Coupe de la Confédération : Réal, la grande aventure commence

2

Coupe de la Confédération : REAL, LA GRANDE AVENTURE COMMENCEPour la journée inaugurale de la phase de poules, les Scorpions reçoivent, demain au stade Modibo Keïta,les Ivoiriens de l’ASEC Mimosas tombeurs du COB en seizièmes de finale de cette même coupe de la Confédération.

 

 

Ce samedi, le Réal joue son premier match dans la phase de poules de la coupe de la Confédération. Les Noirs et blancs affrontent l’ASEC Mimosas de la Côte d’Ivoire au compte de la première journée de la phase initiale. Un peu à la traine en championnat national (5è, 28 points et un match de moins), l’équipe de Djicoro-Para va tenter de se faire une place au soleil dans la C2. Cette nouvelle aventure commence avec la réception des Mimosas, demain au stade Modibo Keïta.

 

 

La rencontre était initialement prévue le dimanche 18 mai mais elle a été avancée de 24h par la Confédération africaine de football (CAF) qui a justifié cette décision par des contraintes liées au marketing. Pour mémoire, le Réal partage le groupe A avec l’ASEC mimosas, AC Léopards et Coton sport de Garoua.

 

 

Les Scorpions auront donc l’avantage de disputer leur premier match à domicile mais contre un adversaire qui se sent bien à Bamako comme un poisson dans l’eau. C’est le moins que l’on puisse dire quand on sait qu’en 6 déplacements à Bamako, l’ASEC n’a perdu qu’une fois. En six voyages à Bamako, les Ivoiriens affichent un bilan d’une victoire, quatre nuls et une défaite. La dernière victoire en date des Mimosas au stade Modibo Keïta remonte à mars dernier contre le COB battu 2-0 en seizième de finale de cette même coupe de la Confédération. Les Réalistes sont donc avertis : pour espérer battre l’ASEC, ils doivent jouer à leur meilleur niveau et éviter les erreurs commises par le passé par nos clubs.

 

 

Depuis le début de cette campagne africaine, les Mimosas s’appuient sur un groupe composé de joueurs d’expérience. Aussi, l’équipe dispose de joueurs très techniques et rapides et qui sont pour la plupart des joueurs de grand gabarit. Contre le COB, les Ivoiriens ont non seulement dominé le match, mais ils ont su également gérer la partie surtout après avoir ouvert le score.

 

 

L’entraîneur du Réal, Nouhoum Diané qui a sans doute visionné la casette de cette rencontre, est conscient de la tâche qui attend son équipe et insiste sur la nécessité pour ses protégés de rester concentrés de la première à la dernière minute. «Nous abordons cette rencontre comme nous le faisons depuis le début de la campagne africaine c’est-à-dire avec sérénité et concentration», annonce le technicien.

 

 

«Maintenant que nous sommes en phase de poules, il faut négocier chaque match, faire le plein à domicile et aller chercher quelques points à l’extérieur. L’objectif, c’est la qualification pour les demi-finales et nous savons que le premier match est toujours important sur le plan comptable mais aussi sur le plan mental», souligne Nouhoum Diané. «Nous avons déjà atteint notre premier objectif à savoir la qualification à la phase de poule, maintenant le plus dur commence et nous n’avons pas le droit de décevoir le public malien», ajoute l’entraîneur réaliste.

 

 

«Nous allons jouer contre une équipe que je ne connais pas personnellement mais je dois avoir des vidéos très prochainement pour les visionner. Le match risque de se jouer sur des petits détails, donc il faut être très vigilant derrière et être concentré devant les buts pour ne pas avoir à le regretter plus tard», conclura Nouhoum Diané qui devrait disposer de son groupe au grand complet. Depuis le début de la saison, le Réal traine un problème : le manque de vitesse d’exécution.

 

 

Les protégés de Nouhoum Diané ont toujours eu la maîtrise du ballon mais ils n’accélèrent jamais le jeu et cela permet à la défense adverse de revenir. Si les Scorpions veulent gagner contre l’ASEC, ils doivent éviter de trop garder le ballon, jouer vite et se montrer efficaces devant les buts adverses.

