Des clubs contre le président de la Femafoot / Les marcheurs exigent la démission de Kola Cissé

0
0

Les supporters et sympathisants du Stade Malien de Bamako, de la Jeanne d’Arc, de l’AS Police, de l’Association sportive de Bamako, et des Onze Créateurs de Niaréla, (tous clubs de ligue 1) ont effectué une marche pacifique le 8 décembre 2011. La cause : ils exigent la démission du président de la Fédération Malienne de football (FMF), Hamadoun Kolado Cissé, de son poste de président. Cela pour que le football malien se remette  de son agonie.

La marche encadrée par une imposante force de sécurité est allée du terrain Danaya d’Hamdallaye ACI 2000 à la Femafoot, en passant par la Banque Malienne de solidarité (BMS), la Banque Nationale de Développement Agricole (BNDA). Si la marche a débuté avec moins de participants, au cours du trajet, il y a eu une plus grande affluence. En plus des supporters, l’on voyait en compte goutte quelques dirigeants des différents clubs. A destination,  ils ont remis une déclaration au président de la Femafoot. Tout au long du trajet, ils scandaient des slogans comme : « la ligue illégale plus fédération illégale égale football en danger de mort », «Kola, l’incompétent», «Kola, le diviseur», «Kola, le gros menteur».

Des insultes graves étaient aussi proférées à l’endroit du président de la Femafoot. A leur arrivée, ils ont exigé la présence du président de la Femafoot même pour lui remettre la déclaration. Mais vu la tension qui régnait, ce dernier n’a pu sortir. Au finish, il a été rejoint à l’intérieur de la Femafoot par les porte parole des marcheurs avec à leur tête Moussa Bah. A leur sortie, ce dernier a dit « nous avons lu la déclaration et l’avons remise à Kola lui-même ».  Les marcheurs ont déploré  le manque de neutralité et le trafic d’influence lors de l’assemblée générale élective de la ligue de Bamako du président de la Femafoot; son refus de notifier les décisions rendues par la commission centrale de recours (CCR) qui  sont définitives et contraignantes.

On lui reproche aussi la dissolution illégale de cette même commission, l’irrégularité de la convocation de l’assemblée générale ordinaire des 11 et 12 novembre 2011. Enfin,  on lui reproche la révocation illégale de certains membres du comité exécutif de la Femafoot élus au même titre que lui et son refus de transmettre à la FIFA les requêtes en annulation auprès de son secrétaire général. « C’est fort de ces constats amers que nous demandons la démission immédiate  du président de la Femafoot,  seule solution pour sauver le sport malien», expliquent les frondeurs.                   Hadama B. Fofana

*****

Remise des équipements de la Super Coupe 2010-2011 de football

* Le stade malien de Bamako absent

* La finale dans la tourmente

Le championnat national de la première division pour le compte de la saison footballistique  du Mali s’ouvre ce 11 décembre 2011 selon le programme élaboré par la Fédération Malienne de Football (Femafoot). Comme les précédentes années, il est suivi directement par la finale de la Super Coupe qui oppose le champion en titre et le détenteur de la coupe du Mali. La Femafoot compte ne pas déroger à cette règle. De ce fait, elle a programmé la super coupe de la saison 2010-2011 qui se jouera ce 10 décembre entre le Stade malien de Bamako (champion en titre) et le Club Olympique de Bamako (détenteur de la coupe du Mali).

La remise des équipements sportifs de ces deux clubs a été faite hier à la Fédération malienne de football par le sponsor officiel de l’instance dirigeante du football malien: Orange Mali. C’était en présence du premier vice président de la Femafoot, Moussa Konaté, et le secrétaire général Boubacar Thiam. Si le représentant du Club Olympique de Bamako était présent à la remise, tel n’était pas le cas de celui du Stade malien de Bamako. Ce dernier a brillé par son absence. Le  moins que l’on puisse dire, est que le boycott des Blancs à la cérémonie de remise des équipements est la conséquence de la marche du 8 novembre de certains clubs parmi lesquels le Stade malien de Bamako qui demandent la démission immédiate du président de la Femafoot de son poste de président pour violation quotidienne et régulières des textes régissant la pratique du football malien. La finale est d’ores et déjà dans la tourmente. Elle ne risque de ne pas se jouer car le divorce entre Kola et ses dissidents semble consommé pour l’instant.  

Hadama B. Fofana

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.