L’Assemblée Générale ordinaire de la FEMAFOOT s’est déroulée samedi sous la supervision du patron du service des fédérations de la FIFA, Primo corvaro

3

La relégation du Djoliba, du CSK, du COB et de l’Avenir de Tombouctou en 2ème division maintenue à l’unanimité

 

Primo Corvaro de la Fifa, Boubacar Baba Diarra, Abdoul Wahab Zoromé du Cnosm et Kolon Sidibé à l'ouverture de l'AG
Primo Corvaro de la Fifa, Boubacar Baba Diarra, Abdoul Wahab Zoromé du Cnosm et Kolon Sidibé à l’ouverture de l’AG

Sous la supervision des représentants de la FIFA, la relégation des quatre clubs (Djoliba, CSK, COB et Avenir de Tombouctou) en deuxième division pour avoir signé trois forfaits en championnat 2014 – 2015 a été maintenue par l’Assemblée Générale lors de ses assises du 31 octobre dernier. En outre, le budget pour l’exercice 2015-2016 de la FEMAFOOT a été adopté en recettes et en dépenses à la somme de 2 005 000 000 FCFA.

‘est dans une ambiance fraternelle et cordiale que la 44ème Assemblée Générale ordinaire de la Fédération Malienne de Football s’est déroulée, le samedi 31 octobre, à l’hôtel Olympe International, en présence des délégués. L’invité-surprise de cette rencontre était le patron du département chargé de toutes les fédérations au niveau de la FIFA, Primo Corvaro, accompagné pour la circonstance par son collègue Lucas Nicola. Il s’agissait pour eux d’être les témoins oculaires de ces assises. Le Comité National Olympique et Sportif du Mali (CNOSM) était représenté par Abdoul Wahab Zoromé. Après vérification des mandats, 36 délégués sur 55 étaient dans la salle. Ce qui constitue la majorité absolue.

Un  seul discours a été prononcé à l’ouverture des travaux. Il s’agit de celui du président de la Fédération Malienne de Football, Boubacar Baba Diarra.Une mention spéciale a été faite à l’endroit des représentants de la FIFA pour leur présence à Bamako. “Grand merci à Primo Corvano et Lucas Nicola qui, malgré leurs multiples occupations, nous ont fait l’insigne amitié d’être présents pour nous honorer et être en communion avec nous, mûs en cela par l’intérêt que la FIFA porte pour le football malien”dira-t-il.

S’agissant du rapport moral et financier, il ressort que les ressources sont passées de 1 375 555 727 FCFA en 2014 à 1 871 473 800 en 2015. Selon le président de la FEMAFOOT, “la meilleure maitrise des dépenses qui enregistrent une diminution significative de 64 893 721 FCFA. Ce qui a permis de réduire le gap de financement des activités de 93 916 673 FCFA en 2014 à 29 022 952 FCFA en 2015″.

Pour l’amélioration des procédures de gestion, y compris le perfectionnement du système d’administration, la FEMAFOOT a adopté un manuel de procédures administratives et financiers et l’organigramme formel du Secrétariat général. Sans oublier la poursuite du programme d’information avec l’acquisition de nouvelles machines et des logiciels de gestion. Ces actions, précisera Boubacar Baba Diarra, ont permis l’application du système de gestion et d’administration, des normes standards de transparence et d’éthique et d’adaptation  de la gouvernance du football malien aux réalités du monde moderne.

Dans le cadre du programme d’investissement, il faut noter le gazonnage et l’électrification de quatre terrains supplémentaires d’entrainement. Il s’agit de l’Association Sportive de Police, l’Union Sportive des Forces Armées et de Sécurité (USFAS) l’Association Sportive de Bamako (ASB) et le Centre SalifKéîta (CSK). “Des actions ont été engagées pour mieux prendre en compte le football féminin en cherchant à vulgariser sa pratique au niveau national et à élever son niveau tant sur le plan national qu’international. Un effort important a été fourni dans le cadre de la formation des arbitres, entraîneurs et administrateurs” a déclaré le président de la FEMAFOOT, très fier des résultats enregistrés dans le domaine du football.

