Grand prix de la nation 2011 de l’hippisme : LE «divorce» est-il consommé entre Att et son conseiller spécial ?

0
1





Malgré sa passion pour le noble animal (le cheval), ATT n’effectuera pas le déplacement le dimanche prochain au champ hippique de Bamako pour assister au « Grand prix de la Nation ». Du moins si l’on en croit une source proche de la présidence. Par son absence, le Chef de l’Etat veut prendre ses distances vis-à-vis de son conseiller spécial et non moins secrétaire général de la Fédération malienne de hippisme (FMH), Mamadou Tiéoulé Konaté, fortement impliqué dans une gestion à forts relents de magouilles et de malversations.

En dépit de la terreur qu’il sème au champ hippique, le tout-puissant Mamadou Tiéoulé Konaté n’a pas pu convaincre le Chef de l’Etat d’effectuer le déplacement le dimanche prochain au champ hippique de Bamako pour les besoins du traditionnel « Grand prix de la Nation ». En homme averti, ATT aurait décliné l’invitation de présider l’événement. Selon des observateurs avertis de la discipline, si cette absence du Président de la République se confirmait, elle marquerait un tournant décisif dans la « guerre fratricide » imposée par son conseiller spécial, car tout au long de cette crise, Mamadou Tiéoulé Konaté n’a cessé d’user et abuser du nom du Chef de l’Etat pour intimider et commettre des exactions au champ hippique.

La dernière en date remonte seulement au 20 novembre dernier où il avait tenté de défier l’autorité de l’Etat en violant l’interdiction de la course pourtant autorisée par le ministre de la Jeunesse et des Sports. En plus, la gestion calamiteuse des fonds de l’hippisme constitue la pomme de discorde qui a conduit le conseiller spécial d’ATT devant le pôle économique. Ayant été « mis au parfum » de la situation réelle de la discipline, le Chef de l’Etat aurait décidé de ne pas effectuer le déplacement le dimanche prochain au champ hippique de Bamako. Cette décision, que les amateurs de la discipline ont jugée sage, constitue un « avertissement sans frais » pour son conseiller spécial qui aurait pu payer plus cher son arrogance et son mépris des lois de la république.

Du côté de l’Association malienne des propriétaires de chevaux (AMPC) qui fondait beaucoup d’espoir sur la présence du Chef de l’Etat pour qu’il fasse revenir son conseiller à l’ordre, la Fédération malienne de hippisme (FMH) ne doit s’en prendre qu’à elle-même, car elle n’a rien fait pour épargner la discipline d’un conflit inutile. Il s’avère donc important de tirer les enseignements de cette situation qui n’honore pas la discipline, encore moins le sport malien en général.                                                               

Rappelons que conformément à la feuille de route du ministère de la Jeunesse et des sports, les compétitions hippiques prendront fin le dimanche prochain pour laisser la place à la relecture des textes et la mise en place d’un nouveau bureau de la Fédération. D’où la question : le secrétaire général de la Fédération, Mamadou Tiéoulé Konaté, sera-t-il évincé à cette occasion ?

 Jean pierre James

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.