Championnat national : La J. A. au delà des attentes

0
5

Sous la houlette du duo d’attaque composé de Sadio Tounkara et Bougadari Fomba la Vieille Dame a créé la surprise en dominant le Stade malien 2-0.

C’est le premier coup de théâtre du championnat. Dimanche, la J. A. s’est payée la peau du champion sortant, le Stade malien battu 2-0. La Vieille Dame inflige ainsi aux Blancs leur première défaite de la compétition et porte son capital point à 13 contre 16 pour le leader du classement, le Djoliba. Cette rencontre Stade malien-J. A. était très attendue par les supporters, surtout du côté de Sotuba. Les raisons ? Parce que lors de la 7è journée, les Blancs affronteront le Djoliba et avaient besoin de rassurer les supporters avant ce grand classique. Dès lors, on comprend la déception des inconditionnels de Sotuba après la gifle reçue par le capitaine Mamoudou Simpara et ses coéquipiers, dimanche face à la J. A. Il n’y a pas eu de round d’observation pour cette rencontre qui a commencé à cent à l’heure. Dès la dixième minute, Sadio Tounkara ouvre le score pour son équipe.

Bien servi par Bougadari Fomba, l’attaquant-vedette de la J. A. s’infiltre dans la surface, avant de battre Abdoulaye Samaké d’un tir croisé (10è min ; 0-1). Surpris par ce but matinal, les Blancs répliqueront à la 25ème minute par Oumar Kida. A la réception d’un centre de Bakary Dembélé, l’attaquant stadiste place un coup de tête qui survole la barre transversale. Les Blancs remettent ça quelques minutes plus tard par le même Bakary Dembélé qui offre un caviar à Oumar Kida. L’attaquant de Sotuba contrôle bien le cuir du pied avant de tirer sur le gardien de la J. A. qui repousse le ballon (35è min). On notera également à l’actif des pensionnaires de Sotuba cette autre tentative de Bakary Dembélé repoussée par le keeper de la J. A., Mamadou F. Camara visiblement en grande forme. Au retour des vestiaires, le technicien stadiste verse trois joueurs dans le bain : Bakary Coulibaly, Souleymane Dembélé et Cheick Tounkara.

Mais malgré ces changements, les Blancs ne se créeront pas d’occasions nettes si l’on excepte ce tir de Bakary Coulibaly ‘’Bako’’ extrait du bout des doigts Mamadou F. Camara (63è min). Pendant ce temps, la J. A. se contentera de garder le ballon le plus longtemps possible et de procéder par des contres. Une tactique qui portera fruit avec ce deuxième but marqué par Sadio Tounkara dans les arrêts (90è min+3). Le coach Guéladio Nango salue la prestation de ses joueurs. « Je suis satisfait de la prestation de mes joueurs. Quand on joue contre une grande équipe comme le Stade malien il faut être au top pour espérer l’emporter. Aujourd’hui, mes joueurs ont été présents pendant 90 minutes ; ils méritent largement leur victoire », analysera Guéladio Nango. « ça n’a pas marché aujourd’hui. On était venu pour gagner, mais malheureusement on a perdu. C’est le football, soit on gagne, soit on perd.

Pendant les 20 premières minutes, la J. A. a eu la maîtrise du jeu. Après nous nous sommes ressaisis et nous avons dominé le reste de la mi-temps, mais sans réussir à concrétiser cette domination. Je félicite la J. A. pour sa victoire », dira pour sa part le technicien stadiste Abdoul Razak. Dans l’autre rencontre du jour, il n’y a pas eu ni vainqueur, ni vaincu entre le CSK et le Réal. Dès le coup d’envoie de la rencontre les deux équipes se sont lancées dans la bataille à corps perdu. A la dixième minute les Centristes annoncent la couleur. A la réception d’un caviar de Bouyé Kanté, Abdoulaye Bangoura fait un contrôle orienté dans la surface adverse avant d’être fauché par le défenseur central du Réal, Oulaï H Jean Paul. Le référé central Gaoussou Kané n’a pas hésité a montré le point de penalty. Issaka Samaké transforme la sentence (10è min ; 1-0). Les Boys continuent à imposer leur rythme et multiplier les assauts dans la surface adverse. Mais à la 26ème minute, le Réal égalise contre le cours du jeu. Suite à un coup franc bien exécuté par Mamadou Kanté, Salif Ballo saute plus haut que tout le monde et place un heading qui termine sa course au fond des filets du keeper centriste (26e min ; 1-1). On en restera là jusqu’à la mi-temps.

