FC SEVILLE, ESPAGNE : Frédéric Kanouté défend ses convictions religieuses

0

Frédéric Oumar Kanouté est un fervent musulman. Il veut le rester toute sa vie, y compris dans son club dont le sponsor ne lui convient plus.

L’international malien Frédéric Oumar Kanouté aurait décidé de ne plus porter le maillot classique de son équipe le FC Séville, dont le sponsor est une officine de jeux de hasard et de paris sportifs. Le Franco-Malien, de confession musulmane, estime que ce sponsor n’est pas compatible avec sa foi religieuse. Il devrait désormais porter un maillot nu.

A cheval sur sa religion, Frédéric est un pratiquant assidu. Vendredi dernier par exemple, on l’a vu quitter l’internat de l’hôtel Olympe pour aller à la prière avec certains de ces coéquipiers, dont David Coulibaly. Et ceux qui suivent régulièrement l’équipe nationale vous diront l’avoir vu régulièrement renouveler ses ablutions, même en dehors des heures de prières.

Né d’une mère française et d’un père ma­lien, Frédéric Kanouté, las d’attendre que le parc des Bleus de France s’ouvre devant lui (il a participé à des rencontres amicales avec les Bleus et a même joué des compétitions officiel­les dans la catégorie des jeunes), a fini par se ranger du côté de son père. Depuis le 18 janvier 2004, il est l’attaquant-vedette des Aigles du Mali avec plus ou moins de réussite. Malgré son immense talent, il n’a pas par exemple réussi à qualifier les Aigles du Mali à la Can égyptienne.

« Après la Can Mali-2002 où les Aigles ont fait un très beau parcours, j’ai eu en­vie d’apporter ma petite tou­che à cette équipe. En tout cas, cela m’a fortement motivé et m’a donné la formidable envie d’apporter quelque chose de plus à l’équipe et aussi de défen­dre les couleurs paternel­les… Lorsque j’ai envi­sagé la chose sous cet an­gle, mon père m’avait re­commandé de bien réflé­chir avant de m’engager pour de bon dans un camp comme dans l’autre. Néan­moins, il était heureux lors­que je lui ai dit que j’avais opté pour le Mali », confiait-il récemment à des confrères français.

« J’ai com­mencé ma carrière à Lyon en France. J’ai émigré en­suite en Angleterre. Là-bas, j’ai évolué successivement à West Ham puis à Tottenham. C’est de là-bas que j’ai rejoint l’Espagne où j’ai signé avec le FC Séville cette saison seulement ».

Après les événements dramatiques du 27 mars 2005, suite à la défaite des Aigles du Mali contre les Eperviers du Togo (1-2), Fréddie avait déclaré vouloir mettre fin à son expérience avec l’équipe nationale du Mali.

Heureusement, il est revenu sur cette décision. « Vous savez, lorsqu’on est sous le choc, on peut tout dire et prendre n’importe quelle décision. Maintenant, la raison est revenue. J’ai même déjà disputé d’autres matchs avec le Mali », a-t-il répondu aux confrères qui lui rappelaient ironiquement ce passage douloureux de sa carrière.

A cheval sur ses convictions religieuses, Kanouté reste un talent à l’état pur, qui a fait le bonheur de Lyon (France), West Ham et Tottenham (Angleterre). Aujourd’hui, il est l’une des pièces maîtresses du FC Séville, vainqueur cette année de la Coupe de l’UEFA et de la Super Coupe d’Europe.

M. B.

PARTAGER