Coupe de la paix et de la réconciliation : Le trophée IBK pour consolider les acquis de l’Accord de Paix et de Réconciliation

0
Mali : le-FMI-m'a-dit
Ibrahim Boubacar Keïta

Quelle est votre motivation ?
Ma motivation d’organiser un tournoi de football pour regrouper les jeunes enfants maliens de moins de 17 ans de toutes les contrées de notre chère patrie, vise à appuyer davantage les efforts combien louables déployés par le Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Kéïta. Le Mali, il faut le dire est venu de loin et même de très loin, pour parvenir à la signature de cet Accord, qui doit et devrait être un gage pour tout malien et toute malienne de se réconcilier avec soi-même et d’apporter sa pierre dans le renforcement de la consolidation de la Paix, la Réconciliation, la Cohésion, l’Entraide. A cet effet, l’objectif d’organiser un regroupement du genre est de permettre la renaissance d’un Mali nouveau, un autre Mali plein d’espoir, de cohésion, d’entraide, de social, de culturel et de sportif. C’est pourquoi, il est important de souligner qu’à défaut de remettre en place les biennales
artistiques, culturelles et sportives, j’ai jugé opportun et ce, en collaboration avec certaines personnalités du monde sportif, d’apporter à la fois un pan positif à la consolidation des acquis de l’Accord de Paix et de Réconciliation. Mais également faire en sorte que les fils du Mali puissent parler un même langage, agir, réfléchir, décider, réaliser et concrétiser ensemble ce qui peut être utile pour notre chère et mère patrie.
Et pour parvenir à ces fins, le choix du football est l’un des meilleurs chemins à emprunter. Les rencontres inter-jeunes notamment à travers le sport, l’art et la culture d’une façon générale et du football pour être plus précis, sont et demeurent des solutions devant nous permettre de ressouder le brassage inter-malien et de recoudre par la même occasion, le tissu d’une Nation malienne de Paix et réconciliée avec elle-même. Le Mali, Oui le grand Mali et ses enfants se doivent de bannir tout qui porte ou qui a tendance à porter sur la violence. Pour mener le combat contre la violence et le racisme entre peuples d’une même Nation, il est bon de préciser que le sport en général et le football en particulier demeure l’un des canaux les plus appropriés pour atteindre ces objectifs principaux recherchés, lesquels ont toujours abouti à la consolidation de la Paix ; de la Cohésion ; du Social ; de l’Entraide ; du Développement dans sa
globalité et le tout permet de consolider un grand acquis : le vivre ensemble sous un même toit.
Le Mali…notre chère patrie…notre amour…notre sésame inégalé… Oui, le peuple du Mali a reçu quelque chose là où plusieurs autres peuples d’autres pays du tiers monde ont.  Nous devrons tous œuvrer à consolider les acquis de l’Accord de Paix et de Réconciliation signé le 15 mai et le 20 juin 2015, par le Gouvernement et tous les mouvements armés et plateformes. Nous devrons tous œuvrer à sauvegarder jalousement les acquis de l’Accord de Paix et de Réconciliation, qui ne feront que nous grandir davantage notre grande Nation dans un continent africain de plus en plus meurtri des guerres de conquête du pouvoir et des conflits intercommunautaires (interminables). Il nous faut absolument apporter (chacun notre contribution) pour sauver le Mali des caprices de ses démons destructeurs ou de ses prédateurs venus de nulle part.
Quels sont vos objectifs ?
“Consolider les acquis de l’Accord de Paix et de Réconciliation…”. Aujourd’hui avec la signature de l’Accord de Paix et de Réconciliation par toutes les parties, il va de soi que chaque citoyen Malien, quelque soit son rang professionnel, social, culturel ou linguistique accepte de se joindre au Président de la République, Chef de l’Etat, Son Excellence Monsieur Ibrahim Boubacar Kéïta, pour sauver l’Unité et l’Intégrité territoriale du Mali.
