Crise de la femafoot : Quand l’histoire trébuche encore : Le problème du football malien s’appelle «Djoliba AC»

20

Vous en souvenez-vous ?  En Décembre 1976, feu Tiékoro Bagayoko, Puissant Directeur de la Sureté nationale et fervent supporter du Djoliba AC  a fait entorse au règlement en vigueur en faisant suspendre à tort 15 joueurs du Stade Malien de Bamako. Il venait là de semer la première graine de la discorde au sein du football malien. Et l’histoire se répéta en 1985, 1993, 2011 et aujourd’hui 2016, soit 40 ans plus tard,  toujours en faveur du Djoliba AC et au détriment des autres clubs.  Voyage dans le temps !

Nous sommes en Décembre 1976 au Stade Omnisports de Bamako où se joue le match d’ouverture de la saison. Il s’agit de la finale de la coupe BMCD opposant le Stade malien de Bamako au Djoliba AC.

A l’issue des 90 minutes du temps règlementaire, les deux équipes se quittèrent sur le score de zéro but partout. La prolongation n’était pas prévue dans ce tournoi. A l’issue du temps règlementaire, et en cas d’égalité, l’arbitre procédait aux tirs aux buts. Mais sur instruction de feu Tiékoro Bagayoko, il (l’arbitre) décida de jouer la prolongation.

Il faut dire que lors du match de classement du même tournoi la veille, le Réal avait battu l’USFAS aux tirs aux buts après le score de parité à l’issue des 90 minutes. Le même principe devrait être de mise lors de la finale. Les joueurs du Stade malien de Bamako refusèrent donc de jouer pour cause de violation des règles du jeu.

Et c’est ce refus qui a valu la suspension de tous les joueurs y compris les remplaçants pour une durée de 06 mois, c’est-à-dire pour toute la saison 1976-1977 qui était de six mois. Il en fut ainsi malgré la lettre de protestation de la Direction Technique du club. La sentence fut exécutée (lire le contenu de la lettre de suspension).

En 1993, dénonçant une violation des textes, par la Fédération, le Stade malien refusa d’évoluer sur le terrain. Qu’à cela ne tienne. La Fédération a quand même organisé le match. Seuls les joueurs du Djoliba se sont présentés sur la pelouse.  Trois fois de suite, ils ont marqué dans les buts adverses totalement vides et face à des fantomes. Le résultat du match fut validé : Djoliba 3 – Stade 0. Les dirigeants du Stade décideront finalement de faire jouer les autres matches de la compétition. Il termina champion quand même.

2011: Tous les clubs de 1ère division se mirent d’accord pour boycotter une journée du Championnat dans le but de faire pression sur le sponsor officiel afin qu’il augmente sa donation. Tous y adhérèrent. Mais à la dernière minute, le Djoliba, l’USFAS et le COB se rebiffèrent. Ils jouèrent ainsi 26 journée et les autres dont le Stade malien, 25. Les Blancs de Bamako remportèrent quand même le championnat. Et ses supporters baptisèrent le trophée «Malgré 25 journées».

Il eut un autre incident en 1985. Le Djoliba bénéficia d’un trophée au détriment du stade malien de Bamako sans pour autant jouer la rencontre et… Bref, passons !

Championnat 2015 : 4 clubs dont le Djoliba refusèrent successivement de jouer trois matches. Le règlement prévoit une relégation en division inférieure en la matière. La Fédération l’appliqua donc. Et voilà qu’interviennent les plus hautes autorités pour faire lever la mesure.

Les auteurs de cette énième violation des textes et défenseurs de l’indéfendable ne rendent pas service au Djoliba. Pas du tout ! Ils facilitent au contraire sa déchéance et sa chute. Les faits le démontrent.

Nonobstant les faveurs officielles dont il a profité depuis plus de 40 ans, ce club n’a jamais remporté un trophée continental. Il a toujours échoué au dernier moment. Pas de baraka !

