CISA : Pour chercher des solutions aux problèmes du sport africain

0
14

Notre pays focalisera l’attention du monde sportif africain cette semaine avec la tenue de la 6è édition de la Convention internationale du sport en Afrique, CISA 2012.

Plus d’une centaine de participants venus d’horizons divers participeront à ce grand événement sportif co-organisé par le Comité national olympique et sportif (CNOS) et JAPPO-Evens. La cérémonie d’ouverture est prévue aujourd’hui à 19h à l’hôtel de l’Amitié et sera présidée par le ministre de la Jeunesse et des Sports, Djiguiba Keïta, en présence du président du Comité national olympique et sportif, Habib Sissoko et du directeur général de JAPPO, Jamil Faye. Les directeurs de communication du Comité international olympique (CIO) et des Jeux olympiques de Londres 2012 figurent également parmi les invités de marque de ce grand événement sportif que notre pays abrite pour la première fois de son histoire.
La CISA est une initiative de JAPPO, une société de gestion d’événements et de management en sport basée à Dakar au Sénégal. Le besoin d’organiser la CISA est parti du constat que l’Afrique est le seul continent où les gens ne sont pas en réseau au niveau du sport et où la réflexion sur la problématique du sport n’est pas une priorité. CISA fut donc créée pour offrir des opportunités de développer le sport, débattre et chercher des solutions aux problèmes du sport en Afrique.
Les objectifs de CISA sont entre autres aider les acteurs du milieu sportif africain à former des partenariats avec d’autres acteurs, aider certaines organisations à atteindre leurs objectifs, favoriser le partage de l’information provenant de différentes personnes du milieu sportif. Cette 6è édition de la CISA sera notamment marquée par une exposition sportive appelée Sport-Expo, une publication d’un répertoire du sport continental. Les organisateurs prévoient également l’intronisation au panthéon de la gloire du sport africain, c’est-à-dire la distinction des meilleurs athlètes et dirigeants sportifs du continent. Cette intronisation se fera au cours de la soirée de gala prévue demain à partir de 20h. Lors de la même soirée, précise un responsable du CNOS, des JAPPO-Awards seront remis à des personnalités et des organisations sportives reconnues pour leur contribution au développement du sport en Afrique. Quatre prix seront décernés lors de l’intronisation au panthéon de la gloire du sport africain : les meilleurs athlètes féminin et masculin, le meilleur dirigeant sportif et le meilleur technicien de sport.
Mais dès hier, le coup d’envoi des activités de cette 6è édition de la CISA a été donné avec deux séminaires organisés à l’intention des journalistes sportifs et des athlètes. Cette innovation, expliquera le premier responsable de JAPPO-Evens Jamil Faye, vise à mettre en place les bases utiles pour la réussite de l’événement. « Ce séminaire s’articule autour de l’olympisme. Au cours de cette session on parlera surtout de l’olympisme et de la couverture médiatique des grands événements sportifs. Pour une bonne couverture des JO, le journaliste doit connaître au moins trois choses : la procédure d’accréditation de la presse, la procédure de qualification des athlètes et l’organigramme même du CIO », indiquera Jamil Faye, avant de préciser que plus de 100 délégués participeront à cette 6è édition de la CISA.
Le président de l’Association des journalistes sportifs du Mali (AJSM) Oumar Baba Traoré a salué l’initiative du Comité national olympique et sportif d’organiser une session de formation pour la presse sportive afin de permettre aux journalistes d’avoir toutes les informations utiles sur la CISA. « Cette formation est une aubaine pour la presse sportive du Mali. Je remercie le Comité national olympique et sportif pour cette initiative et j’espère que mes confrères vont tirer un maximum de profits de cette session », dira le premier responsable de l’AJSM. Même son de cloche du côté du directeur exécutif du CNOS, Oumarou Tamboura qui insistera sur l’importance de la session pour le sport malien en général et la presse sportive en particulier. « L’organisation de ce séminaire et de la CISA est un privilège pour le Mali. C’est le fruit de la bonne collaboration qui existe entre le Comité national olympique et sportif et le département de tutelle qui ont toujours marché main dans la main », soulignera le directeur exécutif du CNOS.
Parmi les participants au séminaire figurent également des journalistes congolais et ivoiriens. Le Mali est le 6è pays à abriter la CISA après le Sénégal, le Nigeria, l’Egypte, l’Afrique du Sud et le Maroc.

par Souleymane Bobo Tounkara

jeudi 1er mars 2012

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.