Le ministre Hamèye Founè hier lors de sa visite à la presse malienne : “Merci aux Aigles du Mali d’offrir cette première victoire au peuple malien”

0

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Hamèye Founè était très heureux, après le premier match des Aigles du Mali face au Niger (un but à zéro), dimanche. Selon lui, il est très important de faire la première victoire d’une Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Il l’a dit, hier, lors de sa visite à la délégation de la presse et aux supporters, à l’hôtel Town Lodge, en face de la mer.

La délégation du ministre de la jeunesse et des sports, posant avec les journalistes et supporters à Port Elisabeth (Photo ABH)

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, Hamèye Founè a rendu, hier matin, une visite de courtoisie aux journalistes et aux supporters dans leur hôtel. Il voulait s’enquérir de leurs conditions d’hébergement afin de prendre en compte toutes les doléances pour un bon séjour en terre sud-africaine. Il était accompagné par une forte délégation composée du vice-président du Comité national olympique et sportif, Tidiane Niambélé, du président de la Fédération Malienne de Football, Hammadoun Kola Cissé. Sans oublier le cabinet du département des sports.

D’entrée de jeu, le président de l’Union Nationale des Supporters des Aigles du Mali (UNASAM) Souleymane Diabaté a pris la parole pour féliciter le ministre Hamèye Founè pour la victoire des Aigles du Mali face au Niger. Il a ensuite présenté des doléances dont la prise en charge de certains supporters venus de différents pays pour soutenir l’équipe nationale. Parmi lesquels dix supporters de Maputo. “Monsieur le ministre, nous avons des inquiétudes par rapport à nos supporters. Nous avons d’abord le problème de transport pour aller au terrain avec nos supporters venus d’autres pays et leur billet d’entrée. Nous voulons qu’on trouve une solution à ces problèmes” a-t-il précisé.

En réponse, le ministre Hamèye précisera que c’est dans la difficulté  que le Mali participe cette année à la CAN. Il s’agit d’un budget très serré qu’il faut savoir gérer. C’est pourquoi, il a pris bonne note de ces doléances formulées par les supporters.

Le président de l’Association des Journalistes Sportifs du Mali (AJSM) Oumar Baba Traoré, après avoir félicité le ministre pour la victoire des Aigles, formulera à son tour certaines doléances. Il s’agit de la prise en charge de certains journalistes venus par leur propre moyen. Faut-il rappeler que le ministre à travers la Commission Ad-hoc avait octroyé deux places à l’AJSM et avait décidé de prendre en charge cinq autres journalistes une fois arrivés en Afrique du Sud. L’ORTM a bénéficié de deux places et une place pour l’Essor. Les deux places prises en charge sont revenues à la presse privée. Malgré tout, le ministre Hamèye Founè a pris l’engagement de faire de son mieux avec la Fédération Malienne de Football pour que les journalistes maliens puissent faire leur travail dans de meilleures conditions.

La visite du ministre des Sports s’est vite transformée en un mini-point de presse. Répondant à une question sur la victoire des Aigles du Mali, Hamèye Founè déclare : “C’est avec un sentiment de joie et de fierté que j’ai manifesté la victoire de notre équipe nationale. Je sais que le match a été très laborieux, mais finalement, nous avons pris les trois points. Je pense que c’est l’essentiel. Et il est très important de faire la première victoire d’une CAN. Je félicite les joueurs et leur encadrement pour avoir offert au peuple malien cette victoire. Je leur dis d’être concentré sur la CAN et d’oublier la crise au Mali”.

Cette victoire qui s’est déroulée dans une ambiance festive avec l’animation des supporters des Aigles du Mali, s’est terminée par une photo de famille pour immortaliser l’événement.

Alou B HAIDARA, envoyé spécial

S’il n’y avait pas Seydou …

S’exclame un journaliste Nigerien

Il sera très difficile pour les journalistes du Niger et même les officiels d’oublier le capitaine des Aigles du Mali, Seydou Kéîta, après le match du dimanche. Partout, c’est le nom de Seydoublen qui est sur toutes les lèvres.  “Vous avez une bonne équipe, mais Seydou joue un rôle très important. C’est un vrai leader. Je pense que s’il n’y avait pas  Seydou contre le Niger, le Mali allait avoir de sérieux problèmes. Ce joueur est partout pour organiser le jeu. Je pense que c’est aussi l’expérience qu’il est en train d’apporter aux jeunes. Félicitation pour les Aigles” nous a confié un journaliste du Niger.                                                        

ABH

Les coulisses de la can :

Le drapeau français dans les tribunes

Comme à Bamako, le drapeau français est bien visible en Afrique du Sud surtout lors du match contre le Mena du Niger. Certains supporters des Aigles du Mali faisaient flotter ce drapeau à la tribune. Une manière de saluer François Hollande pour l’intervention française pour libérer le Nord du Mali. Le ministre Hamèye Founè et le président de la Fédération, Hammadoun Kola Cissé ont interpellé le président des supporters, Souleymane Diabaté sur cette pratique dans le stade. Selon eux, il ne peut y avoir qu’un seul drapeau dans le stade. C’est celui du Mali.

Les Sud-Africains soutiennent le Mali

Les Sud-Africains étaient très nombreux, dimanche, au Stadium Port Elizabeth pour soutenir les Aigles du Mali. Ils étaient même munis de leur drapeau à côté des supporters des Aigles du début jusqu’à la fin de la rencontre. Même certains Ghanéens supportaient le Mali.

