CAN-2012 : les forces en présence

0
4

La Coupe d’Afrique des nations se déroule du 21 janvier au 12 février 2012 au Gabon et en Guinée équatoriale. Revue des troupes en infographie : groupes, grands absents, favoris, outsiders, inconnues et petits poucets.

 

LES GROUPES

Groupe A :
Guinée équatoriale, Zambie, Sénégal, Libye

Groupe B :
Côte d’Ivoire, Angola, Burkina Faso, Soudan

Groupe C :
Gabon, Maroc, Tunisie, Niger

Groupe D :
Ghana, Mali, Guinée, Botswana

LES GRANDS ABSENTS

Pour cette édition 2012 de la Coupe d’Afrique des nations (CAN), la liste des absents de marque est plus longue que celle des favoris.

L’Égypte, tenante du titre, n’est pas parvenue à valider son billet pour la phase finale, tout comme l’Afrique du Sud, pays organisateur du dernier Mondial. Le Cameroun, quadruple vainqueur de la compétition, et le Nigeria, double vainqueur, sont également hors course, tout comme l’Algérie (un titre).

Une particularité due aux contre-performances de la grande majorité des cadors continentaux lors de la phase qualificative.

 

LES FAVORIS

Ghana
L’hécatombe du côté des anciens vainqueurs de l’épreuve offre une opportunité historique à quelques pays plus en retrait ces dernières années de se placer sous les feux des projecteurs. Le Ghana des frères Ayew, auréolé d’une place en quarts de finale lors de la Coupe du Monde 2010, fait figure de grand favori pour cette édition 2012.

Côte d’Ivoire
La Côte d’Ivoire, éternelle déception du tournoi, pourrait, cette fois, tirer son épingle du jeu. Les Drogba, Gervinho et Kalou qui composent son avant-garde n’ont que peu d’équivalents chez leurs adversaires. Après un Mondial-2010 frustrant où les Éléphants ont été tout près de franchir les poules dans un groupe qui comptait le Brésil et le Portugal, les hommes de François Zahoui veulent cette fois marquer les esprits.

Maroc
Le Maroc, qui développe un jeu de qualité sous la houlette de l’entraîneur belge Éric Gerets, dispose également des armes pour décrocher le titre. D’autant que Younès Belhanda, dans l’entrejeu, flambe depuis le début de la saison avec Montpellier (Ligue 1).

LES OUTSIDERS

Sénégal
Après sa non-qualification de 2010, le Sénégal a fait table rase. Sur la liste des 23 joueurs dévoilée par le sélectionneur Amara Traoré, seul cinq étaient présents à la CAN-2008. Ces “anciens” (Mamadou Niang, Souleymane Diawara…) auront à charge d’emmener un groupe rajeuni mais pétri de talent en attaque. L’association de Niang avec le Lillois Moussa Sow sera l’une des clés du succès des Lions de la Teranga.

Zambie
En dépit d’une accumulation de forfaits de dernière minute (Mulenga, Njobvu), la Zambie pourrait bien être la révélation de cette édition 2012. À défaut d’aligner des noms ronflants, les Chipolopolos s’appuient sur un collectif rodé, la plupart des joueurs évoluant dans le championnat local. Ils disposent de l’expérience nécessaire pour franchir un nouveau cap (14e phase finale de CAN, trois demi-finales et deux finales depuis 1974).

LES INCONNUES

Guinée équatoriale
Co-organisateur de cette édition 2012, la Guinée équatoriale veut croire au titre devant son public. La Nzalang nacional, qui pointe au 150e rang du classement Fifa, en fait une affaire d’État. Un mélange des genres politico-sportif qui a notamment conduit le sélectionneur Henri Michel à poser sa démission un mois tout juste avant le début de la compétition.

Gabon
À domicile, le Gabon veut lui aussi faire bonne figure. L’objectif affiché du sélectionneur Gernot Röhr est d’atteindre les quarts. Mais les Panthères devront se montrer sous leur meilleur jour pour sortir d’un groupe qui comprend le Niger, le Maroc et la Tunisie.

Mali
Comme lors de chaque édition, difficile de classer le Mali. Souvent favoris ces dernières années, les Aigles déçoivent régulièrement et n’ont toujours pas remporté le moindre trophée continental. Une anomalie régionale à laquelle le sélectionneur Alain Giresse rêve de mettre fin. Et même si la sélection semble moins bien armée que lors des précédentes éditions, le vestiaire semble moins électrique qu’il y a quelques années.

Libye
Après 1982 et 2006, la Libye s’est qualifiée pour la troisième CAN de son histoire. Mais le collectif libyen, sublimé par la révolution qui a marqué le pays en 2011, saura-t-il trouver les ressources pour prolonger la dynamique ?

Tunisie
Qualifiée in extremis pour la phase finale après une campagne de qualification très compliquée, la Tunisie est en manque de repères. Les premiers matchs de la compétition seront riches en enseignements sur le potentiel de l’effectif de Sami Trabelsi.

Niger
Le Niger est l’une des équipes les plus méconnues de cette CAN-2012. Issu d’un groupe qui comptait notamment l’Égypte et l’Afrique du Sud, la sélection dirigée par le technicien français Rolland Courbis rêve d’un nouvel exploit.

Guinée
La Guinée, qui n’a pas décroché son billet pour le Mondial-2010 et pour la CAN-2010, veut elle aussi croire au miracle. Triple quart de finaliste dans les années 2000 (2004, 2006, 2008), le Sily national veut repartir sur une dynamique similaire.

LES PETITS POUCETS

Burkina Faso
Abonné au premier tour de la phase finale de la CAN au tournant des années 2000, le Burkina Faso n’a participé qu’à une seule des trois dernières éditions du rendez-vous continental. Et si l’exploit de 1998 (quatrième de la compétition) reste présent dans toutes les têtes, les Burkinabè ne semblent pas en mesure de rééditer une telle performance.

Angola
L’Angola, qui a accueilli la CAN-2010, n’a pas annoncé d’objectif pour cette édition 2012. Le sélectionneur Lito Vidigal, qui a décidé de se passer des services de Geraldo et Lunguina, comptera sur un effectif qui évolue en majorité dans le pays.

Botswana
Le Botswana, qui a réintégré le top 100 du classement Fifa, participe à sa toute première phase finale de CAN. Et la tâche sera rude dans un groupe qui comprend le Ghana, le Mali et la Guinée.

Soudan
Après trois décennies de disette, le Soudan a renoué avec son glorieux passé et retrouvé la CAN en 2008. Le pays, qui participe à la deuxième CAN de son histoire récente, est réputé pour pratiquer un jeu dur et dynamique. Mais la sélection nationale manque cruellement d’expérience au plus haut niveau. Avant 2008, elle n’avait pas pris part à un tournoi continental depuis 1976.

 

Source: france24.com

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.