Il s’agit du sacre des Aiglonnets du Mali à Niamey, la médaille de bronze des Aiglons du Mali à la Coupe du monde en Nouvelle Zélande avec le titre de meilleur joueur décerné à Adama Traoré. Sans oublier la qualification de l’équipe U23 à la phase finale de la CAN au Sénégal et au Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) au Rwanda. Pour Boubacar Baba Diarra, le Mali est le seul pays à avoir pu se qualifier dans toutes les compétitions internationales de football, toutes catégories confondues.

L’un des temps forts de cette Assemblée générale ordinaire aura été la question de la relégation des quatre clubs en deuxième division. Il s’agit du Djoliba AC, du Centre Salif Kéïta (CSK) du Club Olympique de Bamako (COB) et de l’Avenir de Tombouctou. Ces clubs ont été relégués pour avoir signé trois forfaits lors de la phase aller du championnat national Ligue1.

Après les décisions de la Commission de discipline et de la Commission de recours, qui ont confirmé leur relégation, l’Assemblée Générale vient de maintenir leur relégation à l’unanimité. Les 36 délégués ont, en effet, catégoriquement refusé le maintien des quatre clubs en 1ère division. Cela, sous le regard vigilant des représentants de la FIFA dont le souci est l’application stricte des textes qui régissent le football malien. C’est dire que ce dossier est désormais clos. Sauf une autre assemblée générale extraordinaire convoquée par le Comité exécutif. Le budget pour l’exercice 2015-2016 de la FEMAFOOT a été adopté en dépenses et en recettes à la somme de 2 005 000 000  de FCFA.

 

Pour violation des Statuts de la FEMAFOOT

Tidiane Niambélé et Mamadou Dipa Fané radiés à vie de toutes les activités du football

Plusieurs autres dirigeants suspendus 5 à 10 ans

Autres décisions prises lors de cette Assemblée Générale ordinaire de la FEMAFOOT, c’est bien les différentes sanctions prises contre certains dirigeants sportifs.Pour ce faire, il y a trois gammes de suspensions : radiation à vie de toutes les activités du football malien, suspension de 10 ans et de 5 ans.  Ainsi, le président du Djoliba AC, non moins 2ème Vice-président du Comité National Olympique et Sportif du Mali (CNOSM) Tidiane Niambélé (il est considéré selon nos sources comme l’artisan principal de tous les actes malveillants à l’endroit du Comité Exécutif de la FEMAFOOT)  et Mamadou Dipa Fané, président de l’UNAFOM) ont été exclus à vie de toutes les activités du football malien.

Ils sont au nombre de dix dirigeants sportifs à écoper d’une suspension de 10 ans chacun. Il s’agit de Abeta Ag Seydou (Président de la Commission du football de jeune de la FEMAFOOT),Sahala Baby (2ème Vice-président de la FEMAFOOT),Yély Sissoko (Membre du Comité directeur du Djoliba), Boubacar Monzon Traoré (ancien président de la ligue de Bamako), Cheick Kanté (ancien président de la Ligue de Kayes), Amadou Touré (Président de la ligue de Gao), Mamadou Sow (président de la ligue de Ségou) et Moussa Konaté (président du COB). Sans oublier, Me Bassalifou Sylla, membre du Comité directeur du Djoliba.

Pour les suspensions de 5 ans, ils sont au nombre de sept dirigeants. Il s’agit de M’Pa Sylla, président du CS Duguwolofila et membre de la ligue de Koulikoro, Modibo Coulibaly, membre du Djoliba, Abba Mahamane, membre de la ligue de Tombouctou, Dr Sékou Koné (CS Duguwolofila) Makan Kéïta dit Vieux, ancien membre de la ligue de Bamako, Moussa Bah, entraîneur de football et Abdoulaye Doucouré, membre du Comité exécutif de l’AS Sabana de Mopti.

