Coupe de la confédération : REAL-DJOLIBA, une bonne nouvelle !

0

confédérationLe hasard du tirage au sort a mis les deux équipes maliennes face à face. Quelle que soit l’issue du match, notre pays sera présent à la phase de poules. 

Quand la nouvelle est tombée hier vers 10h, à savoir le choc Réal-Djoliba comptant pour le tour de cadrage de la C2, la plupart des supporters pensait qu’il s’agissait d’un simple poisson d’Avril. C’est vrai qu’on était le 1er avril hier, mais il ne s’agissait nullement d’une quelconque plaisanterie, c’était le résultat du tirage au sort du tour de cadrage que les supporters attendaient avec impatience pour ne pas dire angoisse en raison de la présence de deux équipes maliennes parmi les prétendants à la phase de poules.

Le Djoliba et le Réal, puisqu’il s’agit de ces deux formations, avaient les yeux braqués vers le Caire, siège de la CAF, et attendaient, à l’instar des quatorze autres équipe en lice, de connaître le nom de leurs adversaires des huitièmes de finales-bis qui conduisent directement à la phase de poules. Vers 10h, le verdict du tirage au sort est tombé : le Réal affrontera le Djoliba dans un duel 100% malien.

Pour avoir été reversé en coupe de la Confédération après son élimination au dernier tour de la Ligue des champions, le Réal recevra le Djoliba à l’aller et disputera la manche retour à l’extérieur…au stade Modibo Keïta. C’est dire que quel que soit le résultat du match, il y aura forcément une équipe malienne en phase de poules. Si le Réal l’emporte, il participera à sa première phase de poules, mais si le duel tourne à l’avantage des pensionnaires de Hérémakono, ces derniers s’ouvriront les portes de leur troisième phase de poules après les campagnes de 2010 et 2012.

On s’en souvient, pour leur première campagne en C2, les Djolibistes avaient été éliminés dès le tour initial, mais deux ans plus tard (2012) ils se hisseront la finale, avant de tomber face aux Congolais de l’AC Léopards. Cette année, le Djoliba était logé dans la même poule que le Stade malien, mais jamais dans l’histoire de cette C2, deux clubs maliens ne se sont rencontrés au tour de cadrage.

Cela donne forcément une saveur particulière à la double confrontation qui va mettre aux prises Scorpions et Rouges au delà bien entendu de l’enjeu du match qui est la qualification à la phase de poules. D’un côté le Réal ambitionne de se hisser pour la première fois dans le Top 8 continental et de l’autre, le Djoliba rêve d’une troisième participation à la phase de poules et sait qu’il a toutes les cartes en main pour aller au bout de son rêve.

A l’issue de ce «clasico» à la malienne, l’un des deux protagonistes restera à quai et dira adieu à la compétition. Mais en fait, il n y aura ni vainqueur, ni vaincu dans ce duel fratricide. Le grand vainqueur sera le football malien. En effet, pour la quatrième fois en cinq ans, les clubs maliens se retrouvent dans le Top 8 africain avec la possibilité pour l’équipe qui décrochera le précieux sésame d’offrir une deuxième couronne continentale à notre pays après celle remportée par le Stade malien en 2009.

La Fédération malienne de football (FEMAFOOT) et les supporters peuvent donc se frotter les mains et remercier cette main heureuse qui a mis le Réal et le Djoliba face à face. A défaut de l’arlésienne Ligue des champions qui continue de nous fuir, plus d’une décennie après le lancement de la nouvelle formule, la coupe de la Confédération offre l’opportunité à nos clubs de rester dans l’élite continentale et d’avoir en conséquence des retombées sportives et financières.

Mais l’entraîneur du Réal, Nouhoum Diané ne semble pas satisfait du résultat du tirage au sort. Les raisons : parce que le technicien estime que les deux équipes maliennes méritent chacune de participer à la phase de poules et pour lui l’idéal aurait été qu’elles ne se croisent pas à ce stade de la compétition. «Cela aurait permis au Mali, explique le technicien, de gagner des points sur l’échiquier continental.

Mais comme le tirage au sort en a décidé autrement on ne peut que l’accepter. Je m’attends à un match difficile face au Djoliba, mais on fera tout pour se racheter de notre échec en Ligue des champions. Dans tous les cas, terminera Nouhoum Diané, le plus important, c’est la participation du Mali à la phase de poules et quelle que soit l’équipe qui va se qualifier, on sera tous derrière elle».

Le président du Djoliba, Tidiani Niambélé partage largement l’avis du coach réaliste et affirme que son souhait était la participation de nos deux représentants à la phase de poules.

«Comme en 2012, on aurait aimé voir deux équipes maliennes dans le Top 8, mais il y en aura qu’une seule. Aujourd’hui (hier, ndlr) quand on m’a annoncé la nouvelle je pensais que c’était un poisson d’Avril. Je ne m’attendais pas du tout à une confrontation entre nos deux représentants, mais c’est aussi ça le charme du football», ajoutera le premier responsable des Rouges qui s’attend également à une partie difficile. «Je me méfie de faire des pronostics. Certes le Djoliba a déjà participé à la phase de poules et reste sur une victoire en championnat contre le Réal. Mais de là à dire que nous sommes favoris, il y a un pas que je n’oserai pas franchir», dira Tidiani Niambélé en rappelant que son équipe «est en phase de reconstruction».

Les matches aller de ce tour de cadrage sont prévus les 18-19-20 avril, tandis que les manches retour se disputeront entre les 25, 26 et 27 avril. Mais pour ce qui concerne le Réal et le Djoliba, la double confrontation se disputera au même endroit (le stade Modibo Keïta), devant le même public et probablement avec les mêmes acteurs. Seuls changeront les arbitres et les commissaires du match.

 

S. B. TOUNKARA

 

 

 

Le tableau du tour de cadrage

Al Ahly (Égypte)-Difaa El Jadida (Maroc)

AS Real (Mali)-Djoliba (Mali)  

AC Léopards (Congo)-Medeama (Ghana)

Kaizer Chiefs (Afrique du Sud)-ASEC Mimosas (Cote d’Ivoire)

Coton Sport Garoua (Cameroun)-Petro Atletico (Angola)

Horoya (Guinée)-Etoile du Sahel (Tunisie)

Sewe Sport (Cote d’Ivoire)-Bayelsa (Nigeria)

Nkana (Zambie)-CA Bizertin (Tunisie)

PARTAGER