Par contre, son principal rival, défavorisé par les mêmes autorités, brille de toutes ses flammes sur le même théâtre et ayant d’ores et déjà à son actif, 2 trophées continentaux (Coupe UEFA et coupe CAF) sans parler de 17 titres de championnat national contre 15 (y compris celui de 1985 acquis sur papier) pour son rival. Et pour la petite histoire, ce dernier (le Djoliba AC) a passé 10 ans sans remporter un titre de championnat national (1993 – 2003) ce, après ses «10 années de succès»  au temps de feu Tiékoro Bagayoko (1968 – 1978). En sommes, les faits parlent d’eux-mêmes. Les autorités ne rendent service ni au Djoliba ni aux autres clubs en apportant constamment de manière arbitraire, aide et assistance au premier.

Pour sa part, le Djoliba AC, par discipline, par respect pour lui-même et par dignité, doit refuser de se faire bichonner, dorloter et câliner  comme un nourrisson dans sa couette. Il n’en est pas un !  Il est temps qu’il prenne lui-même son destin en mains et se passer de ces interventions intempestives en sa faveur.  C’est bien ce que les autres font. Et ceux obtiennent des résultats. C’est la loi de la sélection naturelle : s’adapter ou disparaître !

B.S. Diarra

PARTAGER

20 COMMENTAIRES

  1. Tout le Mali a subi de Tiecoro Bagayoko, y compris au Djoliba (ce que beaucoup ignorant), et dans tous les domaines. Par contre, Monsieur B.S. Diarra a fait beaucoup de lapsus dans son texte, sans doute par la passion et l’émotion.
    1) Le Djoliba n’a pas fait 10 ans (1993-2003) sans remporter un trophée! Le Djoliba a été champion quatre fois de suite pendant cette période (1996-1999), dont deux doublés coupe-championnat en 1996 et 1998.
    2) Le Stade malien n’a jamais joué, ni remporté la Coupe UEFA réservée aux clubs Européens, mais plutôt la Coupe UFOA. Et cette coupe, qu’il appelle “trophée continental”, est plutôt sous-régional (Afrique de l’Ouest) de nom, et dans les faits c’était zonal (toute la sous-région n’y participait pas tout le temps, surtout en 1992 quand le Stade malien la gagnait).
    3) Il dit qu’en 1985 le Djoliba aurait bénéficié d’un trophée au détriment du Stade malien de Bamako sans pour autant jouer la rencontre. De quel trophée s’agit-il et comment se fait-il que le Djoliba gagne sans jouer? Vous êtes journaliste professionnel, ce serait bien de préciser et détailler une telle affirmation et ne pas être vague.
    4) Vous parlez de l’histoire des 25 journées. Intéressant! D’abord, rectificatif : c’était en 2010 au lieu de 2011, le professionnalisme requiert également la précision dans les dates. Les clubs ont boycotté ensemble plusieurs journées de championnat, puis ne se sont pas mis d’accord sur la conduite à suivre. N’est-ce pas là une situation similaire à 2015, où pendant que certains clubs ont opté pour jouer, le Djoliba et d’autres ont décidé boycotté le championnat pour protester contre l’Assemblée Générale de janvier 2015, dans laquelle on fit venir des hommes en uniforme (comme Tiecoro Bagayoko) empêcher des délégués de poser les problèmes de mauvaises gouvernances avérés. N’est-ce pas que le Stade malien a aussi eu à utiliser la technique de boycott des matches par le passé pour faire des revendications?
    Enfin, je ne dirais pas que le problème du football malien c’est le Djoliba, ce serait très facile. Certains Djolibistes, comme moi, voulaient bien accepter la sanction du bureau fédéral et respecter le verdict du TAS, malgré le caractère détestable de l’Assemblée de janvier 2015. Je dirais plutôt que le problème du football malien c’est la mauvaise gouvernance à tous les niveaux et les querelles de personne.
    Sportivement.

