Mahamane Traoré : “Effacer l’échec de la CAN 2010”

0
1

 Il n’a que 23 ans mais Mahamane Traoré est ambitieux. L’ancien capitaine des Aiglons s’est désormais fait sa place dans la sélection du Mali, qui prépare la CAN 2012. Et le milieu de terrain, prêté par l’OGC Nice au FC Metz, attend avec impatience l’occasion d’effacer l’échec de l’édition 2010 en Angola. Entretien exclusif avec Afrik-foot.

Afrik-foot : Mahamane, comment vous sentez-vous à quelques encablures de la CAN 2012 ?
Mahamane Traoré : J’ai hâte d’y être. Comme en 2010. J’ai vraiment hâte. Et surtout, j’ai envie d’aller plus loin.

Justement, vous avez digéré la déception de la CAN 2010 ?
Non, notre élimination, au premier tour, n’est pas totalement digérée. 2010, cela reste un échec. On n’a pas fait ce qu’il fallait : après le 4-4 initial contre l’Angola, on a battu le Malawi (3-1) mais, entre temps, on a perdu contre l’Algérie (0-1), un match qu’on devait gagner. On a dominé mais on n’a pas gagné… Le Mali est toujours une bonne équipe sur le papier mais on n’arrive pas à se mettre au niveau du côté des résultats. En 2010, on devait passer. Cette année, il faudra tout mettre pour passer au second tour.

Au final, que peuvent viser les Aigles au Gabon et en Guinée équatoriale ?
Aller le plus loin possible. Passer au second, c’est un minimum : on ne peut pas rester sur l’échec de 2010. La finale ou la victoire, ce serait génial mais on n’a pas un groupe facile. Tout le monde, au Mali, rêve de remporter cette CAN.

Que vous inspire votre poule (Ghana, Botswana, Mali, Guinée) ?
Je l’ai dit : ce ne sera pas facile. Le Botswana est une inconnue mais si cette équipe est là, c’est qu’elle le mérite. Le Ghana restera toujours le Ghana, c’est-à-dire une grosse équipe, finaliste de la CAN 2010 et quart de finaliste de la Coupe du monde. Quant à la Guinée, il ne faut pas oublier qu’ils ont battu le Nigeria et qu’ils ont terminé premiers de leur groupe. C’est un groupe difficile et il ne faudra s’attendre à aucune facilité.

Quels sont les forces de cette équipe du Mali ?
Mentalement, on est solides. Très solides. Techniquement, on est bons. Physiquement aussi. Ecoutez, je pense qu’on a vraiment un groupe équilibré qui peut nous emmener loin. Même si on a du mal à gagner à l’extérieur. