Ligue de football du District : Tout va bien sauf à la J. A.

0

Boubacar Monzon Traoré - saufActualité oblige, la crise qui secoue actuellement la Vieille Dame a été le plat de résistance de la rencontre entre le patron de la ligue du District et la presse. L’affaire inquiète Boubacar Monzon Traoré

Le président de la ligue de football du District, Boubacar Monzon Traoré était face aux journalistes hier pour la traditionnelle conférence de presse annuelle de l’instance dirigeante du football de la capitale. Actualité oblige, la crise qui secoue la Jeanne d’Arc (J. A.) depuis plusieurs semaines, à savoir l’élection de deux présidents à la tête du comité directeur du club, a été l’un des plats de résistance de la rencontre.

«Nous sommes au courant de ce qui se passe en ce moment à la J. A. et je dois dire que nous sommes très inquiets pour ce club», dira le président de la ligue du District. Cette crise, ajoutera Boubacar Monzon Traoré, interpelle tout le monde parce qu’elle menace l’existence même de la J. A. «Nous ne voulons pas que ce qui est arrivé à un grand club de ce pays avec les conséquences que l’on sait, arrive à la J. A.

Cette équipe ne mérite pas ça», poursuivra le conférencier, avant d’indiquer la ligue de football du District se penchera sur le dossier dans les prochains jours. Concrètement, précisera Boubacar Monzon Traoré, «la ligue va rencontrer les deux parties (Seydina Oumar Sow et Salaha Baby, ndlr) et fera tout pour les concilier». «C’est un devoir pour la ligue d’intercéder, on ne peut pas rester indifférent à cette crise», conclura le conférencier.

A part cette affaire de la J. A. qui empoisonne l’atmosphère au sein de la planète foot du Mali, tout va bien du côté de la ligue. Lors de l’exercice écoulé, soulignera Boubacar Monzon Traoré, «toutes nos compétitions se sont déroulées normalement et cinq clubs de notre ligue ont occupé les cinq premières places du classement du championnat national». Dans les compétitions africaines, le bilan n’a pas été à la hauteur des attentes de la ligue, mais il y a des motifs de satisfaction, dira le président de la ligue.

Sur le plan national, le premier responsable de la ligue insistera notamment sur les compétitions de catégorie d’âge (minimes, cadets et juniors) et le championnat de D2 qui constituent les tournois phares de l’instance dirigeante du football de la capitale. «Nous accordons une grande importance aux compétitions des jeunes, celles-ci doivent être organisées quel qu’en soit le prix», répétera le conférencier qui se réjouit également de l’engouement suscité cette année par le championnat de D2.

Pour Boubacar Monzon Traoré s’explique par le fait que la ligue a décidé cette année d’organiser les matches du championnat de D2 au stade Mamadou Konaté et au stade Ouezzin Coulibaly. «Cette innovation a donné une nouvelle dimension au championnat de D2, assure Boubacar Monzon Traoré. Non seulement le niveau technique des équipes s’est amélioré, mais les matches suscitent également beaucoup d’engouement chez les supporters. La preuve, à part les matches du Djoliba et du Stade malien, nous faisons toujours des recettes supérieures à celles du championnat national de première Division».

Quid des relations entre la ligue du District et le nouveau comité exécutif de la Fédération malienne de football ? «Il n y a aucun problème entre la nouvelle équipe dirigeante de la fédération et la ligue. De toutes les façons, nous sommes condamnés à travailler ensemble», répondra Boubacar Monzon Traoré.

Mais le président de l’instance dirigeante du football du District semble quelque peu surpris du fait que jusque-là, il n y a eu aucune rencontre officielle entre les deux parties d’où cette interrogation : «peut-être qu’ils (Boubacar Baba Diarra et son équipe, ndlr) ne sont pas encore totalement installés».

S. B. TOUNKARA

PARTAGER