Grand remue-ménage au sein du football sénégalais

2
Lors du match Sénégal-Côte d’Ivoire comptant pour la CAN 2013, arrêté après des débordements de supporters sénégalais.
Reuters

Grand chambardement au sein des instances sportives sénégalaises après la disqualification de l’équipe nationale de football pour la CAN 2013. Les débordements à Dakar ont fait des dégâts : après le départ du ministre des sports El Hadji Malick Gakou, remplacé par Mbagnick Ndiaye, plusieurs dirigeants de la Fédération de foot ont démissionné.

La disqualification du Sénégal pour la CAN 2013 de football n’en finit pas de faire des dégâts au sein du sport sénégalais. Une cascade de démissions s’est produite au sein du Comité exécutif (CE) de la Fédération sénégalaise de football (FSF), quelques jours après un remaniement ministériel qui a conduit au remplacement d’El Hadji Malick Gakou aux Sports, par Mbagnick Ndiaye.

Une réunion extraordinaire du CE, ce 31 octobre 2012, a acté les départs de quatre des six vice-présidents de la FSF et celui du président de la Commission centrale des arbitres. Les démissionnaires ont été immédiatement remplacés.

Le Président de la Fédération reste en place

Ce grand remue-ménage ne concerne pas, en revanche, Augustin Senghor. Le Président de la Fédération veut aller au bout de son mandat qui s’achève dans huit mois. Augustin Senghor aurait reçu de la part des délégués ayant participé à la réunion du Comité exécutif « un soutien sans faille ». Ce dernier a par ailleurs assuré que la FSF souhaitait coopérer avec les autorités en charge du sport, pour « apaiser les relations entre l’Etat sénégalais et le football sénégalais qui ne devraient jamais être opposés ».

Plusieurs voix s’étaient en effet élevées au Sénégal pour réclamer la démission des responsables de la FSF, notamment de son président, après la disqualification du Sénégal de la CAN 2013 suite à un match contre la Côte d’Ivoire interrompu à cause d’incidents, le 13 octobre 2012 à Dakar. Dans ce climat tendu, la nomination du prochain sélectionneur des Lions de la Téranga, qui remplacera un Joseph Koto limogé, semble délicate.

Un air de déjà-vu

Le football sénégalais en finira-t-il avec ses vieux démons ? En octobre 2008, un match nul avec la Gambie (1-1) en éliminatoires jumelées CAN/Mondial 2010 avait privé les Lions de la Téranga de la CAN 2010 et provoqué une flambée de violence à Dakar. La génération dorée des El Hadji Diouf, Henri Camara, Khalilou Fadiga quittait alors tristement la scène. La Fédération sénégalaise était clouée au pilori. Un « Comité de normalisation du football sénégalais » était mis en place pour relancer l’ensemble.

L’opération débouchait quelques mois plus tard sur les nominations d’Augustin Senghor au poste de Président de la Fédération et d’Amara Traoré au poste de sélectionneur. Des choix apparemment judicieux puisque les Lions se qualifiaient ensuite brillamment pour la CAN 2012. Mais une campagne calamiteuse au Guinée équatoriale avec trois défaites en trois matches rappelait que beaucoup de chemin restait encore à parcourir avant que le football sénégalais obtienne des résultats en rapport avec son gros vivier de joueurs expatriés ou binationaux.

RFI / 01/11/2012

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

Comments are closed.