Crise du football malien : Le président Boubacar Baba Diarra ne quittera pas la FEMAFOOT le 12 juin prochain.

13
Fémafoot: Boubacar Baba Diarra fait le point des acquis du Protocole d’accord
Boubacar Baba Diarra, président Femafoot lors de la conférence de presse ce matin

Il l’a annoncé, le jeudi 1er juin, au cours d’une conférence de presse, aminée au siège de la FEMAFOOT. L’objectif de la conférence était de faire le point de l’exécution du protocole d’accord signé le 27 avril entre lui et le Collectif des clubs et ligues majoritaires. Boubacar Baba Diarra s’appuie sur la lettre de la FIFA avec les passages suivant : «Remplacer un comité exécutif élu par une commission de normalisation est une mesure exceptionnelle qui révèle du pouvoir exclusif de la FIFA. Une telle décision ne peut être prise sans que la FIFA ait au préalable constaté que les conditions de son application sont réunies. Or, il apparaît que dans le cas présent, les circonstances particulières ne sont pas telles qu’elles justifient le remplacement du comité exécutif actuel par un comité de normalisation ». L’instance dirigeante du football mondial ne prend ainsi pas en compte le fait que Boubacar Baba Diarra a été élu à Mopti sur une liste de 21 membres sur lesquels 13 ne se reconnaissent plus dans le Comité exécutif.

Une autre donne est que la mise en place du Comité de normalisation résulte d’un accord entre les parties, suite à une négociation menée par le ministre du Commerce et Porte-parole du gouvernement, Abdoul Karim Konaté et son collègue Amadou Koïta, sous la supervision du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga. Si l’accord n’est pas respecté, la crédibilité de ces dirigeants voire le président de la République prendra un coup.  Du reste, que vaudra désormais la parole et la signature d’un Etat incapable de faire appliquer un petit accord ?

Du côté du Collectif des clubs et ligues majoritaires, on n’est pas surpris outre mesure. Ils disent avoir prévenu les négociateurs que les précédents accords avaient connu le même sort, notamment celui obtenu par l’Assemblée nationale du Mali. Et d’accuser Boubacar Baba Diarra d’avoir réussi à dribbler tout le monde depuis le déclenchement de la crise en 2015. Au point que plusieurs voix s’élèvent pour dénoncer un soutien dont il jouit auprès du gouvernement, argument pris notamment du report à une date ultérieure des élections des ligues de Bamako et de Ségou. Lesquels reports, estime-t-on, lui serviraient pour créer une majorité et de faire une Assemblée générale extraordinaire taillée sur mesure, le 12 juin prochain. Contrairement au protocole d’accord, la prochaine Assemblée générale extraordinaire va valider la levée des sanctions infligées par la FEMAFOOT et liées à la crise. Dans ledit accord, elle doit servir de cadre de mise en place du comité de normalisation mais le président soutient, lui, que la FIFA n’en veut pas. Lui aussi n’en souhaite pas sinon qu’un autre schéma aurait dû consister à démissionne le 12 juin pour contraindre la FIFA viendra à mettre en place le comité de normalisation.

Ousmane Camara

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

13 COMMENTAIRES

  1. baba diarra est aujourd’hui le plus grand président que le mali n a jamais eut gagner 2 fois la coupe d Afrique et en finale de la coupe du monde qui dit mieux dans un pays comme le mali un bon est toujours mal vue sous sont règne le mali a progresser mais dommage sa place n est pas la c est pays de merde .

  2. Laisser Baba Diarra tranquille l’histoire retiendra que c’est sous sa conduite que le Mali a pris sa première et deuxième coupé d’Afrique

  3. La crise du football malien est une mine d’or pour beaucoup de journalier, eh pardon je veux dire certains journalistes. C’est eux qui parlent à la place des acteurs et entretiennent cette crise. Mettez en place tout ce que vous voulez. Mais une chose est sure plus que la mort même. Si vous touchez à Baba avant la fin de son mandant ‘est la suspension. La FIFA n’est pas comme votre pays le Mali, son président n’est pas comme votre président IBK, son secrétaire n’est pas comme votre voyou ministre des sports Housseini Amion guindo qui empêche les clubs et même l’équipe nationale de jouer au foot.