  2. BS toi qui est supporter de BABA dit comment il est venu a la tete de la fede?cmest par le biais du djoliba fils de satan,

  3. Ce BS Diarra dit des contre-vérités. D’abord les témoins du temps de Tiécoro ne sont pas tous morts encore. Quoiqu’on dise les meilleurs joueurs di Mali jouaient au djoliba. Pourquoi vos puissants du stade ne voulaient pas essayer la prolongation qui est plus juste. De plus vous dites qu’après Tiecoro le djoliba a fait 10 ans sans trophées c’est FAUX!!! LES COUPES Mali 1978 79 et les championnats 1981 82 85 qu’en faites vous? Le championnat a une autre histoire qui est longue et n’a rien à avoir avec ce que vous racontez. En 2009 quznd le stade malien champion du démarchage des arbitres remportait la coupe CAF on a vu ATT qui est djolibiste donner beaucoup d’argent pour aider le stade pendant que le djoliba avait des difficultés à trouver à manger à Khartoum. Pendant que le stade en habitué de la triche voulait que le djoliba le laisse gagner. Plus tard on vu les dirigeants du stade chercher des sous pour “gérer” selon eux le match contre le Cotton sport de garoua( 3 à 0 à l’aller.
    La féderation est toujours noyautée par le stade malien avec des équipes sattelites qui se laissent battre au bon moment. On peut continuer. Essayons plutôt de gérer cette crise en analysant les vrais causes pour que le football malien avancent dans la bonne direction.
    Le stade Malien a eu la faveur que l’arbitre lui donne un penalty à la place du corner en finale de la coupe CAF mais en bon malien on a tous applaudit.

  4. Maitre: BS si tu pouvait dire que le probleme du FOOT malien s'appelait BS diarra car feu Tiekoro au moment des faits etait-il mieux placé pour prendre des sanctions en tant que grand supporteur. Donc de grace agissez en JOURNALISTE et non en< supporteur<

  5. Le Mali est un Pays ou la raison du plus fort est toujours la meilleure. La Juive grand club européen a été reléguée en division inferieur. Le Djoiliba est-il un grand club Africain? Si un autre clud à trois journées de la fin du championnat décida de boycotter le club restera-t-il en première division comme Djoliba ou elle sera reléguée en division inferieur ? Soyons honnêtes en respectant nos textes. J’ai été déçu par le comportement de Baba DIARRA parce qu’il vient de prouver qu’il défend que ses intérêts si non pourquoi ne pas porter le problèmes devant les instances du football Mondial ?

  6. Tout le problème du foot malien a toujours été le Djoliba. Et dire que malgré tous les moyens dont dispose ce club, il n’a jamais rien remporté sur le plan continental, quel honte. Ses dirigeants doivent se poser les bonnes questions.

    • Mon cher leanacdre tu sais comment le stade a pris la coupe CAF? Un penalty honteux que l’arbitre a accorde aux stadistes lors de la finale; car ATT voulais une coupe avant son depart de Koulouba et il a corrompu les arbitres de la rencontre.

  7. Lapressejaifaim, tu n’es pas logique avec toi même ! si tu supportes le foot dans le respect des lois et des règlements, tu ne dois pas cautionner ce balbutiement de l’histoire de notre foot qui permet à ton foutu LCBA de monter en D1 contre la violation des textes ! Dire que LCBA battra le real, le djoliba patati patata, tu delires, pour que lcba joue contre ceux ci en D1 jusqu’à les battre, il lui est demandé reglementairemnt d’etre 1er de la D2 de Bamako d’abord, or jamais dans sa vie il n’a eté champion de Bamako ! Et ça, la presse que tu supportes ne le dira jamais !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Segou, je ne t’accuse pas car tu es un ignorant cherches à sortir de ton ignorance. Le LCBA a joué la montée car le 1er de la ligue de Bamako a refusé de jouer la montée de la fédération légale du Mali et il a été remplacé par le LCBA quoi d’anormale! C’est exactement ce que les 4 clubs ont fait. Un grand club ne refuse jamais de jouer sur terrain pour des futilités.
      Et je te dis s’il y a grand club au Mali c’est le grand STADE MALIEN de BAMAKO. Et je redis encore le LCBA battra ton djoliba, le COB, le CSK, le Réel …….et même le STADE MALIEN de BAMAKO. Le LCBA n’a pas besoin d’etre champion pour battre ces équipes.

