Giresse : «Un formidable challenge»

0
1

Vainqueur du Gabon dimanche soir, le Mali affrontera la Côte d’Ivoire, grand favori de la CAN, mercredi en demi-finale. «Un formidable challenge» pour les Aigles, qui ont «tout à gagner et rien à perdre», selon Alain Giresse. (Photo Presse-Sports)

«Alain Giresse, dans quel état d’esprit êtes-vous avant d’affronter la Côte d’Ivoire en demi-finales ? 

Il y a une seule chose que je ressens, c’est que c’est une demi-finale et que c’est une grande équipe. Il faut considérer ce match comme un formidable rendez-vous, un formidable challenge. On ne pensait pas qu’on pourrait arriver jusque-là. On y est, tant mieux.

L’abordez-vous de façon plus libéré ?
Quand on est en quart, on veut pousser encore loin la performance. C’était la cerise sur le gâteau et l’appétit vient en mangeant. Là, on est déjà dans le dernier carré et face à la Côte d’Ivoire, on n’a plus rien à perdre et tout à gagner. Il y aura une grande motivation mais, elle ne puisera pas ses sources aux mêmes endroits que pour le quart de finale.

Votre contrat est-il déjà rempli ?
Le contrat était rempli à partir du moment où on était qualifié. Mais on ne se limite pas à ce qu’il y a d’écrit dans un contrat. Je n’ai pas envie de m’arrêter à ça sinon, je ne serai pas dans ma logique qui est d’avoir de l’ambition pour l’équipe.

«Il faut contrarier leurs qualités»

Quelle sera la clé contre les stars ivoiriennes et comment les contrer ?
Avant toute chose, ce qui est important pour nous, c’est la récupération. On a joué un jour plus tard, 30 minutes de plus avec la tension nerveuse des penalties. Après, face au talent, il n’y a pas beaucoup de remède. Malgré cela, il faudra mettre en place un dispositif collectif, une organisation pour faire face et éviter les désagréments de cette équipe.

Il y aura un plan particulier ou votre idée est de jouer votre jeu ? 
Il faudra quand même avoir un oeil sur l’équipe adverse. On ne peut pas se détourner de cette équipe et ne pas en tenir compte. On ne peut pas dénaturer notre jeu mais en même temps, il faut quand même savoir contrer leurs possibilités et contrarier leurs qualités.

Avec 8 buts marqués et aucun encaissé, la Côte d’Ivoire semble être un très gros morceau… 
C’est un gros favori et ça parle. Dans cette Coupe, certains se sont cassés les dents, pas eux. Ils sont là et ils sont sûrs de leurs forces, de leurs qualités et c’est une belle équipe. C’est une demi-finale qui fait rêver et, si on va en finale, on sera dans les nuages.»

07/02/2012

Source: francefootball.fr

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.