CAN 2019, Mali-Gabon 2-1 : Des aigles renversants

2

Menée 1-0, après, seulement, trois minutes de jeu, la sélection nationale a renversé la vapeur  au retour des vestiaires, en marquant deux buts grâce à Kalifa Coulibaly et Yves Bissouma

Il est 20h50, samedi 10 juin 2017, au stade du 26 Mars. L’arbitre sud africain, Daniel Frazer Bennet, siffle la fin de la rencontre Mali-Gabon (2-1), au compte de la première journée des éliminatoires de la CAN, Cameroun 2019. Les supporters saluent la fin de la rencontre avec un long standing ovation. Accompagnés par le vice-président de l’UNASAM (Union nationale des associations des supporters des Aigles du Mali), Cheickna Demba, les joueurs font un petit tour de terrain pour rendre la politesse aux supporters. Certains supporters, qui avaient déserté les gradins, reviennent sur leur pas pour participer à la fête. Les Panthères sacrifient également à la tradition, en saluant la communauté gabonaise installée dans la tribune ouest. Le capitaine Didier Ibrahim Ndong et Athanase Denis Bouanga offrent leur maillot aux supporters.
Pour les Aigles et leurs supporters, l’essentiel est fait. Après un début de match compliqué, sanctionné par un but d’Athanase Denis Bouanga, dès la 3è minute, les Aigles ont bien réagi et réussi à renverser la situation. Ils ont, d’abord, égalisé grâce à Kalifa Coulibaly (54è min), avant qu’Yves Bissouma n’offre l’avantage aux siens (57è min, 2-1). Ainsi, après avoir reçu des projectiles à la mi-temps, le sélectionneur Alain Giresse et ses hommes quitteront la pelouse du stade du 26 Mars sous les ovations du public. Cette rencontre Mali-Gabon s’est déroulée dans un stade du 26 Mars à moitié vide (le mois de ramadan et le prix des billets, 1500 F cfa, minimum, sont passés par là).
D’entrée de jeu, les Gabonais débloquent le tableau d’affichage par l’intermédiaire d’Athanase Denis Bouanga (3è min). Suite à un coup franc rapidement exécuté, l’attaquant des Panthères se présente seul devant le gardien Oumar Sissoko et marque d’un tir du droit. Sur le coup, le gardien des Aigles avait bien fermé l’angle, mais il n’a pu empêcher Denis Bouanga de donner l’avantage aux siens.
Comme lors des précédents matches, le sélectionneur Alain Giresse a aligné trois milieux récupérateurs (Yacouba Sylla, Tongo Hamed Doumba et Lassana Coulibaly), deux attaquants de pointe (Adama Niane et Kalifa Coulibaly) et, entre les deux, Yves Bissouma pour jouer le rôle de meneur. Avec ce schéma tactique, Alain Giresse se privait de ses deux joueurs de couloir, Moussa Doumbia et Adama Traoré «Malouda». Mal lui en a pris, puisque les Aigles sont apparus sans repère sur le terrain.

Auteur du 2è but malien, Yves Bissouma (en jaune) s’affirme de plus en plus comme le nouveau patron des Aigles

Les visiteurs, non contents d’ouvrir le score, portent incessamment le danger dans le camp malien. Aux 12è et 20è minutes, Athanase Denis Bouanga et Guelor Kanga Kaku obtiennent la balle du break, mais ne concrétisent pas. Quelques instants plus tard, le gardien des Aigles, Oumar Sissoko, sauve son camp, en captant le tir d’Aaron Salem Boupendza (24è min). L’unique occasion franche des Aigles intervient, peu après la demi-heure de jeu : un tir de Yacouba Sylla repoussé en corner par le gardien, Yves Stéphane Moto (32è min). Score à la mi-temps : 1-0 pour le Gabon.
Au retour des vestiaires, le sélectionneur national lance, dans le grand bain, Adama Traoré «Malouda» qui remplace Adama Niane. L’équipe du Mali (EDM) passe du 4-3-1-2 au 4-3-3. Dès sa première touche de balle, l’ancien pensionnaire du COB se met en exergue, en expédiant un tir qui sera repoussé en corner par le gardien gabonais, Yves Stéphane Moto (47è min). Les Aigles jouent mieux. Peu avant l’heure de jeu, les hommes d’Alain Giresse renversent la vapeur. Le capitaine Yacouba Sylla trouve Kalifa Coulibaly en profondeur. L’attaquant des Aigles dévie le cuir, de la tête, entre deux défenseurs gabonais, avant de déclencher un tir du gauche qui fait mouche (1-1, 54è min). Trois minutes plus tard, Yves Bissouma donne l’avantage aux Aigles, en reprenant, victorieusement, un coup franc de Yacouba Sylla mal dégagé par la défense des Panthères (57è min, 2-1). Dans la foulée, les Aigles obtiennent deux occasions de tuer le suspense. Bien servi par Adama Traoré, Kalifa Coulibaly voit sa frappe terminer sa course dans les gangs du gardien Yves Stéphane Moto, (59è min) et cinq minutes plus tard, Adama Traoré tire au dessus de la barre transversale (65è min). Une seule équipe, existe désormais, sur le terrain : le Mali. L’EDM gagne presque tous les duels, mais rien ne bougera plus au tableau d’affichage, jusqu’au coup de sifflet final de l’arbitre sud-africain, Daniel Bennet. Score final : 2-1 pour le Mali qui se hisse, ainsi, en tête du groupe avec 3 points, à égalité avec le Burundi, large vainqueur, 3-0, du Soudan du Sud. Les Burundais devancent les nôtres grâce à une meilleure différence de but (+3, contre +1 pour le Mali).
Lors de la deuxième journée, prévue en mars 2018, les Aigles rendront visite au Soudan du Sud, alors que le Gabon sera l’hôte du Burundi.

