«Koura Club» de Kung Fu Wushu: L’événement célébré avec faste!

2
«Koura Club» de Kung Fu Wushu: L’événement célébré avec faste!
«Koura Club» de Kung Fu Wushu

Le 25 mai 2014, «Koura club» a célébré son 2ème anniversaire à travers une gigantesque démonstration de force. Pour rappel, c’est dans le but de promouvoir le Karaté, en général et le Kung Fu Wushu, en particulier, que ce Club de Niamakoro Zirabakoro Terminus a été porté sur les fonts baptismaux par le jeune Me Bakary Dembélé dit Fatogoma.

 

 

Ce 2ème anniversaire qui a émerveillé le public sorti nombreux pour la circonstance, a enregistré la présence des autorités communales, des notabilités de Niamakoro, de la marraine Sissoko Mariam Sacko, une grande Dame qui a fait ses preuves au CAP et du parrain, le grand marabout Sékou Souaré.

«La valeur n’attend point le nombre des années». C’est du moins ce que l’on peut dire de Me Bakary Dembélé alias Fatogoma, âgé seulement de 24 ans, ceinture noire 2ème Dan, qui a eu l’ingénieuse idée de créer un Club de Kung Fu Wushu à Niamakoro Zirabakoro Terminus en Commune VI du District de Bamako, il y a de cela deux ans. Les festivités marquant cet anniversaire auront lieu dimanche prochain, 25 mai 2014.

Dans un entretien qu’il nous a accordé en ce jour-anniversaire de son club de Kung Fu Wushu, histoire d’en savoir plus sur ce génie en herbe, il nous expliquera qu’il est rentré dans les arts martiaux, notamment en Kung Fu Wushu, sur admiration d’un ami qui excellait en la matière. De ce fait, grâce à ses Maîtres Daouda Bouaré et Boubacar Togola, il arrivera à s’intégrer dans cet art. Mais, non sans difficulté, puisque, avoue-t-il, il lui a fallu beaucoup d’énergie pour y parvenir. Grâce à son assiduité, il effectuera son premier combat en Commune VI, lors duquel il s’est fait bien distinguer. Ainsi, nous révèle-t-il, il arrachera une médaille de bronze en compétition nationale (Combat Sanda) organisée par la Fédération malienne de Karaté et disciplines associées en mars 2013 au Pavillon des sports de Bamako. Une médaille qui a honoré ses Maîtres, parents et amis, notamment sa maman chérie Koura, à qui il a dédié le nom de son Centre sis à Niamakoro Zirabakoro Terminus.

Justement, à propos de ce Centre où excellent son jeune frère Me Yaya Dembélé (ceinture noire 1er Dan et Koné Bakary qui attend deux passations pour arracher une ceinture noire), Me Fatogoma avoue que sa réalisation n’a pas du tout été facile. «Après avoir obtenu des médailles et des diplômes, sur conseil de mes Maîtres, de ma maman et des bonnes volontés de ma Commune, j’ai décidé de créer un Centre de Kung Fu Wushu pour aider tous ces jeunes qui m’admiraient, mais qui ne savaient que faire. J’ai eu toutes les difficultés du monde pour trouver une salle. Et après, il fallait faire face aux équipements et au recrutement des enfants et des jeunes de ma Commune. Dieu merci, j’y suis parvenu. Mais, je ne dois pas baisser les bras, car actuellement, mon Centre accueille plus de 50 élèves pratiquants et il faut faire face à de multiples problèmes de gestion non seulement du local, mais aussi et surtout de mes inscrits.  J’arrive à peine à surmonter ces problèmes grâce aux mensualités (1500) de mes élèves et à leurs frais d’entraînement (50 FCfa) pour la Trésorerie. J’invite donc les bonnes volontés, notamment la Fédération malienne de Karaté et le Comité national Olympique et sportif du Mali (Cnosm) à me soutenir. Car, comme on le dit, la jeunesse doit être le fer de lance du développement socio-économique véritable et durable de notre pays. Et cela passe par le sport qui est le plus court chemin pour parvenir à l’unité et l’entente entre les jeunes», plaide le jeune Me Fatogoma.

Parlant de ses ambitions personnelles, le jeune Fatogoma compte pérenniser cette festivité et veut aller plus loin dans l’univers des arts martiaux. Pour ce faire, il invite les autorités sportives nationales et même les partenaires internationaux à l’appuyer. «Je veux honorer le Mali non seulement sur l’échiquier national, mais aussi sur le plan international. Pour ce faire, j’ai besoin d’appui d’où qu’il vienne. Je ne veux pas sitôt abandonner mes élèves pratiquants  qui veulent exceller dans le domaine du Kung Fu Wushu».

Bruno LOMA

Commentaires via Facebook :

PARTAGER

2 COMMENTAIRES

  1. Frere Churchill, j’apprecie ton desir, je suis un pratiquant du kung-fu aussi, mais mon style est plutot la mante religieuse, le wushu y fait un peu parti. J’aimerai avoir les contacts de sishu Fatogoma au cas ou tu auras ses contacts. Je ne sais si tu es toi meme un fan des arts martiaux mais peu importe.
    Surtout après les jeunes au palsir des arts martiaux comme d’autres sports pour le bien etre de l’esprit et du corps mais meme jamais se battre sauf en dernier, dernier recours car certains pratiquent les arts martiaux pour aller se battre et etre gonfles, ces actes sont contraires a l’etique et l’esprit des arts martiaux.
    Bonne chance sishu fatogoma.
    Un autre admirateur du Canada.

  2. Bonjour est ce que une personne peut me mettre en contact avec le responsable de ce Club.Jaimerai qu’ils mettent en place dans toutes les regions du mali pour former nos jeunes.Je serai pres à leur donner des financements.Mais je veux etre en contact avec le responsable de ce club uniquement.Pour me repondre par enail
    cheickoumar6@yahoo.fr
    canada torronto.

Comments are closed.