CAN junior : Les aiglons a 90 minutes du bonheur

1

CAN junior : Les aiglons a 90 minutes du bonheurVainqueur du Togo 2-0 à l’aller disputé à Bamako, la sélection nationale junior peut se contenter d’un nul et même d’une défaite par la plus petite des marges pour valider son ticket, dimanche à Lomé.

Les Aiglons affrontent, dimanche à Lomé, la sélection nationale junior du Togo pour le compte du match retour du dernier tour des éliminatoires de la CAN, Sénégal 2015. L’enjeu de cette rencontre est le ticket de la phase finale. Vainqueurs 2-0 à l’aller à Bamako, Souleymane Diarra et ses partenaires devront confirmer ce résultat s’ils veulent jouer la prochaine CAN junior. Pour cette manche retour, les Aiglons sont bien placés quand on sait que les nôtres ont deux buts d’avance sur les Eperviers juniors. Autrement dit, pour que les Togolais renversent la situation, il leur faudra marquer au moins deux buts sans en prendre devant leur public. Mais disons-le sans détours, après ce qu’ils ont montré à l’aller à Bamako, on voit mal les protégés de Fanyeri Diarra laisser échapper la qualification. Souleymane Diarra et ses coéquipiers ambitionnent de disputer au moins la phase finale et aborderont cette deuxième manche avec un seul mot d’ordre : la qualification. Le groupe du sélectionneur national Fanyeri Diarra est donc dans une dynamique de victoire et les jeunots semblent conscients de ce qui les attend à Lomé. Au match aller comme lors de la rencontre retour contre les Etalons au premier tour, les Aiglons ont connu quelques difficultés. Mais malgré les problèmes rencontrés par l’équipe, personne ne peut denier à Ichaka Diarra et à ses coéquipiers leur envie collective de réaliser quelque chose ensemble. C’est justement cette envie collective qui fait la force de ces Aiglons version Fanyeri Diarra et qui incite à l’optimisme pour le match du dimanche à Lomé. Contrairement aux juniors du Burkina Faso, la majorité des joueurs de la sélection togolaise évolue dans le championnat local. Et sur le plan de la production du jeu, les Eperviers semblent supérieurs aux juniors du Faso. Non seulement ils jouent en bloc, mais se projettent vite devant avec des attaquants très rapides et plutôt colosses. Mais les Aiglons savent déjà tout ça et c’est en homme averti qu’ils se sont rendus au Togo. Le capitaine Ichaka Diarra et ses partenaires savent aussi qu’ils ont une bonne occasion d’écrire leur propre histoire, s’ils se qualifient pour la phase finale, ils s’ouvriront les portes du continent et peut-être celles de la Coupe du monde de la catégorie. Mais s’ils échouent, ils n’auront plus jamais une autre occasion de se racheter à ce niveau. Interrogé la veille de son départ de Bamako, le sélectionneur national Fanyeri Diarra a annoncé que sa priorité sera de sécuriser derrière et ce, quel que soit le jeu proposé par l’adversaire. «La sécurité défensive est ma conception de jeu. Quel que soit le système de jeu, j’assure toujours la sécurité derrière, a-t-il confié. Ce n’est pas un problème, ça fait parti de ma conception de jeu. Je suis confiant, les joueurs ont la volonté et un bon moral, ça c’est très important à ce niveau de compétition. Mentalement ils sont sur place. C’est un atout», ajoutera le technicien. Pour Fanyeri Diarra, les Aiglons ont atteint leur premier objectif en marquant deux buts à l’aller sans en prendre. Mais, s’empresse d’ajouter l’ancien défenseur des Aigles, «le plus dur est à venir». «Il est important voire obligatoire pour l’équipe de faire un bon résultat à Lomé. Nous devons être concentrés de la première à la dernière minute et limiter au maximum les erreurs. Je fais confiance aux jeunes pour relever le défi qui attend le Mali à Lomé», conclura Fanyeri. Pour mémoire, de 1995 à 2011, le Mali n’a manqué qu’une seule phase finale de la CAN, celle de 2007 et notre pays a été trois fois demi-finaliste.

D. COULIBALY

CAN 2015 : LA CAF A-T-ELLE REJETé LA DEMANDE DE DéLOCALISATION DU MATCH ALGéRIE-MALI ?

Selon notre confrère L’Agence France Presse (AFP), la Confédération africaine de football (CAF) a rejeté hier la demande de la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) de délocaliser le match Algérie-Mali, comptant pour la deuxième journée des éliminatoires de la CAN, Maroc 2015. L’annonce a faite hier en début d’après-midi par l’AFP, mais du côté de la Fédération malienne de football, l’information n’a pas été confirmée. Joint hier vers 15h, un responsable de l’instance dirigeante du football national dira que le Mali n’a pour le moment reçu aucune réponse de la correspondance qui a été envoyée à la CAF. Il faut rappeler que c’est suite à la mort tragique du joueur camerounais, Albert Ebossé la semaine dernière lors d’un match du championnat algérien, que la Fédération malienne de football a saisi la CAF pour la délocalisation de la rencontre qui doit opposer les Fennecs et les Aigles au compte de la deuxième journée des éliminatoires de la CAN 2015. Selon la version officielle, le joueur camerounais a été atteint d’un projectile lancé par un supporter. Interrogé mercredi, le sélectionneur national, Henri Kasperczak s’était déclaré favorable à la délocalisation du match, avouant qu’il est inquiet après ce qui s’est passé en Kabylie. «Nous devons tout faire pour assurer la sécurité des joueurs. Ce qui s’est passé en Algérie est inadmissible», martèlera le patron des Aigles.

S. B. TOUNKARA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

1 commentaire

  1. Les jeunes se sont inclinés 1-0 et sont donc qualifiés pour la suite de la compétition 😀 😀 😀

Comments are closed.