Le sacre de la Côte d’Ivoire à la CAN 2015 : Quand le football devient une affaire d’Etat !

0
Le sacre de la Côte d'Ivoire à la CAN 2015 : Quand le football devient une affaire d'Etat !
Le président Alassane Ouattara posant avec le Capitaine des Eléphants

Le show s’est ensuite poursuivi jusqu’au soir au Stade Félix Houphouët Boigny avec la prestation de plusieurs artistes ivoiriens. Ce fut une véritable récupération politique pour Alassane Ouattara. Cela démontre tout simplement que le football est devenu maintenant une affaire d’Etat pour les hommes politiques et chefs d’Etat en poste.

a participation des Eléphants de la Côte d’Ivoire à la 30ème édition de la Coupe d’Afrique des Nations (CAN) avait créé beaucoup de polémiques entre la Fédération Ivoirienne de Football et le ministère des Sports de la Côte d’Ivoire à travers des débats télévisés sur la RTI.  La raison était très simple. Si la Fédération Ivoirienne de Football (FIF) avait proposé un budget de 3,5 milliards de FCFA pour la préparation et la participation des Eléphants à ce grand rendez-vous du football africain, le département des sports avait estimé que cette enveloppe est exorbitante. Aussi, avait-il proposé seulement 350 millions de FCFA. Il a fallu l’implication personnelle du Président de la République, Alassane Dramane Ouattara, pour que cette affaire puisse être dénouée. Pour lui,  les Eléphants doivent être dans les meilleures conditions possibles pour défendre le drapeau ivoirien.

Ce n’est pas tout. Le sélectionneur ivoirien, Hervé Renard, après une qualification difficile à la phase finale de cette CAN suite au match nul face aux Lions Indomptables du Cameroun, à Abidjan, a toujours été  au centre des critiques  souvent sévères des journalistes. C’est dire donc que c’est  dans des conditions défavorables que les Eléphants ont pris la route  de la Guinée Equatoriale pour la CAN. Se trouvant dans une poule dite de la “mort”  constituée des Aigles du Mali, des Lions Indomptables du Cameroun et du Syli National de la Guinée Conakry,  la Côte d’Ivoire a eu de la peine pour convaincre ses supporters lors de ses deux premières rencontres, d’abord face à la Guinée Conakry (1 but partout) et le Mali (1 but partout).

Les journalistes ivoiriens présents à Malabo ne cessaient de critiquer Hervé Renard à chaque conférence de presse d’après-match. Pour eux, la Côte d’Ivoire n’a pas une équipe capable de défendre le drapeau ivoirien. Et certains n’hésitaient pas à réclamer l’ancien capitaine Didier Drogba.

Dans les vestiaires, c’était très souvent des discussions orageuses entre le sélectionneur Hervé Renard et les joueurs, souvent mécontents de son choix. Du coup, le Président Alassane Ouattara a dépêché le président de l’Assemblée Nationale, Guillaume Soro, pour encourager et soutenir les Eléphants à Malabo. Celui-ci était toujours présent aux côtés de Yaya Touré et ses coéquipiers à chaque match. A Malabo, il avait déclaré à la presse que “cette coupe ira en Côte d’Ivoire”.  Il a fallu attendre le 3ème match contre les Lions Indomptables du Cameroun pour que les Eléphants montrent un autre visage. Une victoire d’un but à zéro (but de Max Alain Gradel) a suffi à la Côte d’Ivoire pour décrocher son ticket synonyme de qualification pour les quarts de finale où ils ont battus l’Algérie (3 buts à 1) puis la RD Congo en demi-finales sur le même score. C’est en ce moment que beaucoup d’observateurs ont pris au sérieux la Côte d’Ivoire. Heureusement, elle a remporté son deuxième trophée de la CAN en battant le Ghana (9-8, après des séries de tirs au but) après 23 ans.

Cette belle victoire a été bien accueillie par les populations ivoiriennes. Le Président Ouattara a été la première personne à féliciter l’équipe, après avoir fait le tour de la capitale dans sa voiture durant  toute la nuit du dimanche. Il s’est déplacé, hier, à l’Aéroport pour accueillir la délégation ivoirienne en provenance de la Guinée Equatoriale. Ensuite, il s’est rendu au Stade Félix Houphouët Boigny en compagnie des joueurs et de l’encadrement technique. Le Chef de l’Etat et le capitaine des Eléphants Yaya Touré ont fait le tour du stade dans un tonnerre d’applaudissements des supporters des Eléphants venus en grand nombre. Au total, ce fut une véritable récupération politique pour Alassane Ouattara. Il a gagné beaucoup de points à travers ce sacre ivoirien.  En l’espace de vingt-quatre heures, les Ivoiriens ont soufflé dans la trompette.

ABH

 

PARTAGER