CAN 2017: Le Gabon organisera la prochaine Coupe d’Afrique

0

Par RFI – Le Gabon organisera la Coupe d’Afrique des nations 2017 de football, a annoncĂ© la ConfĂ©dĂ©ration africaine de football, ce 8 avril 2015 au Caire. Le Gabon a Ă©tĂ© prĂ©fĂ©rĂ© Ă  l’AlgĂ©rie et au Ghana. La Libye devait organiser cette CAN 2017 mais a dĂ» renoncer Ă  cause des violences et de l’instabilitĂ© politique qui règne dans le pays.

Un supporter de l'Ă©quipe du Gabon de football lors de la CAN 2012. AFP PHOTO / FRANCK FIF
Un supporter de l’Ă©quipe du Gabon de football lors de la CAN 2012. AFP PHOTO / FRANCK FIF

Le Gabon va donc accueillir la Coupe d’Afrique des nations de football pour la deuxième fois, après avoir déjà co-organisé l’édition 2012 avec la Guinée équatoriale. « C’est tout simplement magnifique parce qu’on va rester dans la continuité de ce qu’on avait commencé à faire en 2012, a réagi l’ex-attaquant vedette gabonais Daniel Cousin et actuel manager de l’équipe nationale. On avait partagé ça avec la Guinée équatoriale mais ça s’était très bien passé. Là, on va la recevoir chez nous entièrement. C’est une bonne nouvelle pour nous, pour le peuple, pour le pays. Donc on s’en réjouit déjà ».

La Confédération africaine de football a donc préféré la candidature gabonaise à celle du Ghana, qui a déjà accueilli quatre fois le tournoi, et à celle de l’Algérie, qui a longtemps fait figure de favorite. Mais les Algériens ont en partie payé les problèmes de sécurité dans leurs stades, suite notamment à la mort du footballeur camerounais Albert Ebossé, le 23 août dernier.

La fin d’un long feuilleton

Le Gabon remplace donc la Libye qui devait organiser cette 31e édition. Les Libyens avaient déjà renoncé à accueillir l’édition 2013 à cause de la guerre ayant ravagé le pays. Ils avaient alors accepté d’échanger l’organisation de la CAN 2013 contre l’organisation de la CAN 2017, promise à l’Afrique du Sud. Mais en août dernier, les autorités libyennes ont jeté l’éponge une seconde fois, toujours pour des questions d’insécurité et d’instabilité politique.

 

PARTAGER