Pour ce faire nous devrons tous œuvrer dans le même sens, parler d’une même voix afin de faire en sorte que les gros efforts déployés par le Président de la République, Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta, le Premier ministre, la médiation internationale, les acteurs nationaux et internationaux impliqués (ayant permis la signature de cet accord) ne restent pas vains.  Nous devrons mettre tout en œuvre pour que tous ces efforts soient couronnés de succès et de bonheur pour tous les fils et toutes les filles du Mali. Consolider la paix, renforcer la cohésion, l’entraide, le social, le sportif, le culturel, bref : l’Amour…devraient être des leitmotivs pour nous maliens ayant eu cette chance si importante de vivre en temps réel, la signature d’un Accord de Paix et de Réconciliation entre nous maliens, tout en acceptant de mettre derrière nous toute considération et d’oublier en même temps ce passé qui n’a jamais été bénéfique
pour notre pays. C’est fort de ce constat, que nous maliens du Nord, du Sud, de l’Est, de l’Ouest et du Centre avons décidé de réagir pour sauver ce qui peut être encore sauvé au profit de cette jeunesse malienne : Espoir de demain.
L’une des voies toutes tracées pour relever les gros défis d’en face et sauver notre chère patrie, est et demeure pour nous le Sport.  Le sport fédère les nations, réuni les fils et filles d’une même nation, permet d’oublier des conflits internes et inter-nations, des guerres internes ou inter-états de tout genre, bref le sport est la voie réelle et propice pour parvenir à la Paix et à la Réconciliation d’une nation. C’est pourquoi, en réfléchissant et en décidant d’agir ensemble pour sauver l’essentiel et consolider la Paix et la Réconciliation entre maliens, l’ambition de notre groupe à travers l’organisation de cette compétition dénommée: Coupe de la Paix et de la Réconciliation au Mali “Trophée IBK”, est de créer un vivre ensemble tout en donnant lieu et place à un véritable brassage plein d’amour, de paix de social.
Le vivre ensemble permet de renforcer la cohésion entre toutes les communautés d’une nation et nous demeurons convaincus, que nous aurons la force nécessaire de parvenir à cette sociabilité, qui nous a permis de relever des défis et faire bouger des montagnes. L’égalité doit être le premier leitmotiv pour tous les enfants du Mali, qu’ils soient de Taoudéni ou de Kadiolo ; de Kayes ou d’Abéibara, en passant par : Bamako, Koulikoro, Kolokani, Sikasso, Bougouni, Baraoueli, Ségou,  Mopti, Bandiagara, Tombouctou, Niafunké, Gao, Ansongo, Ménaka, Kidal, Tessalit, etc.
Autres objectifs recherchés : À travers l’organisation d’une telle compétition est de faire en sorte que nous puissions dénicher des oiseaux rares (futurs stars) pour davantage adouber le football malien, qui vient de connaître un nouvel ” ESSOR ” avec la victoire finale des Aiglons Cadets, en Coupe d’Afrique des Nations de la catégorie des moins de 17 ans, et avec la merveilleuse troisième place acquise par les Juniors lors du dernier mondial de leur catégorie en Nouvelle Zélande. Il s’agit d’immortaliser dans la mémoire collective des maliens, la date du 15 mai, comme la journée de la victoire, de la paix et de la cohésion retrouvées entre fils et filles d’un même corps.
En ce qui concerne la compétition, elle se jouera du 15 mai au 22 septembre de chaque année. Les matchs d’ouverture des mini-championnats interclubs des régions, ont lieu le 15 mai de chaque année. Et la finale, entre le 20 et 22 septembre de chaque année. A noter que chaque année, le choix sera porté sur une capitale régionale pour abriter la phase finale du tournoi, qui va regrouper les champions de toutes les régions.
A noter que pour les éditions futures, et si Allah Sub’Ana Wa Taala, le veut et le permet, en dehors de la première édition, celle de 2015, dont la poule finale de cette coupe de la Paix et de la Réconciliation au Mali ” Trophée IBK ” se jouera au mois de mai de chaque année. Et en dehors de la première édition dont la finale est jouée le 22 septembre 2015, désormais et cela sera le cas chaque année, le calendrier de la poule finale sera établi comme suit :
– les quarts de finales sont joués entre le 10 et 15 septembre ;
– les demi-finales sont jouées les 17 et 18 septembre ;
– le match de classement pour la troisième place est joué en septembre de chaque année à la veille de la finale, sous la haute présidence du Président de la République, Chef de l’Etat.
Gaoussou KANTE
Stagiaire 

PARTAGER