Pas de Maliens à Port Elizabeth

Il est très difficile de voir la peau noire à Port Elizabeth. On ne trouve que des blancs, des indous …. Selon un malien vivant en Afrique du Sud plus précisément à Johannesburg,  on ne trouve aucun malien à Port Elizabeth. Et ils sont seulement 400 maliens vivant en Afrique du Sud et la plupart se trouve à Johannesburg et Cape Town. A Port Elizabeth, on trouve des sénégalais, des somaliens, des malgaches ….

Silence de mort  

Les journalistes du Niger n’ont pas jusqu’à présent digéré la défaite de leur équipe face au Mali. Après le but de Seydoublen à la 84è minute, ce fut un silence de mort dans la tribune de presse, surtout du côté des journalistes nigériens. Pour eux, le Mena du Niger allait au moins faire un match nul à défaut d’une victoire, même s’ils reconnaissent la valeur de l’équipe malienne. Après le stade, même scenario  à l’hôtel Town Lodge où sont logés des journalistes maliens. Chacun cherchait sa chambre pour se coucher. Déjà, la plupart de la délégation du Niger pense rentrer au pays. Difficile de battre les deux autres formations à savoir le Ghana et la RD Congo.

500 000 FCFA et 650 000 FCFA

500 000 FCFA, c’est le montant que chaque supporter du Mena a perçus comme perdiem en venant en Afrique du Sud pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN). Sans compter la prise en charge. Selon des sources crédibles, ils sont une centaine de supporters à effectuer le déplacement. S’agissant des journalistes, chacun a perçu 650 000 FCFA. Et ils sont au nombre de 23 reporters sportifs pour couvrir l’événement. Cet argent est offert par l’Etat du Niger, qui a affrété deux avions spéciaux pour amener la délégation.

Bien hébergés

Le ministre de la Jeunesse et des Sports à travers la Commission ad-hoc a gâté les journalistes maliens et certains responsables des supporters. Ils sont bien logés et mangent très bien aussi. C’est à l’hôtel Town Logde considéré comme l’un des meilleurs de Port Elizabeth qu’ils sont hébergés avec des chambres très luxueuses, qui répondent à toutes les normes. Selon nos informations, la nuitée dans cet hôtel coûte 80 000 FCFA. C’est dire que les journalistes sont bien gâtés.

3 500 FCFA par heure pour se connecter

Comme disait l’autre, l’Afrique du Sud est l’un des pays les plus chers du monde. Chez Nelson Mandela, rien n’est gratuit. Dans les hôtels, il faut mettre la main à la poche pour se connecter à l’internet plus particulièrement le Wifi. A l’hôtel Town Lodge, il faut débourser près de 3 500 FCFA pour avoir une connexion d’une heure. Sinon, il faut se déplacer au Centre de presse au Stadium Nelson Mandela Bay pour envoyer ses éléments à la rédaction. Ce qui coûte dix fois plus cher en taxi que la connexion à 3500 FCFA. C’est pourquoi, la plupart des journalistes sont obligés de payer pour rester à l’hôtel. Ce qui demande d’énormes moyens.

Le taxi le plus cher

En Afrique du Sud, il est très rare de voir en circulation les taxis. Les gens ont leur propre véhicule pour se déplacer. Les taxis sont souvent utilisés par des étrangers. Raison pour laquelle, c’est très cher. Un cas pratique. Cinq journalistes maliens avec leur tête le président de l’AJSM, Oumar Baba Traoré, profitant de leur séjour à Johannesburg ont déboursé près de 75 000 FCFA en taxi, de l’aéroport au Centre d’accréditation  (environ 30 minutes). Cela en aller et retour. Ils étaient tout simplement ahuris.

Par  Alou B. Haïdara, envoyé spécial à Port Elisabeth

 737 millions Fcfa au champion d’Afrique  pour le vainqueur de la Can 2013

La CAF a communiqué les différentes dotations aux nations participantes à la CAN 2013. Et ce, selon leur mérite.

Le champion d’Afrique 2013 bénéficiera d’une enveloppe d’environ 737 millions de Frs Cfa soit 1 124 000 euro. Un chiffre un peu plus élevé que celui empoché par la Zambie, vainqueur de l’édition 2012.   Le finaliste malheureux lui s’en tirera avec environ 492 millions de Frs Cfa. Moins que la Côte d’Ivoire qui avait perçu 500 millions de Frs Cfa après avoir manqué la finale. Quant aux médaillés d’argent et de bronze, ils recevront une somme d’environ 367 millions de Frs Cfa.

La CAF a également communiqué les dotations de l’ensemble des participants à la compétition. Ainsi, les quart-finalistes se verront remettre des enveloppes pesant 295 millions de Frs Cfa environ soit un total de 1 million 180 mille Frs Cfa pour les quatre éliminés à ce niveau du tournoi. Les troisièmes de chaque groupe auront près de 245 millions de Frs Cfa chacun quand les quatrièmes repartiront à la maison avant les autres avec près de 197 millions de Frs Cfa.   La CAF a confirmé l’information peu avant l’ouverture de la compétition avec les oppositions du groupe A.                                                         CAF

PARTAGER