CAN U20 : La Mauritanie, un sérieux client pour les Aiglons

0

Tombeurs de l’Algérie au premier tour, les Mourabitounes juniors ont marqué les esprits et promettent de défendrecrânement leurs chances face au Mali. Les Aiglons sont avertis.

C’est donc la Mauritanie que le Mali affrontera au 2è tour des éliminatoires de la CAN U20 dont la phase finale aura lieu en Zambie en 2017. Les Mourabitounes juniors ont créé la sensation en éliminant l’Algérie au premier tour des éliminatoires. Après avoir perdu à l’aller (2-1), les Mauritaniens se sont imposés au retour 2-0 à Nouakchott. A l’aller au stade Omar Hamadi de Bologhine d’Algérie, les trois buts de la rencontre ont été inscrits en première période. Hamra Abderrahim (12è) a ouvert le score pour les Fennecs juniors avant que El Hacene El Ide (25è) n’égalise pour la Mauritanie.

Avant la pause El Melali Farid (45è, s.p.) redonnera l’avantage aux Algériens. Les Mauritaniens ont renversé la vapeur au match retour disputé dimanche dernier. Auteur du but égalisateur à l’aller, Hacen El Id a tracé la voie du succès de son équipe en ouvrant le score sur penalty (35è s.p.) avant que Houmeye Tanjy ne réalise le break dans les arrêts de jeu (90è min +5).

Les Mourabitounes juniors affronteront au 2è tour, les Aiglons de Baye Bah avec match aller à Nouakchott (20 mai) et retour à Bamako (entre le 10 et 12 juin). Ces retrouvailles entre nos deux pays interviennent après les éliminatoires du CHAN 2016 et de la CAN U23 2015. Lors du dernier tour éliminatoire du CHAN, Rwanda 2016, le Mali avait dominé 2-1 la Mauritanie avant d’aller chercher le nul à Nouakchott au retour. Au 2è tour des éliminatoires de la CAN U23, nos deux pays se sont neutralisés (1-1) à Nouakchott avant que les nôtres ne s’imposent largement 3-1 au stade Modibo Keïta. Pour Brahim Sow Deïna, responsable de la communication à la Fédération mauritanienne de football, la confrontation entre Aiglons et Mourabitounes juniors promet une belle empoignade avec un léger avantage pour les protégés de Baye Bah «Ce sera un bon match, une très bonne opposition pour la Mauritanie.
On cherche à grandir et c’est à travers ce genre de confrontations qu’on pourra progresser. La Mali est supérieur et part largement favori. De notre côté on n’a rien à perdre. Nos jeunes joueront crânement leur chance», a-t-il réagi après la qualification de son pays face à l’Algérie.

Les Aiglons ont entamé leur préparation il y a plusieurs semaines et ont déjà livré quelques matches amicaux contre la sélection nationale cadette (les Aiglonnets) de Jonas Komlan et certains clubs.  L’équipe a également effectué un déplacement en Tunisie où elle a livré deux matches amicaux contre la sélection locale. Lors de la première rencontre amicale disputée le 2 février, les jeunes de Baye Ba ont mordu la poussière 4-1 (le but malien a été marqué par Ismaël Traoré, 77è s.p.) mais ils se racheteront lors de la deuxième manche remportée 2-0 grâce aux réalisations de Sékou Traoré (73è) et Sidiki Maïga (77è).

Les Aiglons ont également participé au tournoi international amical à Bahreïn du 22 au 30 mars. La compétition a regroupé les moins de 23 ans de quatre pays : le Mali, le Mexique, le Japon et le Bahreïn, hôte du tournoi. En trois sorties, les Aiglons du Mali ont totalisé 2 victoires contre le Japon (2-0) et le Bahreïn (5-1) et une défaite face au Mexique. Contre le Japon les deux buts ont été marqués par Sidiki Maïga «Titi» (35è) et Boubacar Traoré «Abouta» (56è), alors que Cheick Oumar Sissoko (10è), Sidiki Maïga (75è et 83è), Moussa Djénépo (77è), et Abdoul Karim Sidibé (80è) ont frappé face à Barheïn.

