Les raisons du clash entre Kola Cissé et les Rénovateurs du football malien : Et si le ridicule peut tuer……..

0
1

Deux ans et quatre mois après les assises de Tombouctou de 2009 qui a vu leur arrivée à la fédération malienne de football, les amis d’hier à savoir Kola Cissé et les Rénovateurs du football malien, sont devenus subitement  des ennemis jurés depuis le 12 novembre 2011. Ce clash entre les amis d’hier  ne doit surprendre personne tant les divergences de vue étaient profondes car votre fidèle serviteur avait prédit cela où il était présent à Tombouctou.  En effet les  vraies raisons de cette  séparation douloureuse  ne sont ni moins ni plus que le contrôle total et entier de la fédération malienne de football.

L’histoire a enfin donné raison à tous ceux qui avaient estimé que l’arrivée des Rénovateurs du football malien à la fédération malienne de football est une erreur et que cela risque d’affecter dangereusement l’avenir de notre sport roi.  Ainsi après deux ans et quatre mois de gestion commune des affaires c’est une rupture totale entre les amis d’hier à savoir Kola et les Rénovateurs  d’où une certaine instabilité au niveau du football malien. Pourtant tous les amoureux du ballon rond avaient cru à un nouveau départ de notre football suite aux différents soubresauts s que l’équipe de Salif Keïta a subi durant tout son mandat. Aujourd’hui deux ans et quatre mois après les assises de Tombouctou, on a compris que les Rénovateurs sont venus pour se partager l’importante manne financière que génère le football moderne et non pour le développement de la discipline en question.

Le contrôle total et entier de la fédération  en ligne de mire

 Pour ce faire il faudrait coûte que coûte avoir le contrôle total et entier de la fédération malienne de football.  Ainsi en décidant de soutenir Kola Cissé lors des assises de Tombouctou de 2009, les Rénovateurs du football malien n’avaient qu’une seule idée en tête à savoir prendre la présidence en 3 mois. En effet il n’est un secret pour personne du moins dans le milieu sportif malien que des informations soient disant  tirées de sources médicales, avaient fait croire que Kola Cissé (malade à l’époque) n’avait que 3 mois pour vivre. Et que si cette situation se produisait, les Rénovateurs allaient avoir une mainmise totale sur toutes les affaires juteuses de la fédération car c’est de ça qu’il s’agit en réalité. Ce qui explique d’ailleurs la nomination de Boukary Sidibé à la première vice-présidence du comité exécutif de la fédération malienne de football. Ce qui expliquait certainement les propos de ces Rénovateurs lors de la campagne de 2009 qu’il est temps de tourner la page des vieux (faisant référence aux deux autres candidats Baba Diarra et Moussa Konaté).  Voyant que Kola continue de se porter de mieux en mieux et sa mainmise totale sur le bureau fédéral, les  Rénovateurs pressés certainement de venir aux commandes ne savaient  plus à quel saint sportif se vouer. C’est ainsi qu’ils vont profiter de l’élection de la ligue de football de Bamako pour sortir à nouveau leur plan machiavélique de déstabilisation.  C’est ainsi qu’ils vont chercher Sékou Diogo Keïta (en disgrâce avec Kola tout simplement ce dernier ne l’a pas soutenu dans sa tentative de s’approprier le CSK) pour se présenter contre Boubacar Monzon Traoré pour la présidence de la ligue. Là aussi ils vont échouer car leur poulain sera sèchement battu d’où un deuxième échec patent. Malgré tout les Rénovateurs ne  s’avouent  pas vaincus et vont une fois de plus profité de la décision de la commission centrale de recours po ur attaquer de nouveau leur ami d’hier à savoir Kola.  Face à l’ampleur des crises, le président de la fédération va convoquer un conseil ordinaire pour en finir définitivement avec ces amis d’hier devenus de plus en plus encombrants. C’est ainsi que sur proposition de Kola, 45 sur 51 délégués des ligues et des clubs ont décidé de les  renvoyé  proprement du bureau fédéral le 12 novembre 2011.

Et enfin le ridicule qui ne tue plus

Humiliés et ne sachant à quel saint diable se vouer, les Rénovateurs tombent dans les commérages, les diffamations mensongères et les délations. Ainsi certaines personnes indignes de leurs races seront mises à contribution pour servir de paravent à leurs plans machiavéliques et diaboliques. C’est dans cet ordre d’idée que votre fidèle serviteur sera accusé d’avoir perçu 400.000 FCFA de  Kola Cissé  suite à notre article paru le 16 novembre 2011 où nous titrions « 40e édition de l’assemblée générale de la FEMAFOOT : Hammadoun Kola Cissé renvoie les frondeurs à leurs études primaires ».  Pourtant s’il existe des biens faits du président de la fédération c’est bel et bien eux et que dans ce pays on sait qui est qui. C’est ainsi qu’ils ont organisé une marche pacifique pour dit-ils sauver le football malien le 8 décembre 2011. A les croire le président Kola viole au quotidien les textes régissant la pratique du football. Ils  reprochent au président de la fédération son manque de neutralité et trafic d’influence lors de l’assemblée générale élective de la ligue de Bamako,  son refus de notifier les décisions rendues par la commission centrale de recours, de la dissolution illégale de cette même commission, de l’irrégularité de la convocation de l’assemblée générale ordinaire des 11 et 12 novembre 2011, de la révocation illégale de certains membres du comité exécutif de la FEMAFOOT élus au même titre que lui et enfin du refus de transmettre à la FIFA les requêtes en annulation auprès de son secrétaire général.  On pouvait les croire réellement s’ils n’avaient pas à leur tour soutenu le candidat Sékou Diogo Keïta et que s’ils avaient été élu tous à Tombouctou le 12 juillet 2009. Tout le monde est au courant qu’il n y a pas eu d’élection à Tombouctou après les retraits de Baba Diarra et de Moussa Konaté. Pourquoi n’ont –ils rallié Kola à Tombouctou ? Ce n’est pas aujourd’hui qu’ils ont été renvoyés du bureau fédéral qu’ils veulent faire croire que les textes sont violés. Et justement c’est parce que les textes ont été violés à Tombouctou en 2009 qu’ils sont devenus membres de la fédération. En réalité tout ce tintamarre est uniquement du fait qu’ils seront désormais sevrés de ces importantes sommes d’argent que génère la fédération. La preuve est là pour confirmer cela car selon un rapport d’audit publié dans les Echos dans leur parution du 7 décembre 2011, que les 14 mois d’entretien des 4 petites toilettes de la fédération a coûté 60,2millions de francs CFA, que les travaux d’impressions, la location de voiture pour officiel et le carburant ont coûté respectivement 14,1 millions de FCFA, 10,6 millions de FCFA, 43,3 millions de FCFA et 87,8 millions de FCFA. Quant au déplacement des équipes pendant le championnat, le montant chiffré est de 113 millions de FCFA.  Mais c’est que le rapport d’audit  ne révèle pas  c’est le montant dépensé concernant  les billets d’avion des joueurs professionnels de nos différentes équipes nationales (Seniors,  Espoirs, Juniors, Cadets) et surtout la manière dont le marché de la restauration des équipes nationales avait été retiré à Kado au profit d’une parente de l’un des renvoyés. Ce qui est troublant  et insultant c’est que ces sommes ont été dépensés au moment où les Renvoyés étaient membres de la fédération c’est-à-dire en parfaite complicité avec Kola. S’il y a réellement  malversations financières  tous ces renvoyés du 12 novembre 2011 doivent couler avec le président de la fédération malienne de football. 

Sadou Bocoum

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.