 

 

Dans un article publié sur le site des Jaunes et noirs d’Abidjan on peut lire ceci. «Le premier atout psychologique de l’ASEC Mimosas est qu’elle sait voyager. Elle l’a démontré en gagnant 2 de ses 3 matches de coupe d’Afrique, cette saison, à Bamako, d’abord, puis à Johannesburg, ensuite contre une courte défaite à Constantine, en Algérie. Va-t-elle le confirmer, ce samedi, au stade Modibo Keïta de Bamako, face à l’AS Réal, son premier adversaire de la poule A en Coupe de la Confédération ?». « Je ne sais pas pourquoi c’est ainsi. Est-ce parce qu’à l’extérieur nous jouons sans pression ?», répond l’entraîneur Siaka Traoré «Gigi». «Le second atout psychologique, poursuit le site, est que les équipes maliennes réussissent à l’ASEC Mimosas. Les Jaunes et Noirs qui connaissent bien le stade Modibo Keïta n’y ont pratiquement jamais perdu. Leur seule défaite (2-0) au terme du temps réglementaire remonte à 2001 lors des matches retour des 16es de finale de la Ligue des champions face au Stade malien de Bamako.

 

 

A l’aller, l’ASEC Mimosas avait gagné (2-0) à Abidjan. Au retour, elle avait perdu (2-0), mais s’était qualifiée (4-3) dans les tirs au but. Les autres fois, contre le Stade malien en 1964, l’ASEC a obtenu le nul (3-3) et en 1971, elle était allée arracher le match nul (2-2) à Bamako contre le même adversaire, tout comme elle avait réussi à accrocher (1-1) le Djoliba à Bamako en 1990, lors de la finale retour de la coupe UFOA qu’elle remportait pour la première fois, puis en 1993, dans le cadre des 16es de finale aller de la coupe d’Afrique des clubs champions. Récemment elle y a défait (2-0) le COB en 16es de finale aller de la coupe de la Confédération 2014. Et chaque fois, l’issue de la qualification a été favorable à l’ASEC Mimosas », souligne le site du club ivoirien.

 

 

Le site du club pense que l’entraîneur Siaka Traoré a trouvé son équipe depuis le début de la compétition. «Au noyau dur Badra Ali Sangaré, dans les buts, Bangaly Soumahoro, Moustapha Sakanoko, Assane Koné, Adama Kangouté ou Nabi Koné, en défense, Mvondo, Mark Seyere, Hugues Evrad Zagbayou, au milieu et Foba Kabran Stevens Koffi et Boua Koffi Davy Mahindé, en attaque, sont venus s’ajouter Ibrahima Fofana, Youssouf Dao et quelques jeunes loups. C’est ce groupe qui s’est brillamment qualifié pour la phase de poules. Il a progressé dans le jeu au regard de ses dernières sorties et Gigi entend le reconduire pour la phase de poules. «Mes joueurs ont beaucoup progressé dans le jeu et ils sont dans une bonne période. Tout cela est un grand atout pour nous», a confié l’entraîneur mimosas avant le voyage de Bamako. «Notre stratégie à Bamako sera l’offensive. On va chercher à gagner chez l’adversaire comme on le fait depuis le début de cette campagne africaine», ajoutera le coach mimosas. Gigi est convaincu que jouer chez l’adversaire n’est plus un handicap. Il suffit de jouer crânement et se montrer réaliste pour que la victoire soit au rendez-vous. Et c’est ce que les Mimosas ont bien l’intention de faire, ce samedi, au stade Modibo Keïta», conclu le site de l’ASEC.

 

 

L’autre match du groupe entre AC Léopards et le Coton sport de Garoua a été reporté en raison des éliminatoires de la CAN 2015 à laquelle participent plusieurs joueurs congolais. Dans la poule B, Al Ahly reçoit le Nkana de Zambie, tandis que Séwé sport de San Pédro sera l’hôte de l’Etoile sportive du Sahel.

 

L. M. DIABY

Samedi 17 mai au stade Modibo Keïta

16h : Réal-ASEC Mimosas

Arbitrage du Tunisien, Slim Jedidi assisté de ses compatriotes Anouar Rmila et Mohamed Bitouta.

Commissaire : Mohamed Abdatt Bilal (Mauritanie).

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Si les deux lateraux acceptent physiquement d’apporter leurs aide à l’attaque je pense que l’AS REAL peut reediter l’exploit du STADE MALIEN. J’ai regardé le match contre ES DE TUNIS, il leur a manqué l’experience et l’apport des lateraux sinon c’etait un très bon match.
    PS : Il doit serrer les lignes sans ballon.

Comments are closed.