CAN «Afrique du sud 2013» : Les Aigles franchissent un obstacle de taille sur la voie de la consécration continentale

2
Seydou Keita marquant le but (photo Moussa Bolly)

Les Aigles du Mali se sont qualifiés pour la demi-finale de la 29e CAN «Afrique du Sud 2013». Comme en 2012, c’est le pays organisateur qui a fait les frais de cette qualification acquise aux tirs au but comme lors de la 28e édition «Gabon-Guinée Equatoriale 2012». Le Mali progresse lentement, mais sûrement vers son objectif principale : la finale du 10 février prochain à Johannesburg.

Comme nous l’écrivions dans nos avant-papiers, les Bafana-Bafana craignaient les Aigles du Mali. Mais, la crainte s’est progressivement transformée en méfiance puis en confiance lors les vingt premières minutes durant lesquelles le Mali n’a pas brillé dans la maîtrise de jeu.

Et l’entrée (24e minute) de Sigamary Diarra à la place de Samba Diakité (blessé) va un moment déstabiliser notre milieu de terrain avec des erreurs de placement. L’Afrique du Sud en profite pour ouvrir le score à la 31e minute. La mi-temps est sifflée sur ce score de 1-0 en notre défaveur.

Malmenés en première période Seydou Kéita et ses coéquipiers sont revenus des vestiaires avec de meilleures intentions, surtout avec une plus grande détermination. Un engagement qui paye à la 58e minute lorsque Samba Sow s’enfonce plein axe et décale Samassa sur le flanc gauche. Ce dernier centre pour Seydou Keita esseulé au point de penalty. Le capitaine des Aigles ne se fait pas prier pour reprendre de la tête et Itumeleng Khune, le portier sud-africain, ne peut que constater les dégâts.

Avec les pendules à la même heure (1-1), la rencontre est désormais plus équilibrée entre des Maliens plus endurants et des Sud Africains qui déclinent physiquement. A ce rythme, il ne fallait pas trop attendre des prolongations non plus. Et comme en 2012 à Libreville (Gabon), le Mali est alors contraint de défier le pays hôte aux tirs au but et dans un concert assourdissant de vuvuzélas.

Mais, le Moses Mabhida Stadium de Durban retombe dans un silence de cathédrale lorsque Soumbeyla Diakité arrête les tentatives de Dean Furman et de May Mahlangu. Puis Majoro frappe à côté. Le héros du jour peut-être alors porté en triomphe par ses partenaires. Comme en 2012, le Mali ruine les espoirs du pays hôte. Cela fait un obstacle de moins sur la route d’une première consécration continentale visée par les protégés de Patrice Carteron.

En demi-finale, les Aigles vont rencontrer le vainqueur Côte d’Ivoire-Nigéria de ce 3 février 2013. Désormais, il est sûr que le trophée de cette 29e CAN va venir en Afrique de l’ouest qui sera représentée par quatre pays en demi-finales.

Moussa Bolly

C.C/MJS

 

L’Afrique de l’ouest et francophone avec les Aigles

Dans cette rencontre, les Aigles n’avaient pas seulement comme fans la poignée de supporters venus de Bamako.

De nombreux compatriotes avaient fait le déplacement d’autres villes sud africaines et aussi des pays voisins de l’Afrique du Sud, notamment du Mozambique. L’ambassadeur Balladji Diakité avait fait le voyage de Durban avec de nombreux collaborateurs pour soutenir l’E.N.

Mieux, les Aigles étaient soutenus par des ressortissants de toute l’Afrique de l’ouest (Côte d’Ivoire, Ghana, Sénégal, Liberia…), mais aussi des pays de l’Afrique centrale, notamment la R.D.Congo pourtant écartée au premier tour par le Mali.

De nouvelles arrivées, à partir de Bamako, sont annoncées pour la demi-finale du 6 février 2013.

M.B

C.C/MJS

Le bonheur se lisait sur le visage de la délégation malienne (photo Moussa Bolly)

La joie manifestée dans l’humilité

Après la fin du match, les officiels maliens n’ont pas retenu leur joie avec des accolades et de chaleureuses poignées de mains. Des pas de danse ont même été esquissés. Le doyen Tidiane Niambélé nous a ainsi démontré qu’il a encore du beau reste sur une piste de danse, surtout qu’il est un grand salseros.

Toutefois, cette qualification a été célébrée dans une joie contenue et surtout dans une grande humilité par respect à nos hôtes qui ont été aussi très Fair-play. A l’hôtel par exemple, les membres de la délégation officielle ont évité toute manifestation débordante, même si le bonheur se lisait sur les visages.

C’est la triste loi du sport qui exige, qu’à un niveau d’une compétition, qu’il y ait obligatoirement un vainqueur. Et Dieu merci, le pied de nos tireurs n’a pas tremblé et Soumaïla Diakité a été impérial dans sa cage. Mais, les Bafana-Bafana n’ont pas démérité.

M.B

C.C/MJS

Une partie de la délégation se perd

Pour les rencontres des Aigles du Mali, la délégation malienne prend toujours le départ devant l’Hôtel Southern Sun Elangeni. Le cortège prend alors le chemin du Stade sous une très bonne escorte policière. Mais hier, 2 février 2013, une partie de la délégation s’est égarée entre l’hôtel et le Stade. Distancé par la tête du convoi, l’un des chauffeurs des deux minibus a suivi un véhicule de police.

Un mauvais choix malheureusement suivi par deux autres véhicules qui ont tourné pendant une vingtaine de minutes avant qu’une autre voiture de police ne vienne à leur rescousse.

M.B

C.C/MJS

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Seydoublen un autre chef de guerre!… Felicitations a toute l’equipe! 😆

  2. Félicitations aux Aigles du Mali.
    Nous sommes toujours à vos coté pour vous soutenir.
    Waouu ! Le Mali en demi-finale !
    Cette année la Coup d’Afrique est à nous incha allah, car nous avons beaucoup souffert.
    Allez les aigles du Mali bonnes chance pour la qualification de la final que Dieu fasse que le Mali remporte la Coup d’Afrique des Nations (Can 2013).
    Vive les Aigles du Mali, Vive les couleurs du Mali, Vert, Jaune, Rouge.
    Ensemble nous progressons.

Comments are closed.