FEMAFOOT-AN 1 : Une année fructueuse

4

ÉFEMAFOOT-AN 1 lu le 8 octobre 2013 à Mopti, le Comité exécutif, de la Femafoot présidé par Boubacar Baba Diarra, a soufflé sa première bougie le 8 octobre 2014 dernier. Une première année de mandat couronnée par des résultats sportifs probants  et le lancement des travaux de gazonnage et d’éclairage des terrains de foot.

Après une année de mandature, le président de la Femafoot, Boubacar Baba Diarra, peut se réjouir des résultats sportifs et des travaux engagés au niveau des infrastructures.

En ouverture du mandat, le président Diarra a joué la carte de l’apaisement du rassemblement par deux actes salutaires : la levée de suspension de tous les acteurs du football sanctionnés, la rencontre d’échanges avec toutes les composantes du football (presse sportive, anciens footballeurs, médecins de sport, arbitres, entraîneurs, supporters…)

Au-delà de la qualification héroïque des sélections nationales Cadettes et Juniors pour la phase finale  de la Can de leurs catégories respectives, l’on retiendra la bonne prestation du Mali au Chan 2014 en Afrique du Sud  comme quart de finaliste. L’on ne pourra passer sous silence l’évocation formulée par le Secrétariat de la Femafoot contre des joueurs de l’équipe Cadette du Bénin qui avait battu le Mali sur le terrain. Un beau travail administratif qui a permis à la sélection malienne de passer ce cap sur tapis vert avant de se qualifier face à la Tunisie lors du dernier tour. Quant aux Aigles, ils ont encore leurs chances de qualification pour la Can Maroc 2015. Après quatre journées disputées, le Mali est 2e avec 6 points derrière l’Algérie (12 points) et devant l’Ethiopie et le Malawi (3 points chacun).

La participation historique de l’AS Réal de Bamako à la phase de poules de la Coupe de la Confédération a marqué les esprits. L’AS Réal a valablement représenté le Mali en produisant l’un des meilleurs footballs.

Au niveau de la réalisation des infrastructures sportives, la Femafoot a bénéficié du soutien financier de la Fifa pour le gazonnage synthétique  de trois stades des régions du nord (Gao, Tombouctou, Kidal). Les travaux ont démarré au stade municipal de Tombouctou  à la faveur de la visite d’un expert de la Fifa le 4 septembre dernier.

Toujours sur le plan des chantiers, la Femafoot a engagé les travaux de gazonnage des terrains de l’USC Kita (à Kita) et de l’AS Bakaridjan (à Barouéli). Le Stade municipal de Sikasso et  le terrain de l’AS Sabana de Mopti subiront le même sort.

La Femafoot a investi une partie des  ristournes du Chan 2014 dans l’éclairage de terrains d’entraînement de quatre clubs de Ligue 1 : AS Réal, Stade malien de Bamako, Djoliba AC et Onze Créateurs de Niaréla. Toute chose qui permettra à ces clubs de s’entraîner au-delà du coucher du soleil.

Si le bilan annuel est largement satisfaisant, il est à reconnaître que tout n’a pas été rose. Le football féminin s’est mal illustré avec l’élimination en Can des Aigles Dames par les homologues de la Côte d’Ivoire. En manquant de peu la qualification en finale, l’équipe nationale locale a raté son pari au tournoi Uemoa à Abidjan en octobre 2013.

Sur le plan administratif, après trois mois de balbutiement, le Secrétariat général a subi un changement. Me Ousmane Thierno Diallo a été remplacé par Yacouba Sidiki Traoré. On ne pourra passer sous silence la gestion souvent laxiste du programme du championnat national 2013-2014. Les multiples reports de matches ont engendré beaucoup de matches en retard. Toute chose qui  a rallongé la compétition jusqu’au 18 septembre (environ 11 mois).

