CAN 2015 : Tirage au sort entre la Guinée et le Mali une cérémonie bancale

1

CAN 2015 : Tirage au sort entre la Guinée et le Mali une cérémonie bancaleUne cérémonie bancale

Un dénouement tragique pour cette sélection. D’autant plus, que la cérémonie, expédiée en deux minutes, selon l’AFP, s’est déroulée sans huissier veillant à sa régularité. Ce sont les représentants des deux pays concernés, le président de la Fédération malienne, Boubacar Baba Diarra, et le directeur financier du ministère des Sports guinéen, Amara Dabo, qui ont scellé le sort des joueurs en tirant eux-mêmes les boules.

Préalablement, le secrétaire général de la CAF, Hicham El Amrani, a lui même introduit dans ces boules de tirages deux feuilles. Sur l’une était inscrit le chiffre “2”, pour deuxième place en poule et qualification en quarts de finale, sur l’autre était inscrite le chiffre “3”, pour troisième place.

Retrouvez le tirage au sort surréaliste dans la vidéo ci-dessous :

Nouveau règlement

C’est un événement rare, mais bien prévu dans le règlement depuis sa modification en 2013. Il y a deux ans, une situation similaire aurait amené les deux équipes à se faire juger aussi sur leur fair-play et donc, aux nombres de cartons reçus. Aujourd’hui seuls les points, la différence de buts, et la meilleure attaque séparent les équipes. Avec cette nouvelle méthode et son déroulement plus que bancal et improvisé, la crédibilité de la CAF en prend un coup.

Le président malien, a délaré à l’AFP que ce tirage au sort constituait “la pire des cruautés”. “On aurait préféré perdre sur des critères sportifs mais pas sur des critères extra-sportifs. La CAF doit revoir son mode opératoire”, a-t-il affirmé à l’agence de presse. Il a aussi ajouté: “On aurait pu imaginer des subterfuges, par exemple au début de la compétition, commencer à compter les corners, les coups francs, jouer sur le fair-play mais pas perdre comme ça.”

Hicham El Amrani s’est défendu en soulignant que toutes les équipes avaient accepté le règlement mis à jour “avant même de débuter la compétition”. De son côté, le président de la CAF Issa Hayatou a déclaré juste avant le tirage : “Je ne suis pas content de cette situation (…) mais nous n’avons pas le choix”.

Bis repetita

La CAF n’en est pas à son coup d’essai puisqu’elle avait utilisé un tirage au cours de la Coupe d’Afrique en 1988. L’Algérie avait alors accédé aux demi-finales (le tournoi ne comptait que huit participants à l’époque) aux dépens de la Côte d’Ivoire.

Un tel cas de figure s’était également produit en 1990 lors du Mondial en Italie. Mais il s’agissait alors de désigner l’ordre des qualifiés dans un groupe et de départager l’Eire et les Pays-Bas pour les 2èmes et 3èmes places. Les Néerlandais s’étaient inclinés mais étaient déjà assurés de leur billet en tant que meilleurs 3èmes. .…..suite sur huffingtonpost.fr

NB: Le titre est de la rédaction de maliweb.net

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Keita il a une grande par de responsabilité sur ce dernier c’est lui le lideur mes chacain a sa place c’est même un tireur de penaltie es il la tire à la roma il tire pas les penaltie prk il la fait y avais maiga qui a l’habitude de tires et sako et diaby aussi il a voulu tros ce mettre en avant même sur les coup frand alors que y’a sako un exellent tire de coup frand son égoïsme nous sa coute notre place , pour finir tamboura ne mérite pas sa place les 3 but venais de son côté c’est un boulevard faut aller cherche massadio haidara et makan traore , il faut ce renforces aller massadio haidara, abdoulaye sissoko, makan traore, adama soumaouro, djibril sidibe, allasane tambe, n’kolo kante, abdoulaye doucoure, ibrahima tandia de tours, adama traore du barsa, allasane plea, moussa dembele de fulham, Ibrahim keita de wolverhamton, pour équipe le plus compétitive faut prendre les meilleur et sa passa par eux

Comments are closed.