Coupe de la confédération : Le real rattrapé par les exigences du haut niveau

0
Coupe de la confédération : Le real rattrapé par les exigences du haut niveau
Malgré l’expulsion du défenseur Cédric Djeugoue (en blanc) en 2è période, les Réalistes se sont encore faits piéger en fin de partie

Pour leur baptême du feu en phase de poules de la C2, les Réalistes ont séduit par la qualité de leur football mais il en fallait plus pour espérer rivaliser avec l’élite continentale.

Pendant toute cette campagne de la coupe de la Confédération aucune formation n’a réussi à dominer le Réal dans le jeu. Au contraire, tous les entraîneurs adverses ont reconnu la qualité du football produit par les Scorpions, certains comme le Portugais Gomes Da Rosa de Coton sport avouant même que «le Réal est l’une des meilleures équipes du continent». Mais à quoi sert de produire du beau jeu quand on ne gagne pas ? Rien, et les Scorpions viennent de l’apprendre à leurs dépens.

En 6 rencontres, ils n’ont enregistré qu’une seule victoire pour 3 nuls et 2 défaites. Le «drame», c’est que les protégés du coach Nouhoum Diané n’ont pas gagné une seule rencontre à domicile, concédant 2 nuls et 1 défaite en 3 sorties. La seule victoire du keeper-capitaine Almamy Sogoba et de ses coéquipiers a été acquise à l’extérieur sur le terrain de l’AC Léopards battu 2-1 à Dolisie lors de la 5è et avant-dernière journée de la phase de poules (c’est sur ce même score que les Fauves du Niari l’avaient également emporté à Bamako. En 6 journées de compétition, les Réalistes n’ont donc pu engranger que 6 points sur 18 possibles. Conséquence : les Noirs et blancs ont été éliminés et ne participeront pas aux demi-finales, comme l’avaient fait avant eux, les Stadistes sacrés en 2009 dans cette même coupe de la Confédération et les Djolibistes finalistes en 2012 (défaite face à l’AC Léopards). Jugé à travers la qualité de son football, le Réal avait les moyens, sinon de remporter cette C2, au moins d’atteindre le dernier carré. Malheureusement, le coach Nouhoum Diané et ses protégés ont été rattrapés par les exigences du haut niveau et les Réalistes n’ont jamais pu se mettre à la hauteur du défi qui était le leur dans cette campagne africaine. On pourra toujours épiloguer sur les lacunes individuelles étalées par certains cadres de l’équipe dont le keeper-capitaine Almamy Sogoba ou encore le canonnier Moussa Koné «Koffi». Mais le vrai problème des Scorpions, c’est que l’équipe n’était pas suffisamment armée-surtout sur le plan mental-pour aller le plus loin possible dans la compétition. On s’en est encore aperçu, dimanche lors de la rencontre contre Coton sport de Garoua, comptant pour la 6è et dernière journée de la phase initiale.

Comme à l’aller au Cameroun (défaite 2-3), les Réalistes ont encore dominé le sujet de la tête et des épaules et auraient pu s’imposer par 3, voire 4 buts d’écart. Mais après avoir ouvert le score dans les arrêts de jeu de la première période (but d’Aly Badra Sylla, 45è min+1) et préservé cet avantage jusqu’à la fin du temps réglementaire, ils ont laissé filer la victoire dans le temps additionnel à la grande déception du public du stade Modibo Keïta (but de Jean Joseph Koumbous intégré à la 80è min). L’attaquant camerounais profitait ainsi d’un manque de concentration de l’arrière-garde réaliste, notamment du gardien Almamy Sogoba trop avancé sur le coup.

Au match aller, les Camerounais avaient marqué le but de la victoire dans les mêmes conditions, c’est-à-dire au plus fort de la domination des Scorpions. Lors de la 4è journée, les Congolais de l’AC Léopards s’étaient imposés également dans les arrêts de jeu et après que les protégés de Nouhoum Diané eurent raté, coup sur coup, trois face à face avec le gardien adverse. «Cette défaite est cruelle, il manque un tueur devant», commentera le technicien réaliste après le revers subis à domicile face aux Fauves du Niari. Dimanche contre Coton sport de Garoua, le Réal n’a pas complètement survolé la rencontre comme il l’avait fait lors de la 4è journée mais le keeper-capitaine Almamy Sogoba et ses coéquipiers se sont créés un nombre incalculable d’occasions qui ont été dilapidées par la ligne d’attaque de l’équipe. Et la pilule est d’autant plus difficile à avaler que les visiteurs ont égalisé alors qu’ils évoluaient en infériorité numérique (expulsion du défenseur Cédric Djeugoue pour cumul de cartons jaunes). Aussi, après l’égalisation de Joseph Koumbous, Moussa Koné «Koffi» aura la balle du 2-1 mais l’attaquant réaliste perdra son duel avec le gardien Maxime Loïc Feudjou (90è min+3).

La victoire n’aurait pas permis au Réal de se qualifier pour les demi-finales parce que AC Léopards s’est largement imposé 4-1 devant l’ASEC Mimosa. Mais un succès contre les Camerounais aurait permis aux protégés de Nouhoum Diané de quitter la compétition sur une note positive et de bénéficier du bonus de la victoire. Dès lors, on comprend la déception des supporters réalistes qui espéraient célébrer la première victoire à domicile de leurs couleurs à défaut de la qualification, mais qui ont finalement quitté le stade Modibo Keïta avec le cœur serré. Désormais, les regards des inconditionnels de l’équipe de Djicoroni-Para sont tournés vers le championnat national où les Scorpions sont toujours en course pour la qualification en Ligue des champions l’année prochaine.

Le keeper-capitaine Almamy Sogoba et ses coéquipiers ont le couteau sous la gorge, s’ils échouent ils devront patienter au moins jusqu’en 2016 avant de retrouver les compétitions africaines des clubs. S. B. TOUNKARA Dimanche 24 août au stade Modibo Keïta Réal-Coton sport de Garoua : 1-1 But d’Ali Badra Sylla pour le Réal (45è min+1) et Jean Joseph Koumbous (90è min+2) pour Coton sport. Expulsion de Cédric Djeugoue de Coton sport (74è min). Arbitrage du Ghanéen Josep O. Lamptey assisté de ses compatriotes Malik A. Salifu et David Larya. Commissaire : Mourad Daami (Tunisie).

Réal : Almamy Sogoba (cap), Ba Ouattara, Oulaï Hinako, Seydou Diakité (Moussa Koné), Souleymane Coulibaly, Diadié Samassékou, Ali Badra Sylla (Djibril Diallo), Aboubacar Doumbia, Makan Samabaly, Souleymane Diarra et Moctar Cissé (Boubacar Traoré). Entraîneur : Nouhoum Diané.

Coton sport de Garoua : Maxime Loïc Feudjou, Moussa Bana, Cédric Djeugoue, Moussa Souleymanou (Will Ndongo), Daouda Kamilou (Jean Joseph Koumbous), Dzekem Bongyang, Richard Bassama, Rostant Kako, Manga Manga (Nicolas Brice Moumi) , Arnaud Anasse et Ephraim Yosanguim. Entraîneur : Gomes Da Rosa

PARTAGER