Ladji M. DIABY

Samedi 10 juin au stade du 26 Mars
Mali-Gabon : 2-1

Buts de Kalifa Coulibaly (54è min), Yves Bissouma (57è min), pour le Mali; Athanase Denis Bouanga (3è min), pour le Gabon.
Arbitrage du Sud-africain Daniel Bennet, assisté de ses compatriotes Lindikhaya Bolo et Johannes Sello Moshidi.
Commissaire : Rhida Mohamed Kraiem (Tunisie).

Mali : Oumar Sissoko, Hamari Traoré, Mahamadou N’Diaye, Salif Coulibaly, Ousmane Coulibaly, Yacouba Sylla (cap), Tongo Hamed Doumbia, Lassana Coulibaly, Yves Bissouma (Moussa Doumbia, 84è min), Adama Niane (Adama Traoré, 46è min), Kalifa Coulibaly.

Entraîneur : Alain Giresse.

Gabon : Yves Stéphane Moto, Obame Daryl, Franck Perrin Obambou, Henri Junior Ndong, Yohan Claude Wachter, Louis Autchanga (Johan Boukamba, 68è min), Serge Ngouali (Junior Akue, 80è min), Didier Ibrahim Ndong (cap), Aaron Salem Boupendza (Mbingui Samson, 85è min) Athanase Denis Bouanga, Guelor Kanga Kaku.

Entraîneur : Jose Alfred Camacho.

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Félicitations aux Aigles, à leur encadrement technique à la tête le sélectionneur national Alain GIRESSE, et à la Fédération Malienne de Football dirigée par l’Inspecteur Général de Police Boubacar Baba DIARRA pour son sens élevé de la responsabilité. Ce 1er match des Aigles après la crise était un match à haut risque pour le bureau fédéral mais elle a sû relever le défit. Maintenant faisons face à un autre challenge, un autre défit, c’est la qualification à la Coupe du Monde 2018 en Russie car nous sommes pas encore éliminer. Pour cette mission commando, Baba avec votre amour pour ce pays, chercher toutes les voies et moyens pour résilier à l’amiable le contrat d’Alain GIRESSE et son staff technique.Je sais Baba que ce n’est pas facile, parce qu’il faut débourser pour cela 150 Millions pour les 04 mois restants. Mais c’est l’unique solution si nous voulons nous qualifier pour la prochaine coupe du Monde 2018 en Russie. Il faut confier rapidement la sélection nationale au très expérimenté Directeur technique national Mohamed MAGASSOUBA secondé par 02 excellents coachs actuellement Djibril DRAME et Eric Sekou SHELLE qui fait des merveilles à la tête des espoirs de l’Olympique de Marseille. Pour cela, il faut mettre à contribution Orange-Mali, le groupe Airnesse de notre compatriote Malamine KONE et RANDGOLD Resources du docteur Marc BRISTOW.

  2. Acculer et dos au mur, le coach semble adopter une position dĂ©fensive afin de sauver ce qui peut l’ĂŞtre.
    En effet, sachant bien que ses jours sont comptés à la tête de la sélection nationale, il a fallu de peu pour voir son sort scellé à jamais.
    Il avait plus d’un tour dans son sac qui lui Ă  sauvĂ© du naufrage.
    Mais, est ce que cela va suffire à redorer le blason. Pas sûr. La rupture semble être consommée.
    Il peut tout de même soigner son image grâce aux temps de jeux dont il dispose à la tête de la sélection Malienne, avant de trouver une autre destination.
    En attendant, je dis bravo aux jeunes !

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here