      • Mais l’ignorant c’est toi Lapressejaifaim, le champion de bamako est ASKO et il a joué à Kita ! Pourquoi quand Djoliba et COB ont refusé de jouer ils n’ont pas eté remplacé par les equipes qui etaient descendues (il restait quand meme 17 journée soit 54 points à prendre) ? On ne peut refuser quelque chose en D1 et l’accepter en D2 .

        • Segou tu es un ignorant, ils ont refusé de jouer c’est pourquoi ils ont été relégués en D2. Petit ignorant kita ne faisais pas parti de la montée OK.

  8. Je suis sure et certain que le LCBA battra sur le gazon et le djoliba et COB, et le CSK, et Réel, les 11 créateurs, j’en passe car la liste est très longue. Je supporte le foot dans l’art la discipline (respect des lois et règlements) et non dans la démagogie. Ce qui s’est passe dans l’histoire n’est qu’une démagogie des autorités maliens quel honte pour ce pays. La gestion de cette crise prévois que le Mali est dirigé par des démagogues mal-honnêtes. La plus part des acteurs du football malien ignore les lois et les textes en matière de foot au Mali.
    Je suis déçu de voir des gens comme bourama camara de la radio Djekafo et Ousmane Traore dit mane de la radio Klédu qui parlent que du football, confondent recommandation et décision. Cela veut dire ceux même qui donnent l’information ont des problèmes de compréhension. S’il vous plait ne mettent pas les gens sur la mauvaise voie en donnant des informations erronées.

  9. tu as raison. on dirait que le djoliba es tombe du ciel. les textes doivent respecter a la regle. nous sommes tous derriere la constitution non. je suis decu par les negociateurs

  10. Et l’HISTOIRE DU FOOT MALIEN retiendra que ta federation a permis à un club de D2 qui n’a meme pas pu se classer 2eme dans son carré d’as Regional est monté en D1 (LCBA) par tricherie, dorloterie, petits calins. BS, dis le aussi ! C’est l’HISTOIRE, notre histoire !

    • la vérité est que le djoliba n’est seul fautif de cette histoire et que la fédération n’est pas à la hauteur car une fédération doit gérer et non s’imposer dans l’illégalité. si les clubs doivent respecter le règlement la fédération le doit également et savoir leur application.

      • B.S. Diarra si tu ne connais pas l’histoire du football malien, mieux vaut te taire. Tu présentes le Stade malien comme l’éternelle victime. Mais tu oublies aussi que le Grand Djoliba en fut aussi. Sois journaliste objectif et non partisan. Tu fais partie de ces races de journalistes qui ont creusé le fossé de la haine entre les deux poumons d’un même corps à savoir le Djoliba et le Stade. Que dis tu de cette finale de 1978 dite de la “Vérité” ? Qu’est ce qu’on a pas dit ce jour en mal sur le Djoliba?
        B.S, de grâce, laisses ces deux clubs phares du pays en paix pour le bonheur du foot malien. Si tu ne sais pas construire, ne détruit point.

        • Non Monsieur Timoun ce B. S. Diarra n’est pas un journaliste, c’est chomeur qui est parti prendre la plume pour dire ce qu’il veut. Si tu prends son CV tu ne verras aucun diplome de journalisme. C’est un amateur

Comments are closed.