L’Atl√©tico humilie le Real et plane sur Madrid

0

L'Atl√©tico humilie le Real et plane sur Madrid16 ans qui en paraissent 1000. Depuis 1999, l’Atl√©tico de Madrid ne s’est pas impos√© dans son ar√®ne face au Real Madrid en Liga. Premi√®re dans ce mill√©naire, les Matelassiers ont croqu√© le voisin du nord gr√Ęce √† 20 minutes √©touffantes d’intensit√© et de qualit√©s techniques. D√©pass√©s, apeur√©s ou tout simplement groggy, les Merengues ont bu la tasse √† deux reprises. Un missile de Tiago mal g√©r√© par Casillas, un chef-d’¬úuvre de cycliste de Saul plus tard, ils ne s’en rel√®veront pas. La faute √† une d√©fense remani√©e et sans rep√®re, un milieu de terrain totalement d√©pass√©, num√©riquement et physiquement, et une attaque sans ballon ni cr√©ativit√©. Face √† cet apathie, l’Atl√©tico a lui propos√© de l’intensit√© et de la qualit√©. Tranquillement install√©e dans son d√©sormais immuable 4-4-2, la petite arm√©e de Simeone a jou√©. Sans violence, mais avec une ma√ģtrise effrayante, elle a profit√© du retour au premier plan de son m√©tronome Turan et de la forme interstellaire de Griezmann. Buteur et joueur, le Fran√ßais a pens√© conclure le festival local. La derni√®re banderille de Mand¬ěukińá aidant, l’Atl√©tico revient √† quatre points de sa victime du jour. La Liga, totalement relanc√©e, reste √† port√©e de tir des tenants du titre. Et du Bar√ßa, deuxi√®me vainqueur de ce derbi madrile√Īo propri√©t√© des locataires du Calder√≥n.

Iker et l’enfer du Calder√≥n

Le ciel est gris, la pelouse verte p√Ęle, les bonnets rouges de sortie. Loin de la Bretagne, le Vicente-Calder√≥n, rempli ras la gueule, se r√©chauffe en secouant une ribambelle de drapeaux rojiblancos et en vocif√©rant son amour pour ses prot√©g√©s. Avant m√™me le coup de sifflet initial, le match est d√©j√† lanc√©. Et l’avantage, lui, est bien aux couleurs locales. Pied sur le ballon, l’Atl√©tico remporte la bataille du milieu et arrive √† trouver Arda Turan. En-dedans (…) Lire la suite sur sofoot.com

 

PARTAGER