Il y a de la place pour les aigles

0
1

La poule D est un groupe inédit pour notre Mali. Et pour cause, les Aigles n’ont jamais rencontré ces pays en phase de poule d’une CAN. Pour autant cette poule ne sera pas un saut dans l’inconnu pour Cédric Kanté et ses coéquipiers.

 Les nôtres ont déjà joué 49 matches contre ces trois pays, toutes compétitions confondues, (36 contre la Guinée, 11 contre le Ghana et 2 contre le Botswana). La seule confrontation en CAN contre la Guinée date des quarts de finale de la CAN 2004. Les Aigles de Henri Stambouli l’avaient remporté 2-1. Pascal Feindouno a d’abord ouvert le score pour la Guinée (15è min) et Fréderic Kanouté, du bout du pied (45è min)et Mahamadou Diarra « Djila » (90è min) ont permis aux nôtres de se qualifier pour les demi-finales. Sur les 23 joueurs de la liste de Giresse, seul Seydou Keïta a participé à cette rencontre. Il est entré en cours de jeu (78è min) à la place de Bassala Touré. Côté guinéen Pascal Feindouno et Dian Bobo Baldé sont sur la liste des 23 du Français Michel Dussuyer, revenu après avoir été sélectionneur entre 2002-2004. Cette poule est très relevée avec la présence du grand favori de la compétition, le Ghana. Avec une équipe solidaire et collective, mise en place depuis la CAN à domicile en 2008 par Claude Leroy, cette nouvelle génération des Black stars ambitionne un 5è titre pour leur pays après celui de 63, 65, 78 et 82. Avec l’absence de l’Egypte, du Cameroun et du Nigeria, les Black stars, finalistes de la précédente édition et auréolés d’une place en quarts de finale de la Coupe du monde 2010, ne sont jamais mieux placés depuis 2000 pour la victoire finale.

Les joueurs du Serbe, Goran Stevanovic sont conscients de cette opportunité et comptent mettre les atouts de leur côté pour aller au bout. « On est attendu. Le Ghana est l’équipe à battre. Il faut assumer et répondre présent. On a les capacités pour réussir. On sait qu’il ne faut pas sous-estimer le Sénégal et le Maroc. Ces deux équipes sont aussi sur de bonnes dynamiques et sont en confiance. A nous de répondre présent. Je pense vraiment qu’en étant à notre meilleur niveau, il n’y a aucune raison de ne pas remporter cette CAN 2012 », déclare Andre Ayew. Le Ghana de Samuel Inkoom fait figure de grand favori devant la Côte d’Ivoire, le Sénégal et le Maroc. Tout simplement parce que l’équipe ghanéenne est bien rodée tandis que la Côte d’Ivoire et le Sénégal sont composées des individualités. La somme de ces individualités ne constitue pas toujours un groupe cohérent et soudé. Avec l’absence de Michael Essien, touché à un genou et Kevin-Prince Boateng, retraite anticipé, et le gardien Kingson sans club), le Ghana a tout de même fière allure. Andre Ayew et Kwadwo Asamoah se présentent comme le fer de lance de l’équipe où l’attaquant Asamoah Gyan a été déclaré apte en dépit d’une blessure à un genou.

Une poule ouverte-Ce ne serait pas aussi facile pour Kwadwo Asamoah et ses partenaires. Ça reste un groupe ouvert. Où toutes les équipes ont leurs chances de passer au second tour. Mais avec l’effectif que possède le Ghana, il est difficile de voir les Black stars échoués au premier tour. Lors des éliminatoires, les Ghanéens étaient dans le groupe I en compagnie du Soudan, du Congo et du Swaziland. John Mensah et ses partenaires ont fait un parcours sans défaite. Un seul nul concédé à domicile devant le Soudan lors de la 2è journée (0-0) mais les Black stars ont pris leur revanche en allant s’imposer au Soudan 2-0 lors de la dernière journée. Les Ghanéens ont ainsi terminé premiers avec 16 points, devant le Soudan (13 pts), le Congo (6 pts) et le Swaziland (0 pt). Après le Ghana, on retrouve les Aigles et le Syli qui sont favoris pour le second ticket qualificatif devant le Botswana considéré comme le petit poucet du groupe.

