Goran Stevanovic et les Black stars, surtout après le « tsunami » provoqué par la Guinée Equatoriale qui a éliminé l’un des grands favoris de la CAN, le Sénégal battu 2-1 à la régulière, mercredi au stade de Bata.

Envoyés spéciaux

S. B. TOUNKARA

H. KOUYATE

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.