CAN 2012 : le Mali n’a pas peur de la Côte d’Ivoire

1
2
L’équipe du Mali défiera donc celle de Côte d’Ivoire en demi-finale de la CAN 2012, le 8 février prochain à Libreville. Pour les jeunes Aigles, ce derby ouest-africain est plus une affiche alléchante qu’effrayante face à Didier Drogba et ses partenaires.

Qui a peur des Eléphants de Côte d’Ivoire ? Sûrement pas les Aigles du Mali. Les Maliens, tombeurs du Gabon en quart de finale, n’ont pas grand-chose à craindre avant de défier les Ivoiriens en demi-finale de la CAN 2012, le 8 février prochain à Libreville.

Alain Giresse, le sélectionneur de l’équipe malienne, se frotte même les mains : « Il n’y a que le mot bonheur qui peut être accolé à ce match. Mes joueurs sont dans la dynamique d’un grand match, d’une demi-finale face à la Côte d’Ivoire. »

Pourtant, le bilan du Mali face à la Côte d’Ivoire n’est pas fameux : en 21 matches, la Côte d’Ivoire a gagné 14 fois, fait 6 nuls et perdu une seule fois face au Mali. En phase finale de Coupe d’Afrique des nations, les Aigles ont cédé deux fois. La première en 1994, en match pour la troisième place, avec un revers 1-3. Et la deuxième en 2008, en phase de poules, avec une déroute 0-3. Cédric Kanté s’en souvient. Il était de la campagne au Ghana : « 3-0, c’était l’écart qu’il y avait entre eux et nous à l’époque. A nous de prouver qu’on peut les gêner plus que la Guinée équatoriale » battue sur le même score en quart de finale.

Mali : l’insouciance de la jeunesse

Le Mali, avec ses quatre buts marqués et quatre encaissés en quatre rencontres, impressionne forcément moins que la Côte d’Ivoire et ses quatre succès, huit buts marqués et zéro encaissé. Mais le jeu des comparaisons n’effleure même pas l’esprit de Samba Sow. « La Côte d’Ivoire est favorite du tournoi. On a quelques jours pour savourer notre qualification en demi-finale. Nous, on a une équipe très jeune. On a tous envie de prouver quelque chose et on n’a donc pas d’objectif précis à atteindre. »

Alors que la Côte d’Ivoire est condamnée à remporter la CAN 2012 pour réussir son tournoi, le Mali avance sans pression et dans une certaine insouciance. La jeunesse de son effectif est autant une faiblesse qu’une force.

lundi 06 février 2012

De notre envoyé spécial à Libreville

David Kalfa

rfi.fr

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.
Trier par :   les plus récents | les plus anciens | les mieux notés
Rafale<span class="wpdiscuz-comment-count"><i class="fa fa-commenting"></i> 423</span>
Membre
4 années 7 mois plus tôt

Bonne chance aux aigles a mes chers supporters des aigles un match de foot reste un match a côté pensés a nos compatriotes qui ce battent pour notre drapeau et a d’autres qui perdrons un être cher le même jour donc défaite ou victoire restez humble!

wpDiscuz