Handball, Challenge trophy de la Zone II : Le double défi du Mali

0

Handball, Challenge trophy de la Zone II : Le double défi du MaliAu total, 17 pays sont en lice (8 équipes masculines et 9 féminines) pour le titre de champion de la Zone II qualificatif pour le Championnat d’Afrique

Le Mali abrite, à partir d’aujourd’hui la troisième édition du Challenge trophy qui regroupe les 8 pays de la Zone II et le Maroc. Au total, 17 sélections nationales (8 équipes masculines et 9 sélections féminines) participent à la compétition que notre pays abrite pour la troisième fois après les éditions de 2009 et 2010. Les pays participants sont le Mali, hôte du tournoi, le Sénégal, le Cap-Vert, la Sierra Leone, la Guinée, la Mauritanie, la Gambie, la Guinée Bissau et le Maroc. Excepté le Royaume chérifien représenté seulement par sa sélection féminine, tous les autres pays présentent deux équipes. Les 17 sélections ont été reparties en 2 poules de 4 chez les Garçons et 2 groupes de 5 et 4 chez les Filles. Chez les Garçons, le Mali est logé dans la poule B qui comprend également la Sierra Leone, la Guinée et la Mauritanie, tandis que le Groupe A est composé du Cap-Vert, de la Guinée-Bissau, du Sénégal et de la Gambie. Quant aux Aigles Dames, elles évolueront dans le Groupe B en compagnie du Maroc, du Cap-Vert, de la Gambie et de la Mauritanie, alors que le Sénégal, la Guinée, la Sierra Leone et la Guinée Bissau s’affrontent dans la poule A. Tous les 9 pays ont confirmé leur participation au tournoi, indique le président de la Fédération malienne de handball (FMHB), le général Zoumana Kouyaté qui a animé une conférence de presse dimanche à la Maison des jeunes, en compagnie du Directeur sportif de la Confédération africaine de handball (CAHB), l’Ivoirien Assemian A. Noël. Le Challenge trophy, soulignera le premier responsable du handball malien, est un événement important pour le Mali pour au moins deux raisons. «Primo, expliquera le général Zoumana Kouyaté, la compétition offre l’occasion aux deux sélections nationales de se frotter à l’élite de la Zone II et secundo, elle permettra au Mali de montrer encore sa capacité organisationnelle et de prouver qu’il mérite la confiance de la Confédération africaine de handball et de la Fédération malienne de handball (FIH)». Comme les précédentes, cette 5è édition du Challenge trophy est placée sous l’égide de la CAHB et de la FIH et se jouera aux normes internationales, rappellera pour sa part le Directeur sportif de la CAHB, Assemian A. Noël. A cet effet, le tournoi sera précédé de deux sessions de formation destinées aux entraîneurs et aux arbitres. Ces stages, précisera-t-il, seront dirigés par deux experts, tandis que le tournoi sera supervisé par un superviseur général de la CAHB. «Toutes les consignes doivent être respectées, les accréditations sont obligatoires pour la presse et pendant tout le tournoi la sérénité des joueurs, des entraîneurs et des responsables techniques doit être préservée», insistera Assemian A. Noël. La compétition, conclura le Directeur sportif de la CAHB, est d’autant plus importante que les deux vainqueurs (Filles et Garçons) représenteront la Zone II au championnat d’Afrique qui est qualificatif du championnat du monde. LE DOUBLE DEFI DU MALI- Pour le secrétaire général de la Fédération malienne de handball, Seïdou Guindo, le Mali a un double défi à relever : réussir l’organisation du tournoi et aller le plus loin possible dans la compétition. «Notre objectif est clair : remporter les deux trophées et représenter la Zone II au prochain championnat d’Afrique», déclare-t-il sans détours. Pour mettre tous les atouts de son côté la Fédération malienne de handball a fait appel à 5 expatriées pour renforcer la sélection nationale féminine qui sera dirigée par le technicien français, David Morelli (voir encadré). Il s’agit des Franco-Maliennes Aïssé Sacko (Villiers sur Marne), Mariame Diarra et Alima Koïta (Ivry), Aminata Kadia Warr (Saint-Maur) et Awa Kanté (Blanc Mesnile). La commission d’organisation de la fédération est assistée d’un comité de pilotage qui a été mis en place par le ministère des Sports. Deux sites ont été retenus pour les matches : le stade du 26 Mars et le Palais des sports. Le stade de Yirimadio abritera les rencontres masculines, tandis que les sélections féminines en découdront au nouveau Palais des sports. L’entrée au stade est gratuite et la session de formation des arbitres et des entraîneurs se déroulera pendant toute la durée de la compétition. Les rencontres inaugurales se disputent aujourd’hui à partir de 12h et à l’issue de ces confrontations, toutes les délégations se retrouveront au Palais des sports à 16h pour la cérémonie d’ouverture qui sera présidée par le ministre des Sports, Housseïni Amion Guindo.

S. B. TOUNKARA

PARTAGER