Ces dirigeants ont été suspendus pour avoir violé  des dispositions des statuts de la Fédération Malienne de Football. Il s’agit bien de sanctions disciplinaires. On se rappelle que ces personnes avaient mis en place un bureau parallèle le 30 août dernier dans un hôtel de la place. C’était à la faveur d’une Assemblée générale extraordinaire. Ce qui est une violation flagrante des textes qui régissent la FEMAFOOT, selon le Secrétaire général Yacouba Sidiki Traoré.

Il faut préciser que les différentes suspensions ont été votées à l’unanimité des délégués. Et le Comité Exécutif de la FEMAFOOT disposait du quitus de la FIFA pour prendre ces décisions. C’est pourquoi, le représentant de la FIFA, Primo Corvaro, a apprécié à sa juste valeur cette démarche courageuse de l’Assemblée générale.                           

A.B. H

 

Vers la suspension du Mali par la FIFA ?

Au rythme où vont les choses, le Mali risque de connaître sa première suspension de toutes les activités de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA). La crise qui secoue depuis quelques mois au sein du football malien connaitra sûrement un nouveau rebondissement, surtout après les conclusions de l’Assemblée générale ordinaire de la FEMAFOOT du 31 octobre dernier. Si les représentants de la FIFA et les délégués ont apprécié les différentes décisions pour régler définitivement cette crise, tel sera pas le cas pour les autorités plus particulièrement le département des Sports, qui n’arrive pas gérer ces problèmes. Selon l’un des représentants de la FIFA, le gouvernement devrait réagir à temps après la lettre de soutien de l’instance dirigeante du football mondial pour conclure cette affaire. Malheureusement, les choses s’aggravent de jour à jour.

En tout cas, si le département des Sports se mêle dans la gestion du football malien, la FIFA interviendra automatiquement comme ce fut le cas récemment de la Fédération de Football de Koweït. C’est dire qu’il faut gérer ce dossier  du Mali avec beaucoup d’intelligence.

A.B. H

 

L’Assemblée Générale ordinaire de la Fédération Malienne de Football aura lieu ce samedi

Le responsable du département chargé des fédérations de la FIFA,  Primo Corvaro invité par Boubacar Baba Diarra

Les travaux de la 44ème Assemblée Générale ordinaire de la Fédération Malienne de Football se tiendront ce samedi à l’hôtel Olympe international. Pour la circonstance,  une délégation de la FIFA conduite par le responsable du département chargé de la gestion de toutes les fédérations,  Primo Corvaro est invité par le président de la FEMAFOOT, Boubacar Baba Diarra. Il sera accompagné pour la circonstance par Lucas Nicolas Daniele. 

C’est ce samedi 31 octobre que les assises de la 44ème Assemblée Générale ordinaire de la Fédération Malienne de Football s’ouvriront  à l’Hôtel Olympe International. Une occasion pour les délégués de discuter et d’échanger sur certains points, notamment les rapports moraux et financiers de l’exercice écoulé et de jeter un regard sur l’avenir.

L’Assemblée générale se penchera aussi sur la fameuse question de la relégation des quatre clubs de D1 en deuxième division pour avoir signé trois forfaits  lors de la phase aller du championnat national de ligue 1. Il s’agit du Djoliba AC, du Club Olympique de Bamako (COB), du Centre Salif Kéïta (CSK) et de l’Avenir de Tombouctou.

On se rappelle que ces clubs ont été relégués suite à l’application stricte des textes qui régissent le football malien. Sinon, le Centre Sportif Duguwolofila et Sabana FC de Mopti ont évité de justesse la relégation. Après avoir signé deux forfaits, les responsables de deux clubs ont vite compris l’enjeu. Ils se sont ainsi désolidarisés des quatre autres équipes  afin d’éviter un troisième forfait.