A la reprise, le Réal continue sur sa lancée. Après plusieurs tentatives infructueuses, Nico Daou donne l’avantage aux Scorpions à la 75ème minute, suite à un centre de Salif Ballo. L’attaquant du Réal profitait ainsi d’une grosse faute de main du keeper centriste, Alassane Diallo (75è min ; 1-2). Mais la joie de Jean Paul Oulaï et ses coéquipier sera de courte durée, Aboubacar I. Toungara remettant les pendules à l’heure pour le Centre dans les arrêts de jeu (90è min+3 ; 2-2). Score final : 2-2. « Je pense qu’on eu un problème de communication. Il ne restait qu’une poignée de minutes à jouer et on avait l’avantage au score. Les joueurs ne sont pas parlés sur l’action qui a amené le coup franc. Il faut dire aussi qu’on a manqué de lucidité en attaque. Pour toutes ces raisons, je peux dire que le résultat est décevant. Mais comme c’était mon premier, je reste positif », commentera le nouvel entraîneur du Réal, Mamoutou Kané dit Mourlé. « Cela fait deux journées que je n’ai pas eu mon effectif au complet. Le vrai problème de mes joueurs est qu’ils négligent les entraînements. Il va falloir hausser le ton avec les joueurs », a martelé le coach du CSK, Adama Keïta.

Dimanche 8 janvier au stade Modibo Keïta CSK–Réal : 2-2

Buts de Issaka Samaké (10è min) et Aboubacar I. Toungara (90è+3) pour le CSK ; Salif Ballo (26è min) et Nico Daou (75è min) pour le Réal. Arbitrage de Gaoussou Kané assisté de M’Baba N. Diabaté et Boubacar Kinta

CSK : Alassane Diallo, Boubacar Ballo, Ibrahim Keïta, Issaka Samaké, Sadio Diarisso, Broulaye Sangaré, Adama Keïta, Naman Camara (c) (Boubacar Keïta), Bouyé Kanté, Aboubacar I. Toungara, Abdoulaye Bangoura (Yacouba Niaré). Entraîneur : Adama Keïta

Réal : Almamy Sogoba, Fousseyni Sidibé (Ibrahim K. Coulibaly), Mamadou Kanté, Bourama Coulibaly, Oulaï H Jean Paul (c), Malamine Mariko, Ibrahim C. Diakité, Ibrahim Guindo (Souleymane Diarra), Aly B. Sylla, Salif Ballo, Siriman Magassouba (Nico Daou). Entraîneur : Mamoutou Kané

Stade malien de Bamako–J. A. : 0-2 Buts de Sadio Toungara (10è et 90è min +3) Arbitrage de Abdoulaye Sissoko assisté de Fousseny Traoré et Amadou Diakité

Stade malien de Bamako : Abdoulaye Samaké, Bakary Dembélé, Mahamadou Kondo, Moussa D. Coulibaly, Dramane Traoré, Cheick M.C Doumbia, Mamoudou Simpara (c) (Cheick Tounkara), Lamine Diawara (Bakary Coulibaly), Mohamed Koumaré, Ousmane Cissé, Oumar Kida (Souleymane Dembélé). Entraîneur : Abdoul Razak

J. A. : Mamadou F. Camara, Souleymane Konaté(c) (Aboubacar Traoré), Abdoulaye Agoyé, Youssouf Diarra, Komby Keïta, Amadou A. Cissé, Ibrahim Fofana, Mahamadou Koïta (Boubacar Mariko), Amadou Gakou (Sékouba Coulibaly), Sadio Tounkara, Bougadari Fomba. Entraîneur : Guéladio Nango.

 

Boubacar Thiéro

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.