Auparavant, les Aiglons avaient plié devant le Mexique malgré deux buts de Boubacar Traoré «Abouta» et Mohamed Sangaré  (3-2). Le trophée du meilleur gardien du tournoi a été décerné au portier des Aiglons, Samuel Diarra, tandis que Sidiki Maïga a terminé co-meilleur buteur du tournoi avec un joueur mexicain (3 buts chacun).

Dès leur retour au bercail, les joueurs de Baye Ba reprendront le cours normal de leur stage de préparation à raison d’un match amical par semaine. Ainsi, ils affronteront successivement l’ASB (3-1), Watib (3-1) et le FC Gaoussou (3-1). Hier, le sélectionneur national Baye Bah n’était pas joignable, mais selon nos informations, il y a plusieurs rescapés de la dernière CAN U17 et du Mondial, Chili en 2015 dans l’effectif des Aiglons.

Entre autres on peut citer les gardiens Samuel Diarra (ASKO), Alou Traoré (Djoliba AC), le défenseur Ismaël Traoré (CSK), les milieux de terrain Mamadou Sangaré (COB), Moussa Diakité (ASKO), Ousmane Diakité (Yeleen Olympique), Sidiki Maïga (Réal), Sékou Koïta (USC Kita) et Boubacar Traoré (Jeanne d’Arc). Impressionnant avec l’équipe locale au CHAN, Rwanda 2016, où le Mali a terminé à la 2è place, Aliou Dieng fait également parti du groupe tout comme le défenseur Bourama Doumbia (Black Stars) et le milieu de terrain Moussa Bagayoko (Black Stars).
L. M. DIABY

LE PROGRAMME
Tunisie-Sénégal
Ethiopie-Ghana
Gambie-Maroc
Côte d’Ivoire-Guinée
Burkina Faso-Congo
Mauritanie-Mali
Soudan-Malawi
Burundi-Nigeria
Ouganda-Egypte
Angola-Gabon
Mozambique-Lesotho
Namibie-Afrique du Sud
Zimbabwe-Cameroun
Libye-BĂ©nin

—

COB : LES HOMMAGES CONTINUENT POUR HENRI CORENTHIN

Après le comité directeur, le Collectif des membres et sympathisants du COB salue à son tour la mémoire du Docteur Henri Corenthin décédé le 18 avril à Port-Louis, en Guadeloupe. «Le Collectif des membres et sympathisants qui regroupe les dirigeants, les joueurs et les supporters du COB ont appris avec amertume la disparition du Docteur Henri Corenthin, membre fondateur du club. Cette perte immense, souligne le communiqué dont copie a été déposée à notre Rédaction, rappelle le souvenir d’un homme exceptionnel dont le destin symbolise la grandeur et le dévouement.

En mettant le COB sur les fonts baptismaux, l’illustre disparu et ses compagnons de lutte ont mis en exergue deux symboles fondamentaux : l’appellation du COB (Club Olympique) évoque par la seule évocation du nom donné au nouveau club, l’attachement à l’idéal olympique et la volonté d’appliquer les vertus cardinales du sport; l’adoption des cerceaux olympiques comme emblème du COB traduit le respect sacro-saint des principes et valeurs essentielles de l’éthique sportive lors des compétitions officielles.

Ces dispositions particulières, poursuit le communiqué, confirment la volonté de faire du COB un club omnisports de référence, un foyer d’action pour la pratique de l’ensemble des disciplines olympiques. Avec le Docteur Henri Corenthin disparaît une certaine race de serviteur de sport dont l’intégrité, la loyauté et le dévouement sont exemplaires».

«De notoriété publique, le COB perd son père spirituel et naturellement un ardent défenseur, un vaillant promoteur qui lui a consacré son temps et ses moyens (matériels et financiers). Au delà de tout doute raisonnable, insiste le communiqué, le Mali perd un digne fils, son enfant prodige venu d’ailleurs dont l’exemple honore ceux qui l’ont connu.

En optant dès l’indépendance pour la nationalité malienne, le défunt a donné à la jeunesse une véritable leçon de courage politique. Docteur Henri Corenthin, tes héritiers au Mali notamment au sein du Club olympique de Bamako seront à jamais fiers et dignes des immenses sacrifices consentis pour le bonheur de la patrie. Dors en paix Corenthin, que la terre te soit légère», conclut le communiqué qui est signé du secrétaire général et ancien capitaine du COB, Ousmane Diarra.

La RĂ©daction

PARTAGER