  4. Pour moi quand on ne sait rien c’est moins grave que quand on sait pas et on sait pas qu’on sais pas ça c’est pire . A cause de vos coneries là le MALI a été suspendu et DIEU à fait qu’on a épargné et encore après cette humiliation vous revenez sur ces même bêtises

  5. Ce journaliste est pire qu’un magicien !

    Vous voulez votre CONOR ?

    Et si vous tenez à mettre en place ce fichu CONOR, il va sans dire qu’il faut aussi une aute FIFA avec qui les échanges auront lieu.

    Donc si vous tenez à votre souveraineté, crédibilité, honneur, patriotisme, etc. il faut donc contraindre Baba à la démission et mettre en place ce CONOR, en même temps, créer un autre CONOR-FIFA qui va reconnaitre votre CONOR et travailler avec lui.

    Vous êtes très très intelligent, Monsieur le Journaliste, il suffira que Baba démissionne pour voir la FIFA courir à la vitesse de la lumière vers le Mali pour installer ton CONOR.

  6. Monsieur Ousmane CAMARA, aucune organisation affiliée à la FIFA ne peut la contraindre à prendre une décision. Vous croyez que même Boubacar Baba DIARRA en démissionnant de son poste de Président de la FEMAFOOT et non partant pour diriger le comité de normalisation va résoudre le problème de la FEMAFOOT. Vous ignorez totalement le problème de la FEMAFOOT. Le problème de la FEMAFOOT a été toujours un problème de personne. Boubacar Baba DIARRA a été élu en 2013 sur la base de consensus avec Kolon SIDIBE l’ancien Président du stade Malien. Kolon avait décidé de soutenir au 2ème tour Baba. Moussa KONATE qui était le 1er vice président du bureau sortant n’a pas accepté de soutenir Feu Hamadoun Kola CISSE Président sortant. Boubacar Baba DIARRA qui était outsider aux yeux de tout le monde a remporté haut la main les élections à Mopti en 2013. Et dès lors s’est installé une haine viscérale pour le tout nouveau Président de la FEMAFOOT Boubacar Baba DIARRA. Le nouveau règlement de la FEMAFOOT décidé à la veille des élections de la Fédération en 2013 à Mopti l’autorisait à choisir son bureau, raison pour laquelle Kolon et son équipe qui l’a soutenu au 2ème tour ont été promu à des postes. Dépuis que Boubacar Baba DIARRA a été élu à la tête de la FEMAFOOT il s’est attelé à la tache en essayant d’honorer sa promesse de campagne, construire le football malien à la base. Ce qui me fait mal dans toute cette histoire, le Ministre des Sports Housseyni Amion GUINDO dit Poulo au lieu de rester neutre s’est mêlé dans la danse en devenant même acteur principal de la crise.

  7. Laisser Baba tranquille faire son travail que ces frondeurs n’ont jamais pu faire et quand on parle clubs et ligues majoritaires demander aux clubs de première division vous aller voir le nombre qui se trouve derrière Baba donc de grâce ne parler plus de majorité

  8. Laisser Baba Diarra tranquille l’histoire retiendra que c’est sous sa conduite que le Mali a pris sa première et deuxième coupé d’Afrique Mr Sipa Fane vous êtiez ministre des sports pendant la transition en 1991 faites nous votre bilan s’il vous maintenant au Mali nous voulons des hommes de résultat et Baba ne partira nul part sans que son mandat ne finisse il est venu par votre soutien à la FMA FOOT il ira après son mandat c’est comme si l’opposition malienne se lève un Beau matin en disant à IBN de quitter le pouvoir c’est pas comme ça il faudra attendre les futures élections pour lui faire partir car le mandat n’est pas arrivé à terme à bon entendeur salut

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here