CAN 2012 : une Coupe d’Afrique de l’Ouest des nations

0
3
L'Ivoirien Didier Drogba, le Malien Seydou Keita et le Ghanéen Asamoah Gyan, trois joueurs ouest-africains. Reuters

Avec trois représentants en demi-finales de la CAN 2012, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Mali, l’Afrique de l’Ouest est surreprésentée dans le dernier carré contrairement à une autre place forte du football continental, l’Afrique du Nord, zéro qualifiée. C’est la sixième fois que la sous-région aborde la dernière semaine du tournoi en position de force. Simple hasard ou logique sportive ?

Non, la Coupe de l’Ufoa n’a pas été délocalisée au Gabon et en Guinée équatoriale. Il s’agit bien de la Coupe d’Afrique des nations dans son ensemble et pas de la Coupe de l’Union des fédérations ouest-africaines de football (Ufoa).

Avec la présence de la Côte d’Ivoire, du Ghana et du Mali dans le dernier carré de la CAN 2012, la sous-région a installé sa mainmise sur le tournoi. Simple logique sportive ou fruit du hasard ?« C’est anecdotique au fond, soutient Joseph-Antoine Bell, notre consultant. Tout le monde s’en fout en fait puisque les Maliens, par exemple, veulent gagner pour eux et pas pour l’Afrique de l’Ouest ».

Un point commun tout de même entre la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Mali : la très forte proportion de joueurs expatriés en Europe et dans les meilleurs clubs d’Afrique. Cerise sur le gâteau : cette fois, beaucoup de vedettes (Drogba, Keita, Ayew, etc.) n’ont pas entamé la compétition sur les rotules. Les Ouest-Africains s’exportent bien et continuent d’être très présents au haut-niveau. Mais ce n’est pas une garantie de sacre comme l’a démontré l’Egypte et ses footballeurs locaux en 2006, 2008 et 2010.

L’Afrique du Nord absente

Ce n’est pas la première fois que trois sélections ouest-africaines sont en demi-finales. C’est arrivé en 1965, 1992, 1994, 2002 et 2006 et ce n’est pas une garantie de victoire finale. En 2002, le Cameroun avait soulevé le trophée et en 2006 l’Egypte avait engrangé le premier de ses trois titres consécutifs.

Autre fait notable de ces demi-finales, aucune formation d’Afrique du Nord n’est au rendez-vous. Là aussi, c’est la sixième fois que cette place forte du football continental manque à l’appel. En 1968, 1972, 1992, 1994 et 2002, le Nord était passé au travers. Mais l’Afrique de l’Ouest n’en avait pas forcément profité puisque le Cameroun en 2002, le Congo-Brazzaville en 1972 et la RD Congo en 1968 avaient été les meilleurs. La Zambie, unique représentante de l’Afrique australe et seule contre trois, a donc toutes les raisons de croire en elle, avant de défier le Ghana, le 8 février prochain à Bata.

lundi 06 février 2012

De notre envoyé spécial à Libreville

David Kalfa

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.