Judo : quand le collectif des prétentieux se trompe de cible

0
Judo : quand le collectif des prétentieux se trompe de cible

Le Conseil national de la Fédération malienne de judo, Jiu-jitsu et Kurash, est annoncé pour le 10 juin 2017. Voulant que coûte que coûte prendre en otage cette discipline et ses instances dirigeantes, le Collectif des judokas maliens tire désormais sur tout ce qui bouge. En panne de légitimité, car ayant été incapable de mobiliser au-delà du cercle très restreint de ses initiateurs, il cherche des boucs émissaires comme cibles au point d’étaler son amateurisme au sujet du management du judo. Quelques éclaircissements sur les règles en vigueur en la matière.

En se faisant passer comme des «opposants à Habib Sissoko» pour demander «un arbitrage du ministre des Sports» (visiblement surpris par cette démarche), les animateurs du présumé collectif des anciens judokas du Mali déplacent les débats et se trompent (volontairement) aussi bien de combat que de cible. En effet, c’est faire un très mauvais procès au président du Comité national olympique et sportif du Mali (CNOSM) et de l’Union africaine de judo (UAJ), que de l’impliquer dans cette histoire parce qu’il n’est ni président de la fédération ni membre du bureau fédéral. À moins qu’on ne lui en veuille parce qu’il est l’un des présidents d’honneur de la fédération d’une discipline dont il a été un précieux artisan à écrire les plus belles pages en tant que combattant, technicien et président. Attitude d’ailleurs curieuse d’autant plus que ces combattants retraités sans gloire qui, au début de leur fronde, nous avaient assuré qu’ils n’avaient rien contre Habib dont la gestion comme président était leur période de référence (les années 90-2000). Et que c’est à la fédération qu’ils en voulaient.

Mais ce choix est délibéré parce que le collectif est en manque de reconnaissance dans la famille du judo malien. Faute de légitimité, il commence donc à tirer dans tous les sens sans une cible précise. Malheureusement, ses initiateurs réussissent plutôt à étaler au grand jour leur méconnaissance des règles du management du judo et discipline assimilées au niveau national. L’article 4 (Chapitre III-Organisation) des Statuts de la Fédération malienne de judo, Jiu-jitsu et Kurash, stipule que celle-ci est «organisée à partir des dojos et ligues». Il n’est nulle part question d’une autre organisation, notamment de collectif, fut-il d’anciens judokas. Et les institutions d’administration de ladite fédération (Chapitre IV-Administration) sont le Conseil national, l’assemblée générale et le bureau fédéral (article 5).

Pour ce qui est du Conseil national (article 6), il se réunit en session ordinaire tous les quatre ans et la présence des 2/3 des ligues et dojos est obligatoire. Tout comme le conseil peut être convoqué en session extraordinaire à la demande de la majorité simple des ligues et des dojos ou à la demande du bureau fédéral. Le conseil ordinaire statue sur, entre autres, l’admission, la suspension ou l’exclusion des membres ; l’élection des membres du bureau fédéral ; la nomination des Commissaires aux comptes… Il n’a donc pas les mêmes prérogatives que l’assemblée générale, un organe consultatif pouvant se tenir chaque année sur convocation du bureau fédéral. Elle permet surtout à ce dernier de rendre compte, à mi-parcours, de ses activités et de recueillir les critiques et les avis sur les nouvelles orientations.

Il est donc curieux de voir le collectif saisir les instances sportives nationales pour contester «l’assemblée générale élective de la Fédération malienne de judo». S’il y a des griefs pertinents dans cette «plainte» (correspondance), on se rend compte que ses animateurs y étalent ainsi une étonnante méconnaissance de la réglementation nationale, africaine et internationale en la matière.

Le président n’est pas le DTN

Pour ce qui est de la mise en place du bureau fédéral par exemple, le règlement intérieur de la Fédération malienne de judo, Jiu-jitsu et Kurash, indique (article 7) : «le Conseil national prend acte de la démission du bureau à l’expiration de son mandat (4 ans) et désigne, à la majorité simple des membres présents, un présidium chargé de mettre en place un nouveau bureau. Ce présidium se compose d’un président, de deux vice-présidents, d’un rapporteur et d’un rapporteur adjoint. Le mode de scrutin est arrêté par consensus».

Le collectif fait aussi référence aux statuts de l’Union africaine de judo (UAJ) dont l’article 34 stipule que son président «doit être obligatoirement ceinture noire de judo». Mais, c’est au niveau continental et, selon nos investigations, cela n’est pas une disposition imposée aux fédérations nationales ni par l’UAJ ni par la Fédération internationale de judo (FIJ). Elle ne figure nulle part dans les statuts et règlements de la Fédération malienne de judo, Jiu-jitsu et Kurash, pourtant membre de ces deux organisations.

«La fédération doit être dirigée au moins par un président, un Secrétaire général et un trésorier», indique la FIJ à l’article 13 de ses «Dispositions statutaires obligatoires pour les fédérations membres». Nous n’y avons vu nulle part qu’une fédération nationale doit être forcément dirigée par un détenteur de ceinture noire. Et cela d’autant plus que la ceinture est un grade, un indicateur et une référence au niveau technique. Elle n’est donc pas un diplôme de management ou une caution de bonne moralité.  Même s’il doit le promouvoir et impulser son essor par des projets concrets, le président est avant tout un manager qui ne saurait se substituer à une Direction technique nationale dont la mission essentielle est le développement de la discipline sportive, de l’art martial.

