Quand la géopolitique, le showbiz et le sport s’entremêlent : Les dessous du transfert de Neymar au PSG

0
Le PSG présente son joyau Neymar
La star brésilienne Neymar Jr à son arrivée à l'aéroport de Porto, quelques heures après son départ de Barcelone, le 2 août 2017 / © AFP / MOVENOTICIAS

Le Qatar, isolé sur l’échiquier de la géopolitique depuis plus de deux mois, vient de réaliser un joli coup de communication à l’international. Le richissime émirat du Golfe voudrait par le mirobolant achat de 222 millions d’euros de la pépite du football mondial, Neymar Jr, montrer au monde entier qu’il n’est pas le fonds alimentaire du terrorisme islamiste. C’est une manière pour le pays de l’Emir Tamim de redorer son image largement écornée par les accusations de son rival saoudien et d’autres pays du Golfe, d’être le parrain de toute organisation criminelle terroriste.

Une fois n’est pas coutume, nous avons décidé de traiter de ce qui met en ébullition la planète foot en ce moment ou plutôt la planète toute entière. Car le transfert de Neymar du FC Barcelone au Paris-Saint Germain est bien plus qu’un transfert comme un autre. C’est le transfert du siècle !

Le montant global du transfert suffisant pour démarrer la force du G5 Sahel

La somme globale du transfert de Neymar est de 400 millions d’euros. La somme de 222 millions d’euros n’est que la clause libératoire qui le liait au FC Barcelone jusqu’en 2021. Dans les faits, le joueur lui-même aurait payé sa clause sur préfinancement du PSG. La transaction étant comme une avance sur salaire et elle est soumise au régime de cotisations sociales, soit 100 millions d’euros. A cela s’ajoutent les 80 millions d’euros que prélève sur la somme le fisc ibérique, faisant grimper l’addition à 400 millions d’euros. Si cela peut paraitre immoral aux yeux de certains, que dire alors de la clause libératoire de Cristiano Ronaldo qui s’élève à 1 milliard d’euros ! 400 millions d’euros, c’est pratiquement ce qu’il faut aux pays du G5 Sahel pour rendre opérationnel leur force conjointe, selon le président IBK lors du Sommet de l’organisation le 2 juillet dernier (423 millions d’euros). Le Mali et les pays du Sahel devront-ils, pour autant, se mettre au lobbying du Soft power, afin de relever leurs défis existentiels ? Oui, à condition d’avoir une réserve inépuisable de gaz et de pétrole !

Habile pied de nez du Qatar

Il s’agit là d’une opération financière où toutes les parties sont gagnantes en commençant par le club de la Catalogne qui empoche tout de même le joli pactole de 222 millions d’euros. Puis le PSG qui accueille dans son vestiaire l’un des trois meilleurs joueurs du monde, le joueur lui-même qui encaisse une très belle prime avec en vue un très beau challenge sportif. Ensuite, la France, avec des taxes et autres redevances (37, 5 millions d’euros par an). Et enfin, le Qatar qui, dans la droite ligne de son « soft power », gagne une bataille dans sa réhabilitation sur le plan international. L’entraineur du club anglais d’Arsenal, Arsène Wenger, a dit à ce sujet, que lorsque tout un pays est derrière un club, tout est possible.

Pour rappel, le PSG a été racheté par Qatar Investment Authority (QIA) en 2011 avec comme objectif de faire briller le club sur le plan européen et de gagner la prestigieuse Ligue des Champions d’Europe. Mais ce rachat était surtout un énième démarche de la part du Qatar d’exister sur la carte du monde. Car l’Emirat est présent dans bien des secteurs économiques stratégiques de la planète.

Le vendredi 04 août 2017 fera donc date dans les annales du PSG, un club français qui rêve d’être plus grand. C’est à cette date que Neymar Jr a été officiellement présenté. Et tout d’un coup, on ne parle plus des liens supposés du Qatar avec le terrorisme. La planète Terre ne parle plus que du transfert du siècle. Riyad et ses alliés arabes, et même Washington doivent voir rouge quand ils constatent que le « soft power » du Qatar a encore gagné.

Neymar à Paris, défi sportif aussi

Après avoir remporté tous les trophées avec le FC Barcelone, Neymar voulait un autre challenge. Il a beau brillé avec le club catalan et être décisif à maintes reprises comme face au même PSG lors d’une remontada historique, Neymar sera toujours dans l’ombre du seigneur du milieu qu’est Lionel Messi. Certes, les retombées économiques pour l’ancien joueur du FC Santos sont énormes avec un salaire annuel de 35 millions d’euros par an. Mais,  cela ne saurait occulter l’enjeu sportif majeur de son arrivée à Paris. Et pour rentrer dans la légende du football mondial, quoi de mieux que de grandir dans une si grande institution qu’est le FC Barcelone, à l’ombre d’une légende qu’est Messi, pour ensuite suivre son propre chemin. Car devenir seigneur au pays du seigneur relevait quasiment d’un miracle. Objectif de Neymar à Paris, gagner tout mais surtout la Coupe aux grandes oreilles avant de tenter de gagner la Coupe du  monde l’année prochaine avec la Selecao.

Ahmed M. Thiam

thiam@journalinfosept.com

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here