Les nôtres et les Guinéens vont se disputer le 2è ticket qualificatif pour le second tour. Pour le milieu de terrain des Aigles, Bakaye Traoré, notre pays a la chance de se qualifier pour les quarts de finale, voire les demi-finales : « si le Ghana est le favori de ce groupe, cela reste en effet très ouvert pour la seconde place. Il ne faut pas oublier que nous étions favoris lors des deux dernières éditions, mais toujours éliminés dès le premier tour. Je suis plus confiant cette année, car je crois qu’avec cette nouvelle génération, nous pouvons faire quelque chose de bien et peut-être intégrer le dernier carré », estime le joueur de l’AS Nancy Loraine. La Guinée également a des arguments à faire valoir. En 9 participations à une phase finale de la CAN, la sélection guinéenne a enregistré sa plus grande performance en 1976 en Ethiopie où elle atteint la finale.

Après la contre-performance de l’équipe en 2009 (elle ne s’était ni qualifiée pour la CAN 2010, ni pour la Coupe du monde de la même année, alors qu’elle était quart de finaliste en 2004, 2006 et 2008), l’équipe avait été dissoute. Pour 2012 l’espoir est grand pour les Syli national. Pascal Feindouno et Ismaël Bangoura seront les animateurs du jeu guinéen. Ils partageront la vedette avec Abdoul Razzagui Camara. L’attaquant de Sochaux, ex-international espoirs français qui n’a jamais porté les couleurs du Syli national, va disputer la CAN avec son pays d’origine. Toutefois, il y a un absent de taille dans la liste de 23 guinéens : Kévin Constant. L’ancien joueur de Toulouse est en instance de départ du Genoa et a décidé de ne pas jouer la CAN. La Guinée compte aussi sur un sélectionneur qui connait la maison : . Le technicien français est revenu construire un groupe équilibré où se côtoient des anciens et des jeunes. Ses connaissances de la maison pour avoir déjà entraîné l’équipe nationale auparavant est un gros avantage, estime Ibrahim Diallo. « L’équipe nationale a subi beaucoup de changements dans son fonctionnement. Nous sommes repartis sur de nouvelles bases et cela s’est vu lors des qualifications pour la CAN », confirme Ibrahima Diallo. Symbole du renouveau d’une équipe nationale revigorée, le latéral gauche de Waasland-Beveren en Belgique, parle de cohérence pour expliquer la renaissance d’une équipe remise sur les bons rails par Michel Dussuyer.

Pour arriver à la CAN, les Guinéens se sont payés de gros morceaux dont le Nigeria, demi-finaliste de la dernière édition. Le Syli a enregistré un bilan de 4 victoires et deux nuls. Les deux nuls ont été ramenés de l’extérieur contre Madagascar (1-1) et le Nigeria (2-2). Oumar Kalabane et ses coéquipiers ont gagné tous leurs matches à domicile et ont aussi obtenu une victoire à l’extérieur 4-1 face à l’Ethiopie. La Guinée qui en est à sa dixième participation à une phase finale de CAN, devait livrer un match amical hier contre le Kenya au stade du 28 Septembre à Conakry. La première équipe à se qualifier à la phase finale a été le Botswana. Conduits par Jérôme Ramatlhokwane, 2è meilleur buteur des éliminatoires avec le Sénégalais, Mamadou Niang (5 réalisations) les Zèbres (surnom de la sélection botswanaise) ont survolé le groupe K composé de 5 équipes pour prendre leur ticket historique. Un ticket qui leur permet de participer pour la première fois à une phase finale de la CAN. Les Botswanais ont récolté 5 victoires, deux nuls et une défaite dans leur groupe K. Ils ont battu les Aigles de Carthage par deux fois (aller et retour) accrochés deux fois par le Malawi. Seul le Togo a pu battre le Botswana au match retour

. L’attaquant-vedette botswanais, Jérôme Ramatlhokwane (27 ans) évolue en première division sud africaine avec Vasco da Gama. Pour motiver les joueurs, les autorités botswanaises ont offert à la sélection une prime de 10000 euros (environ 6 550 000 F cfa) après sa qualification. Logées à Franceville, les équipes de la poule D entreront en lice le 24 janvier. En ouverture, les Aigles en découdront avec le Sily de Guinée. Ce sera la 37è rencontre entre nos deux pays, la 2è en CAN et la première en phase des poules. Avant la rencontre Mali-Guinée, le Botswana aura la dure tache de débuter contre le Ghana. Lors de la deuxième journée, le Mali se frottera au Ghana, tandis que la Guinée affrontera le Botswana. Les nôtres joueront le 3è match contre le Botswana le 1er février. Ce sera la 3è rencontre officielle entre nos deux sélections, toutes compétitions confondues.

 

Ladji Madihéry Diaby

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.