Champ hippique de Bamako : Quand le voleur crie au voleur

0
Le champ hippique
Le champ hippique de Bamako

Le cas que nous soumettons aujourd’hui Ă  nos lecteurs relĂšve presque de la science fiction. En effet, au moment oĂč nous mettions sous presse cette information, un homme, un citoyen, un chef de famille dort en prison pour des faits qu’il n’a pas commis, accusĂ© par un voleur disqualifiĂ©, accusĂ© par ce voleur d’avoir dĂ©tournĂ© un montant que l’accusateur lui-mĂȘme Ă  Ă©tĂ© incapable de dĂ©terminer devant le juge. AprĂšs avoir avouĂ© devant le mĂȘme juge le fait que lui-mĂȘme Oumar Noumanzana, car c’est de lui qu’il s’agit, a illĂ©galement retirĂ©, en tant que trĂ©sorier, plus de quatre millions (4 000 000) de francs CFA du compte de la fĂ©dĂ©ration de hippisme Ă  la BMS, en contournant la double signature.

 
Peut-on accuser un homme d’avoir dĂ©tournĂ© un montant non dĂ©terminĂ© ? Au Mali en 2014 oui ! Et mĂȘme le mettre en prison. Ousmane Sylla est en prison. Le voleur des 4 millions accuse la fĂ©dĂ©ration malienne de hippisme d’avoir dĂ©tournĂ© les subventions allouĂ©es lors des festivitĂ©s du cinquantenaire en 2010 devant le pĂŽle Ă©conomique. Sa plainte sera dĂ©clarĂ©e recevable, malgrĂ© son dĂ©faut de qualitĂ© du fait de sa destitution de sa fonction de trĂ©sorier. L’assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale, la plus haute instance, a donnĂ© quitus au bureau de sa gestion et a approuvĂ© les comptes. Elle a surtout dĂ©niĂ© Ă  quiconque le droit de porter plainte en son nom. Qui plus est, les plus hautes autoritĂ©s Ă  travers le ministre des sports a adressĂ© une lettre de fĂ©licitation Ă  la fĂ©dĂ©ration malienne de hippisme pour la haute tenue et la qualitĂ© des prestations fournies lors des festivitĂ©s du cinquantenaire. Le pĂŽle Ă©conomique dĂ©cide d’instruire. Lors de son enquĂȘte, certains prestataires n’ayant pu ĂȘtre contactĂ©s, les montants de leurs factures furent imputĂ©s Ă  MM. Ousmane Sylla et Mamadou KonatĂ©, soit environ quarante cinq millions (45 000 000) de francs CFA. Il s’agit notamment du monument du cheval Ă  l’entrĂ©e du champ hippique, de la tribune mĂ©tallique installĂ©e au bord de la piste et d’autres rĂ©alisations. Devant cette situation, la fĂ©dĂ©ration retrouva les prestataires et leur fit adresser des citations interpellatives par voie d’huissier, afin de confirmer leurs factures. Toutes ces piĂšces furent versĂ©es au dossier. MalgrĂ© tout cela, M. Ousmane Sylla, qui n’a rien Ă  craindre d’un procĂšs et qui prĂ©sente toutes les garanties de reprĂ©sentation, est en prison sur la plainte d’un voleur qui cherche Ă  se venger lui et ses acolytes aussi malpropres les uns que les autres!
Devant tant d’injustice et d’acharnement, nous soumettons Ă  la sagacitĂ© de l’opinion publique les piĂšces du dossier que nous dĂ©tenons, afin que chaque malienne, chaque malien sache le long chemin qu’il nous reste Ă  parcourir pour Ă©viter le chaos ! Car cette injustice, cette violence sociale extrĂȘme est insupportable !!! La suite du dossier pour lundi prochain INCHALLAH, oĂč nous Ă©voquerons le rĂŽle de l’actuel ministre de la jeunesse et des sports qui Ă©tait l’avocat du groupe des dissidents de la fĂ©dĂ©ration dont Oumar Noumanzana. Il parait qu’il aurait introduit des faits nouveaux!
ProcĂšs verbal de l’AssemblĂ©e gĂ©nĂ©rale qui rĂ©voque Oumar Noumanzana et autres du bureau de la fĂ©dĂ©ration

AprĂšs la reconnaissance des factures (tribune mĂ©tallique et monument, qui peut contester l’existence de ces ouvrages, qui se trouvent d’ailleurs bien en place ?
Mamadou DABO

fax

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fax3

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

fax4

PARTAGER