A quelques semaines du démarrage de la nouvelle saison fédérale, le président Boubacar Baba Diarra et son équipe s’activent à faire l’état des lieux. Après une autocritique sans complaisance, la Femafoot devra consolider les acquis et faire table rase de toutes les imperfections du passé pour poser à jamais les jalons d’un vrai développement du football malien.

Baba Cissouma

All I can say is that the neon brightness of the lip color, which is to debut at MAC and department stores stores on JanSabemos que, al final, todo se decide en el campo, y queremos clasificarnos y conseguir algo hist para Jordania.prima classe alviero martini
Or, as Discovery News’ resident astrophysicist Dr.christian louboutin pas cher
Jessica had a background in theater and set design, and about seven years ago tried her hand at making some signage for the store.Baskets Pas Cher
It is also famous for being one of the first racially integrated neighborhoods in America.mulberry bags outlet

Now, using an EEG, Owen is planning to study 25 people in a vegetative state every year.portafoglio prada
hollister outlet

PARTAGER

4 COMMENTAIRES

  1. Pour avoir cĂ´toyer des gens de la trempe de Baba Cissouma, je ne suis pas du tout surpris par ce chiffon. il faut ĂŞtre frappĂ© d’une cĂ©citĂ© extraordinaire comme Baba Cissouma pour qualifier ce bilan de positif. Baba Cissouma est d’une malhonnĂŞtetĂ© intellectuelle hors du commun. Baba viole les textes Ă  longueur de journĂ©e alors qu’il n’a cessĂ© de clamer lors des campagnes qu’il sera respectueux des textes une fois Ă©lu. sa toute 1ère dĂ©cision a Ă©tĂ© de dĂ©barquer 9 membres du CE au profit du clan Kolon en violation de tte règle. vous vous tapez la poitrine pour avoir Ă©lectrifiĂ© quelques terrains d’entrainement des clubs. alors savoir combien de fois les clubs bĂ©nĂ©ficiaires se sont entrainĂ©s sous ”votre lumière” qui n’en est pas une. au lieu de greffer d’autres dĂ©penses vous auriez mieux de remettre ces montants aux clubs qui tous un problème de trĂ©sorerie. RĂ©conciliation dites-vous, je ne t’apprends rien en t’affirmant que l’accès Ă  la loge officielle est interdit tt dirigeant ”ennemis”

  2. 1 je suis pas surpris de la part de ce mendiant de Baba ingrat jusqu’aux os Ă  Kola et sa bande lui qui mangeait Ă  la table de kola chaque matin n’a pas hĂ©sitĂ© Ă  lacher ce dernier pour se refugier dans les bras de Moussa KonatĂ© et trahir ce dernier pour Kolon. “l’aveugle de Niono” n’a pas lever le petit doigt pour defendre un de ses amis et soutien Amadou Alfousseny TourĂ© son prenneur de Canne, celui lĂ  mĂŞme qui a Ă©tĂ© suspendu par Kola pour son amitiĂ© avec Baba, depuis son licenciement par le gĂ©nĂ©ral de salon Baba Diarra cissouma ne fait que defendre le bureau de Diarra pour mieux narguer son ami qui fait toujours partie de la rĂ©daction de son journal.
    2 Baba Cissouma est le seul Ă  efendre le bilan de cette FĂ©dĂ© qui se fissure de l’intĂ©rieur ce papier fait partie des multiples “publi reportage” en faveur d’un bureau au bord de l’implosion
    Est ce que Baba se rappelle de son article sur MBaba Diarra en 2009 à la veille des éléction de Tombouctou.
    Il faut mourrir de faim que de manger tout

  3. Que du mensonge. Que du mensonge!!!
    depuis quand le rĂ´le de la fĂ©dĂ©ration est de dotĂ© les clubs en tant qu’association privĂ©e en infrastructures, surtout au moment ou des structures rĂ©gionales que la fĂ©dĂ©ration est sensĂ©e appuyĂ©s traversent la misère, au mĂŞme moment cette mĂŞme fĂ©dĂ©ration se permet de donner des chèques sans provisions Ă  d’autres clubs.

Comments are closed.