Champ hippique de Bamako : Qui est le 1er administrateur provisoire ?

0

Dans le cadre du renouveau du champ hippique de Bamako, le département des sports, propriétaire des lieux a décidé de rompre avec la gestion anarchique instaurée depuis la nuit des temps. Cette reprise en main de ce domaine clé du district s’est traduite par la nomination d’un administrateur provisoire, autrement dit responsable du champ hippique. Modibo BaKaga, puisque c’est de lui qu’il s’agit est un inspecteur de la jeunesse et des sports chevronné au parcours éloquent.  Qui est l’homme ? Lisez !

Natif de Kénieba, région de Kayes, Modibo Bakaga est un enfant des premières heures de l’indépendance du Mali. Successivement, après ses études primaires à Kénieba et Diamou, il débarque a Mourdiah, cercle de Nara, d’où il obtient son DEF en 1974. Après une année au lycée  Bouillagui FADIGA, il passa avec succès en 1978 le concours d’entrée à l’Institut national des Sports (I.N.S). De cette école, il sorta avec une maitrise d’Education Physique et Sportive en 1983 avec la mention Assez Bien. Assoiffé de connaissance qu’il est, Modibo Bakaga décide de retourner sur le banc en 2003.

Ce comeback à l’INJS le permettra de décrocher en 2007 le Diplôme de Cycle Supérieur en Education Physique et Sportive de l’Institut National de la Jeunesse et des Sports (Option Volley-ball). Spécialiste émérite en Enseignement de l’EPS (Initiation sportive, Animation sportive, Formation sportive et Management des activités sportives, des associations et structures sportives et des infrastructures sportives ; Encadrement de la jeunesse à travers les Animations socio-éducatives, socioculturelles et artistiques ;  Coordination et évaluation des activités Sportive, Socio-éducative, Socioculturelle et artistique et en Gestion des infrastructures socio – sportive, Bakaga est un véritable globetrotteur qui a fait ses preuves à l’intérieur du pays. De Mopti à Sikasso en passant par Bamako, il n’a laissé que de bon souvenir. L’expérience en magazine durant les stages pratiques et théoriques qu’il a effectué dans le domaine de l’enseignement, de l’animation, de l’encadrement, de l’administration, de moniteur, de secouriste et de l’arbitrage lui a servi de tremplin pour une carrière aussi riche. Modeste et disponible, Modibo Bakaga fait aujourd’hui les beaux jours du champ hippique. En parfaite intelligence avec l’ensemble des acteurs de la famille équestre, il incarne le renouveau de ce haut lieu historique du District de Bamako, conformément aux vœux du Ministre Housseyni Amion Guindo.

Successivement chef de la Section du Sport Scolaire et Universitaire Ă  la division des Sports de la Direction RĂ©gionale de la jeunesse des Sports des Arts et de la Culture de Mopti, Conseiller au sport au service de Cercle de la jeunesse, des sports, des Arts et de la Culture de Bandiagara, chef de service de Cercle de la jeunesse des Sports des Arts et de la Culture de Mopti, Chef de service de Cercle de la Jeunesse des Sports des Arts et de la Culture de Douentza, Youwarou et Bankass, Agent Ă  la Division des Sports de la Direction RĂ©gionale de la Jeunesse des Sports, des Arts et de la Culture de Mopti, Chef UnitĂ© Programmation, Animation et ContrĂ´le de la Section Programmation, Animation et ContrĂ´le de la Direction du Stade Omnisport puis Chef entitĂ© Arène, Chef de section entretien, nettoyage assainissement et cumulativement chargé  des installations techniques et responsable des infrastructures de l’Arène principale du  Stade du 26 Mars, ChargĂ© de la gestion des infrastructures sportives et techniques au sein de la section des installations techniques et sportives du Stade du 26 Mars de Bamako, Directeur RĂ©gional de la Jeunesse, des Sports, des Arts et de la Culture de Sikasso et Directeur RĂ©gional de la Jeunesse et des Sports de Sikasso. Depuis AoĂ»t 2014, il a Ă©tĂ© nommĂ© Responsable du Champ Hippique de Bamako. Pendant son passage dans la capitale du kĂ©nĂ©dougou, Bakaga s’était distinguĂ© par un projet d’Echange Inter Jeunesses des Pays de l’espace SKBO (regroupant les RĂ©gions de Sikasso au Mali – Kankan en GuinĂ©e Conakry – Korhogo en RĂ©publique de cĂ´te d’Ivoire et Bobo-Dioulasso  Burkina Faso). MalgrĂ© sa modestie, ce père de 7 enfants que Sikasso regrette toujours a pourtant, une collection de distinction qui n’a rien Ă  envier aux pionniers du secteur. Sans vouloir ĂŞtre exhaustif, il est dĂ©tenteur du DiplĂ´me de reconnaissance de la FĂ©dĂ©ration Malienne d’HaltĂ©rophile (F.M.H.), du DiplĂ´me de remerciement de la Ligue RĂ©gionale d’AthlĂ©tisme de Sikasso, du Certificat de reconnaissance de la FĂ©dĂ©ration Internationale d’AthlĂ©tisme (I.A.A.F.), du DiplĂ´me de reconnaissance de la FĂ©dĂ©ration Malienne de Basket – Ball, du DiplĂ´me de reconnaissance de la Commission Locale d’Organisation du TĂ©lĂ©thon en faveur de l’US-Bougouni et du DiplĂ´me de reconnaissance de la Jeune Chambre Internationale OLM de Sikasso. Comme plus grande satisfaction, l’homme qui s’est distinguĂ© par la  RĂ©alisation de cassettes audio de message de santĂ© sur le PEV, la dracunculose, le planning familial, le SIDA avec la troupe du HaĂŻrĂ© de Douentza, la RĂ©alisation de l’étude  monographique du village de Songho comme document de support au projet de classement du plateau Dogon sur la liste du patrimoine culturel mondial publiĂ© par la Direction Nationale du Patrimoine Culturel en 1998, l’initiation et la rĂ©alisation du MusĂ© communautaire de Fomborie commune rurale de Douentza, note la Biennale Artistique et Culturelle 2010 de Sikasso. Son gĂ©nie crĂ©ateur a permis Ă  la 3ème rĂ©gion de rĂ©ussir non seulement le pari organisationnel, mais aussi de rafler le 1er prix. MĂ©daillĂ© d’or de la Biennale Artistique et Culturelle 2010 du cinquantenaire, Modibo Bakaga n’a pas encore fini d’offrir le meilleur de lui Ă  sa patrie. Travailleur infatigable et planificateur hors pair, il est un exemple de cadre prĂŞt pour les dĂ©fis. Ceux du rayonnement du Mali.

 

Lamine Diallo  

 

PARTAGER