Le Djoliba AC en finale de la Coupe CAF : Magnifique, fantastique et historique !

3 réactions [-] Texte [+] Email Imprimer

Enfin, ça y est ! Longtemps attendu à ce stade de la Coupe de la Confédération Africaine (CAF), le Djoliba AC s’est débarrassé en demi-finale retour, au Stade Omnisports Modibo Kéïta de Bamako, d’Al Hilal du Soudan (2-0 temps réglementaire et 7-6 aux tirs au but). Et pourtant, ce sont les Soudanais qui tenaient le bon bout avec deux longueurs d’onde (2-0 à l’aller au Soudan), mais ils ont été surpris par une machine infernale djolibiste qui était plus que décidée à ne pas lâcher le morceau et disputer, pour la première fois de son histoire, une finale de la Coupe CAF.
Précisons qu’avant cette rencontre tant attendue, tous les ingrédients étaient bien réunis pour une brillante et historique victoire. En effet, plus qu’une mobilisation, c’était une véritable campagne de soutien aux locataires de Hérémakono. Des affiches aux réunions interminables en passant par une forte médiatisation, les dirigeants du Djoliba AC se sont donné tous les moyens pour que la chance soit du côté de leur club.
Et c’est dans un Stade plein comme un œuf que les Soudanais vivront un véritable enfer. Dominés dans tous les compartiments de jeu dès l’entame de la rencontre, ils ont pourtant failli ouvrir la marque, n’eût été ce sauvetage in extremis du montant droit du portier djolibiste. Grosse frayeur et grosse panique dans les rangs des supporters ! Mais, malgré la domination territoriale des Rouges de Bamako, le score restera nul et vierge (0-0) jusqu’à la mi-temps.
Du retour des vestiaires, les protégés du coach Alou Badra Diallo dit Conti appuient sur l’accélérateur, et c’est fort logiquement qu’ils ouvriront la marque à la 51ème minute sur penalty, suite à une faute du défenseur soudanais. Penalty transformé par Issa Traoré alias Essien. Dès lors, des lueurs d’espoirs naquirent dans les cœurs et les Rouges de Bamako multiplièrent les assauts du camp adverse.
Les Soudanais qui sentaient le danger venir, optent pour la défensive et les contre-attaques. Cette tactique ne sera pas payante, puisqu’entré en cours du jeu quelques minutes seulement, le joker des Djolibistes, Sédounoudé Janvier Abouta, d’une reprise de volet à l’italienne, inscrit le deuxième de son club. C’était alors la liesse au Stade Modibo Kéïta. Mais, les nôtres auraient pu inscrire d’autres buts, n’eût été la maladresse criarde de ses attaquants. Un point faible qu’il faudra revoir avant la finale proprement dite.
Toujours est-il qu’à 2-0, le Djoliba venait de réaliser une égalité parfaite, puisque les Soudanais d’Al Hilal l’avaient remporté à l’aller chez eux par le même score. Il a fallu donc faire recours à l’épreuve fatidique des tirs au but pour départager les deux équipes. Une épreuve de nerfs qui a été remportée par les pensionnaires de Hérémakono. Là encore, il faut saluer la tactique payante de Conti qui a fait remplacer le gardien titulaire par son second ; lequel a prouvé qu’il a une grande classe en réalisant de beaux arrêts et en mettant fin au rêve d’Al Hilal du Soudan.
Avec cette victoire, le Djoliba AC disputera, pour la première fois de son histoire, une Coupe CAF. Et il y a lieu de rêver qu’après le Stade malien de Bamako qui a offert en 2009 au Mali son premier trophée  continental, le Djoliba AC pourra réaliser la même prouesse dimanche après-midi au Stade du 26 Mars, en finale aller contre les Congolais d’AC Léopards de Dolisie. Une équipe avec qui le Djoliba s’est frotté en matches de poules.
Lors de cette manche aller de la finale de la Coupe CAF, nos représentants doivent se montrer plus incisifs et plus agressifs en mettant le paquet, tout en espérant, à défaut d’une victoire en finale retour en terre soudanaise, réaliser un nul en terre soudanaise.
Sportivement parlant, la finale aller de dimanche prochain entre Djoliba AC de Bamako et AC Léopards de Dolisie doit être une affaire de chaque et de tous les Maliens, sans exception, pour pousser nos représentants à la victoire. Il en va de l’honneur de notre football sur l’échiquier continental, voire mondial.
En attendant, un coup de chapeau mérite d’être tiré aux joueurs du Djoliba AC, à leur encadrement technique pour le colossal travail déjà abattu. Il en est de même pour le Ministère de la Jeunesse et des Sports, le Comité National Sportif et Olympique du Mali et la Fédération malienne de football dont les soutiens ont été déterminants dans la participation de nos clubs en compétitions africaines. Tous nos vœux de victoire accompagnent les locataires de Hérémakono !
Basile ESSO

SOURCE:  du   13 nov 2012.