Championnat national de lutte : Dung Yara comme un vrai lion

0
0

Les lutteurs du plateau Dogon ont remporté le Drapeau du président de la République, Amadou Toumani Touré en s’imposant 3-2 face à l’USFAS.

La deuxième édition du championnat national de lutte amateur marquera-t-elle le début d’une nouvelle ère pour cette discipline ? S’il est prématuré de répondre à cette question, on peut affirmer sans risque de se tromper que le championnat national 2011 restera comme l’un des tournois les plus populaires et les plus relevés jamais organisés par la Fédération malienne de lutte amateur (FMLA). Toutes les grandes écuries du pays (Tanga sport, Dung Yara, USFAS, Grand Marché, Mayebe) ont participé à la compétition et le public du stade Ouezzin Coulibaly a vibré pendant plus de deux heures au rythme des tams-tams, trompètes et de la célèbre musique militaire (hymne du comité international de sport militaire) chantée par la Fanfare nationale. La tribune ouest affichait complet et la loge bien garnie avec la présence, entre autres, du ministre de la Jeunesse et des Sports, Djiguiba Keïta, du président de la Fédération malienne de lutte amateur (FMLA) Bréhima Sacko et du vice-président du Comité national olympique et sportif (CNOS), Tidiani Niambélé. Toutes les écuries sont venues avec leurs supporters et le moins que l’on puisse dire est que les spectateurs n’ont pas regretté d’avoir fait le déplacement. Non seulement les lutteurs ont gratifié les gradins d’un beau spectacle, mais plus important, il n y a eu aucun incident comme c’est souvent le cas lors des Drapeaux organisés par la fédération. Le clou du gala a été le sacre de l’écurie Dung Yara qui a remporté cette deuxième édition du championnat en dominant l’USFAS 3-2. Dung Yara devient ainsi la première écurie du pays à brandir le Drapeau du président de la République Amadou Toumani Touré quand on sait que l’année dernière, le trophée avait été remporté en individuel par Hamidou Traoré dit Tout Le temps. Conduite par des lutteurs de renom comme Amidou Harama, Youssouf Guindo et le poids lourd Tidiani Zoromé, l’écurie Dung Yara (lion en Dogon) a confirmé sa montée en puissance et s’affirme désormais comme une rivale de poids pour les deux grandes écuries du District, Tanga sport et le Grand marché.

FIN DE SERIE POUR TOUT LE TEMPS-L’autre grand moment de cette deuxième édition du championnat a été la première défaite du multiple champion du Mali, Hamidou Traoré face à Amidou Harama de Dung Yara. Tout Le Temps, comme l’appellent familièrement les supporters s’est fait surprendre en demi-finale par équipe, concédant ainsi la première défaite de sa carrière au plan national. Jusqu’à dimanche, le patron de l’écurie Tanga sport régnait en maître absolu sur la lutte nationale et aucun combattant n’avait réussi à le terrasser. « Au Mali, personne n’a réussi à me battre et n’est pas encore né le lutteur qui peut me détrôner », répétait à l’envie Hamidou Traoré. Le redoutable lutteur est tombé dimanche face à Amidou Harama, l’un des grands artisans du sacre de l’écurie Dung Yara. Mais en individuel, Tout Le Temps a conservé son titre de champion du Mali des 86kg en dominant facilement le même adversaire. Auparavant, le multiple champion du Mali avait offert la médaille de bronze à son écurie en battant un autre poids lourd de la lutte, Mamadou Touré dit Wara. Chez les 66kg, Seydou Traoré du Grand marché a dominé Adama Pona de Tanga sport, tandis que Sambou Samaka (USFAS) a été sacré dans la catégorie des 76kg face à Drissa Guindo (Dung Yara).

Chez les lourds (100 et +100kg), Madou Togo (Tanga sport) et Tidiani Zoromé (Dung Yara) se sont hissés sur la plus haute marche du podium en dominant, respectivement Youssouf Gundo (Dung Yara) et Dramane Konaté (Grand marché). Une quarantaine de lutteurs issus de sept écuries, étaient en lice pour le Drapeau du chef de l’Etat. Outre les écuries de Bamako, Kayes, Mopti et Ségou ont participé au gala. Toutes les délégations ont reçu des prix offerts par la Fédération malienne de lutte amateur et le vainqueur du Drapeau ATT, Dung Yara a empoché la coquette somme de 500.000F cfa. « La Fédération malienne de lutte amateur félicite tous les lutteurs qui ont participé à cette deuxième édition du championnat. Aussi, elle témoigne sa reconnaissance aux plus hautes autorités du pays et à tous ceux qui ont contribué à l’organisation de la compétition. Notre objectif reste la promotion et le développement de la lutte dans notre pays. Les défis sont nombreux, mais après ce qu’on a vu l’année dernière et cette année, on peut dire que nous sommes sur la bonne voie », dira le premier responsable de la fédération, Bréhima Sacko.

 

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.