Si les anciens judokas veulent prendre réellement les destinées de la discipline en main, ils doivent d’abord faire preuve de persévérance et accepter de côtoyer leurs aînés pour mieux s’imprégner du management de la discipline de la base au sommet. Qu’ils s’impliquent d’abord dans le développement de cet art marial à la base, c’est-à-dire dans les dojos où ils sont les plus attendus et où leurs cadets ont le plus besoin de leur expérience de combattant et de leur savoir-faire technique. La plupart de leurs revendications nécessitent une révision statutaire dont personne ne voit pour le moment la nécessité. Et cela d’autant plus que rien ne prouve qu’ils aient les moyens de leur prétention. Est-il sage de vouloir isoler une discipline sportive des mécènes qui compensent le manque de sponsors et surtout l’insuffisance des moyens mis à sa disposition par l’Etat ?  Est-ce que c’est parce qu’on n’a pas pratiqué une discipline qu’on ne peut pas avoir de nobles ambitions ou une vision novatrice pour contribuer à son développement ? Peut-on convaincre les autres qu’on brigue la présidence de la fédération parce que l’on se soucie de l’épanouissement du judo et des judokas alors qu’on n’a jamais assisté à aucune réunion statutaire du bureau fédéral dont on est membre ?

Selon un membre du bureau en fin de mandat, le président a invité les jeunes aux débats et au dialogue, mais «dans le strict respect» des uns et des autres. «Ils n’ont pas voulu. Maintenant qu’on doit aller aux élections, ils soulèvent des griefs mettant en évidence leur méconnaissance de la gestion de la discipline au niveau national, africain et international. Et nous nous demandons ce qu’ils veulent exactement ?» s’est-il interrogé. Nous nous demandons s’ils le savent eux-mêmes.

Alphaly

===============

Lycée sportif Ben Omar Sy de Kabala 

Récompense aux plus méritants à l’occasion de la fête de l’Afrique

Le 25 mai de tous les ans est consacré à la fête de l’Afrique partout sur le continent. C’est ce beau jour qui a été choisi par le personnel du lycée sportif Ben Omar Sy de Kabala pour célébrer sa journée de l’excellence,  4ème édition. Il s’agit de récompenser les meilleurs élèves de l’établissement pour leur excellence à l’issue des compositions  de cette année. C’était dans l’enceinte dudit établissement à Kabala.

Placée sous la présidence du ministre des Sports, représenté par un de ses conseillers techniques avec la présence effective de l’amicale des anciens élèves de l’établissement, le corps professoral, l’administration du lycée, les parents d’élèves, un représentant de chaque structure rattachée au ministère des Sports et d’autres invités de marque s’y étaient donné rendez-vous.

Juste après l’installation des officiels, l’exécution de l’hymne national, le maire de la commune urbaine de Kalabancoro a donné le ton de la cérémonie tout en saluant tous les officiels pour leur présence dans sa commune.

Après avoir fait un aperçu historique de la création de son lycée, le directeur général, M. Oumar Maïga, dira que cette journée est organisée généralement en fin d’année scolaire ; elle a pour but de récompenser les meilleurs élèves du lycée Sportif Ben Omar Sy d’abord sur le plan sportif et sur le plan académique (toutes disciplines confondues).

Selon M. Maïga, l’organisation de cette journée, de par son caractère spécifique, a pour but de créer les conditions d’une saine émulation entre l’ensemble des élèves du lycée et mieux, de faire connaître les produits du lycée sportif Ben Omar Sy en tant que producteur de jeunes talents. Suivant les explications du directeur général, son lycée est un établissement mixte de 248 élèves dont 63 filles, qui sont encadrés par 30 enseignants dont 7 du cycle fondamental et 23 du cycle secondaire. Les encadreurs sportifs sont au nombre de 21 et l’administration compte 23 agents. L’occasion faisant le larron, M. Maïga a tenu à féliciter ses enseignants qui, malgré les mots d’ordre de grève, ont tenu à rester en classe pour donner des cours aux élèves afin que cette journée d’excellence soit.

Pour le directeur national des Sports et de l’éducation physique,…. l’instauration et la pérennisation de cette journée d’excellence permettra en plus de l’émulation et de la récompense de l’effort des récipiendaires, de favoriser l’émergence réelle de jeunes talents dans toutes les disciplines sportives et académiques au lycée, et amener les meilleurs élèves à plus de dévouement et à améliorer leurs performances  académiques.

Le porte-parole de l’amicale des anciens élèves de l’établissement, M. Modibo Keïta, souhaite que les plus hautes autorités pensent à une politique nationale de suivi des anciens élèves dès la fin de leur formation académique.

Pour illustrer l’excellence de la qualitĂ© de l’enseignement du lycĂ©e sportif Ben Omar Sy, il n’y avait rien de mieux qu’une dĂ©monstration des disciplines sportives enseignĂ©es devant un public conquis par les diffĂ©rentes prestations. Suivra ensuite la remise de cadeaux aux laurĂ©ats, c’est-Ă -dire les trois premiers de chaque classe et les trois premiers du lycĂ©e en moyenne annuelle gĂ©nĂ©rale. Chacun d’eux a reçu une enveloppe symbolique et d’autres cadeaux…

Ousmane DIAKITE/Stagiaire

PARTAGER

REPONDRE

Please enter your comment!
Please enter your name here