Éliminatoires de la CAN, Mali-Togo : Pas de revanche, mais victoire impérative

0

Hier l’atmosphère était à la détente à Kabala après l’arrivée du dernier contingent.

Autant le dire tout de suite, l’échec des Aigles en 2005 fait désormais partie du passé et rien ne pourra effacer cette contre-performance des nôtres des tablettes de l’histoire. Quel que soit ce qui adviendra dans 10, 15,
20 ou 100 ans, l’histoire retiendra toujours que l’Équipe nationale a été battue à Bamako 2-1 par le Togo lors des éliminatoires de la CAN 2006 et que cette défaite a ruiné les espoirs de qualification de notre pays à la phase finale de la grande messe continentale. Ce rappel est d’importance surtout quand on sait que nombre de nos compatriotes présentent le match de dimanche comme la revanche de la confrontation de mars 2005, une occasion pour l’Équipe nationale de faire oublier son échec d’il y a deux ans. Qu’on ne se trompe pas, si le match contre les Éperviers apparaît comme l’étape la plus importante dans la course à la qualification, il ne pourrait en aucun constituer une revanche pour les Aigles à fortiori, permettre aux joueurs de Jean-François Jodar d’effacer l’échec de la dernière CAN.

Les joueurs eux-mêmes ne veulent pas entendre parler de revanche et placent chacun le match dans un contexte purement sportif. "Pour nous les choses sont claires : on a un match important à jouer et l’équipe a impérativement besoin d’une victoire parce que c’est notre première sortie à domicile. Il ne s’agit surtout pas de revanche", affirme le capitaine Bassala Touré avant d’ajouter que la patience et l’efficacité offensive constitueront la clé du match pour les Aigles. Hier à Kabala, l’atmosphère était à la détente après l’arrivée du dernier contingent composé de Seydou Keïta, Dramane Traoré et Adama Tamboura qui a été appelé au dernier moment pour remplacer le défenseur du PSG, Sammy Traoré forfait.

Le sélectionneur national Jean-François Jodar lui-même est apparu très décontracté au milieu des joueurs qui, dira-t-il, "sont dans toutes les bonnes conditions à Kabala". Il n y a aucune pression ici, l’endroit est calme et l’équipe vit dans la tranquillité. "Je n’ai pas encore parlé aux joueurs. De toute façon les nouvelles en provenance du Togo sont bonnes parce que nous avons appris que les cadres de l’équipe ont mis fin à leur mouvement de grève. On a suffisamment d’informations sur ces cadres qui jouent pour la plupart en Europe et cela nous donne une idée de l’équipe qu’on aura en face dimanche", s’est même réjoui le technicien français avant d’indiquer qu’il demandera à ses joueurs d’être solides derrière et de jouer à l’Africaine en attaque.

De gauche à droite Bassala Touré, Sheick Murtala Diakité et Drissa Diakité (L'Essor)Un petit clin pour Frédéric Kanouté l’animateur principal de la ligne d’attaque des Aigles et actuel meilleur buteur de la Liga. "Ce match ne sera sûrement pas la revanche des éliminatoires combinées CAN-Mondial 2006, on veut juste gagner et on sait qu’on en a les moyens", souligne le joueur du FC Séville qui ne s’inquiète par outre mesure de l’absence de Djilla, Djibril Sidibé et Soumaïla Coulibaly. "Ce sont des éléments importants du groupe, mais depuis un certain temps on a appris à jouer sans eux et je pense que leur absence n’est pas un handicap insurmontable".
Tout heureux de retrouver la sélection après une longue éclipse, Mamadi Sidibé lui insiste surtout sur l’esprit de groupe et la volonté des joueurs d’offrir la victoire aux supporters. "L’accueil a été chaleureux tant du côté des anciens que de celui des nouveaux. Je ne connais pas encore les raisons de ma mise à l’écart après ma participation aux éliminatoires. Je me senti exclu pendant de longs mois, mais je suis toujours resté de coeur avec mon pays", dira l’attaquant de Stoke City qui, à l’instar du sélectionneur national, estime que le retour des cadres de l’équipe togolaise est une bonne nouvelle pour les Aigles. "On les a vu à la Coupe du monde, on sait comment ils jouent et on connaît les défauts et les qualités de l’équipe". Une chose est sûre, renchérira le capitaine Bassala Touré, l’équipe a les potentialités techniques suffisantes pour s’imposer face aux Éperviers et tous les joueurs sont confiants pour le grand choc de dimanche dont l’enjeu principal sera le fauteuil de leader du groupe 9.

Le Mali et le Togo sont les deux grands favoris du groupe et les nôtres ont impérativement besoin d’une victoire pour passer devant les Éperviers qui l’ont emporté 2-1 lors de la journée inaugurale face au Bénin. Si les Aigles l’emportent dimanche, ils prendront les commandes du groupe avec quatre points contre trois pour les Éperviers. Cela permettrait aux nôtres d’aborder la troisième journée contre le Bénin sans pression et avec la probabilité de garder la tête du groupe. Bref, le match de dimanche s’annonce décisif dans la course à la qualification.

S . B. TOUNKARA

Dimanche 8 octobre au stade du 26 Mars
19 h : Mali-Togo
Arbitre : Denouza Mohamed (Algérie) assisté de ses compatriotes Djezzar Brahim et Tahir Beladi.
Commissaire : Hima Souley (Niger).

Commentaires via Facebook :

PARTAGER