FIBA-Afrique : Hamane Niang, «je dédie ma victoire au peuple malien»

0
FIBA-Afrique : Hamane Niang, «je dédie ma victoire au peuple malien»
Hamane Niang

Il était 12h35 hier quand l’avion du nouveau président de Fiba-Afrique, Hamane Niane, s’est posé sur le tarmac de l’Aéroport international Bamako-Sénou. A sa descente d’avion, l’ancien ministre de la Jeunesse et des Sports a été accueilli par le premier vice-président de la Fédération malienne de basket-ball (FMBB), des supporters et plusieurs journalistes. Le nouveau patron de Fiba-Afrique fera d’abord un tour d’honneur pour saluer les membres de la délégation avant d’animer un point de presse quelques minutes plus tard dans le salon d’honneur de l’Aéroport international de Bamako-Senou. «Je remercie tous les Maliens qui de près ou de loin ont soutenu ma candidature. C’est le lieu pour moi de leur dire grand merci et demander leurs bénédictions. Je dédie cette victoire au peuple malien et à tous les Africains à travers les 54 fédérations affiliées à FIBA-Afrique», dira Hamane Niang. «Cette victoire, ajoutera-t-il, est un honneur pour le basket-ball malien mais aussi un défi qu’il faut relever afin de donner raison à tous ceux qui nous ont fait confiance. Pour atteindre cet objectif, mon projet sur les cinq années à venir consiste à amener le basket-ball africain au plus haut sommet et permettre au continent de rivaliser avec l’élite mondiale. Pour cela il va falloir aider toutes les fédérations nationales afin d’être sur la même ligne que l’instance dirigeante africaine», insistera Hamane Niang. «Aujourd’hui la Fiba-Afrique est respectée partout dans le monde et cela grâce aux efforts déployés par les anciens bureaux qui se sont succédés à la tête du basket-ball continental. J’ai donc le devoir de continuer sur cette lancée tout en amenant des changements pour la bonne marche de la discipline en Afrique. Pour réussir cette mission, j’aurai besoin du soutien et de l’accompagnement de tous les Maliens, à commencer par les plus autorités du pays, les instances sportives, les joueurs, les arbitres, les entraîneurs, les journalistes, bref, tout le monde», conclura Hamane Niang.

D. COULIBALY

PARTAGER