S’agissant de la tenue de l’Assemblée générale du samedi, toutes les dispositions sont prises par le Comité exécutif pour que ces assises puissent se dérouler dans un climat apaisé. Il s’agira de véritables retrouvailles de tous les acteurs du football malien. Raison pour laquelle, le Président de la FEMAFOOT, Boubacar Baba Diarra a  invité une délégation de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) afin de superviser la rencontre. Il s’agit du responsable du département chargé de la gestion de toutes les fédérations, Primo Corvaro et Lucas Nicolas Daniele du même département. Ces deux responsables devraient arriver à Bamako dans la nuit du jeudi à vendredi. Ce qui prouve à suffisance que la Fédération Malienne de Football tisse de très bons rapports avec l’instance dirigeante du football mondial.

Malheureusement, à quelques heures de la tenue de cette Assemblée générale, un acte de sabotage se prépare activement. Selon nos sources, le département des Sports  veut même que la Fédération Malienne de Football reporte la rencontre, sans aucun argument valable. Raison invoquée :  attendre la fin de la médiation. La Commission de médiateurs mise en place par le Comité National Olympique et Sportif du Mali et présidée par l’ancien ministre Adama Koné a presque bouclé sa médiation à travers des propositions concrètes.  Malgré tout, cette Assemblée générale ordinaire risque de connaitre des actes de sabotages. Cet événement annuel très important du Comité exécutif légitime de la FEMAFOOT risque d’être boycotté par la télévision nationale, ORTM. Cela, sous instruction d’un ministre de la République.

 

Gestion des fonds de la FEMAFOOT : Le jeu de cache – cache du département des Sports 

Le département des Sports veut désormais se mêler de la gestion des fonds de la Fédération Malienne de Football. Ce qui n’est pas son rôle. Dans une correspondance en date du 26 octobre dernier, le Directeur national des Sports, Mahamadou Sidibé, lance un ultimatum à la fédération afin de lui faire parvenir l’état des revenus générés par les activités du football courant 2015. Cela, au plus tard ce vendredi. Quel ridicule ? Le hic est qu’il s’agit  bien de la situation des contributions des instances internationales, notamment la FIFA et la CAF, la situation des contributions et remboursements des compétitions internationales, la situation des recettes des matches amicaux des équipes nationales. Sans oublier la situation financière liée aux panneaux publicitaires  dans les stades et le fonds alloué à la promotion du football féminin.

La question qui est sur toutes les lèvres est celle de savoir depuis quand une Direction Nationale des Sports contrôle  une fédération de football. C’est vrai que le département des Sports doit contrôler le fonds qu’il alloue à la FEMAFOOT mais il n’a rien à avoir avec la gestion des fonds de la FIFA et de la CAF. Puisque chaque année, ces instances internationales procèdent à des audits afin de voir clair comment ces fonds sont utilisés. Sans oublier que le budget annuel de fonctionnement et d’investissement de la fédération avoisine aujourd’hui près de 2 milliards de FCFA par an.

Récemment, le ministre des Sports, Housseini Amion Guindo a félicité la bonne gestion financière de la fédération parce qu’elle avait fait la situation détaillée de certains fonds.  En tout cas, à l’heure où nous sommes, le ministre Poulo doit obligatoirement faire attention pour ne pas tomber dans un piège. Comme ce fut le cas de Dr Moussa Balla Diakité alors ministre des Sports sous ATT avec l’ex-président de la FEMAFOOT, Tidiane Niambélé, dans une histoire de ristournes de la CAN.

PARTAGER

3 COMMENTAIRES

  1. Le journaleux nous prend pour des cons? A ce que je sache, les terrains appartiennent à l’État et non la Fédé, dans ce cas qu’ils aillent jouer leurs matchs ailleurs. C’est l’État aussi qui payent les primes, les hébergements, et certaines voyages je crois. L’État loue des milliards au sport chaque année. Pourquoi as-tu peur de l’audit? T’as bouffé de l’argent aussi Mr journaleux?

  2. Ce n’est pas des décisions calamiteuses comme celles ci qui amenront la paix dans le foot malien mieux vaut être derrierre le Ministère dans sa tentative de médiation.

    • Et quand est qu’on appliquera nos textes, si à chaque fois qu’il l’occasion, il faut faire recours aux médiations.

Comments are closed.