Football malien : Que veut réellement Yéli Sissoko !

3
Yeli Sissoko
Yeli Sissoko

Toutefois, après la levée de la sanction disciplinaire contre le président du CS Duguwolofila, Gaoussou N’Pa Sylla et la fameuse lettre de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) adressée à Yéli Sissoko, tout le monde pensait que le soi-disant débat sur la crise au sein du football malien serait finalement clos. Puisque la correspondance de l’instance dirigeante du football mondial est très claire.  Le secrétaire général de la FIFA, Jérôme Valcke a, tout simplement, mis les “contestataires” à leur place. Le Président du Club Olympique de Bamako (COB) Moussa Konaté, l’un des membres influents du collectif des “mécontents” n’attendait juste que l’arbitrage de la FIFA dans cette crise. Cet homme, très respecté, a dit à qui veut l’attendre qu’il se remet à cette décision. En clair, pour Moussa Konaté, le combat est terminé.

Malheureusement, Yéli Sissoko ne veut plus lâcher. C’est devenu pour lui un combat d’honneur qu’il faut obligatoire remporter. Mais, face à qui ? Son seul combat aujourd’hui c’est contre le président Boubacar Baba Diarra. Malheureusement ou heureusement, c’est grâce à cet homme que Yéli a été même connu dans le milieu du football malien avec son entrée dans le comité exécutif du Djoliba lorsque Boubacar Baba Diarra fut président. C’est grâce à ce même Boubacar Baba Diarra qu’il a fait sa première apparition au comité exécutif de la Fédération Malienne de Football pour assurer le poste de président de la Commission des finances. Après seulement trois mois de collaboration, les deux personnes “amis d’hier” sont devenues des ennemis aujourd’hui. Pourquoi ?

Aujourd’hui, Yéli Sissoko ne veut pas comprendre le contenu de la lettre de la FIFA. Raison pour laquelle il a fait croire à certains confrères que “cette lettre n’est pas venue de la FIFA et n’est pas adressée aux contestataires“. Ce qui est une insulte à l’endroit de l’instance dirigeante du football mondial. Il a finalement décidé d’attaquer le bureau fédéral devant le Tribunal Arbitral du Sport. Pour dire quoi alors ?                                              

 A.B. HAÏDARA

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. KONATE ET TOUS SES AMIS VEULENT MANGER ET BOIRE CE N’EST PAS UNE QUESTION DE FOOT TOUT LE MONDE SE RAPPELLE LES RAISONS DU DÉPART DE GIRESSE MONTRENT A SUFFISANCE CE QU’EST CE MONSIEUR.
    SON EGO EST TROP FORT C’EST POURQUOI IL NE PEUT PAS RESTER DANS UN GROUPE OU UNE EQUIPE

  2. YELI VEUT SA PART DU GÂTEAU IL PARAIT QU’A LA FEMAFOOT QU’IL Y A BOIRE ET A MANGER.

  3. a lieu de nous degager des strategies dignes de ce nom pour le developpement de ce sport,on s adonne a des mechancetes gratuites pour des interets egoistes .si vous ne savez pas Mr le journaliste que la vraie plaie du foot malien est ce diable de MOUSSA KONATE que vous traitez de” homme respectable “,alors vous n avez rien compris.et tout ce BROUHAHA a cause des gains illicites autour de ce sport et sur le dos des sportifs……et comment voulez vous que ce soit autrement avec le foot malien….

Comments are closed.