Foot – Ligue des champions : le Real au pied du volcan napolitain

0

C’est une forteresse presque infranchissable. Hormis une défaite contre le Besiktas en octobre 2016 (3-2), Naples n’a jamais été battu sur sa pelouse du stade San Paolo en C1, y compris par les plus grosses cylindrées continentales. Or, ce huitième de finale retour de Ligue des champions, qui va se jouer ce mardi soir dans cette fameuse arène napolitaine face au Real Madrid, constitue l’un des défis les plus excitants lancés au club azzurro dans son histoire.

Certes, le palmarès de Naples est déjà garni d’une Coupe de l’UEFA gagnée en 1989. Mais depuis ce trophée acquis grâce au génie de Diego Maradona, les éruptions de joie au pied du Vésuve consacrant une belle soirée européenne ne sont plus légion. Accéder aux quarts de finale de la Ligue des champions – en éliminant au passage le tenant du titre – constituerait donc un authentique exploit et un beau prétexte pour chavirer la ville. Petite anecdote : à l’occasion de la première journée de phase de groupes de C1 cette saison, contre Benfica, l’enthousiasme des supporteurs napolitains dans les tribunes avait été relevé par les sismographes de la région Campanie      comme un petit tremblement de terre.

La défense du Real en crise

Le Real Madrid devra ainsi gérer la pression d’un public hostile et soutenant à 100 % l’équipe hôte. Malgré une solide victoire 3-1 acquise au match aller, répéter à Naples le scénario de cette rencontre au Santiago Bernabeu – où Madrid avait répondu par trois buts après s’être fait surprendre à la 8e minute par Lorenzo Insigne – pourrait s’avérer périlleux. Les joueurs de Zidane savent être redoutables après avoir concédé l’ouverture du score. Au-delà de ce huitième de finale aller, Villareal et Las Palmas avaient déjà subi ces Espagnols à réaction qui remontent au score. Mais la méthode peut ne pas marcher à tous les coups, surtout dans le contexte d’un match à élimination directe. Un nouveau but napolitain qui surviendrait assez tôt dans cette rencontre retour pourrait faire perdre définitivement pied à cette défense madrilène déjà en manque de confiance, ayant vu ses filets trembler dix fois lors de ses six derniers matches.

Cette affiche promet aussi une nouvelle belle opposition de styles entre le Napoli de Maurizio Sarri adepte de la possession de balle et le Real Madrid dangereux sur des attaques directes. Et si les Merengues ne sont pas sereins en défense avec un Raphaël Varane aux performances très moyennes ces dernières semaines, les forces offensives napolitaines, elles, marchent sur l’eau et ont livré une partition de haut niveau contre la Roma ce week-end (succès 2-0). Milieu offensif de formation, le Belge Dries Mertens a été recyclé en attaquant de pointe et il fait merveille (déjà 22 buts cette saison). L’entraîneur de Naples peut aussi compter sur le Slovaque Marek Hamsik, redevenu ce milieu relayeur de classe mondiale qui dicte le rythme de son équipe, qui n’est plus qu’à cinq longueurs du record de buts détenu par Diego Maradona (115). S’il trouvait le chemin des filets face à Madrid, les esprits et la mémoire des tifosi entreraient sûrement en éruption.

 

Publié: le 07-03-2017 par lepoint.fr

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here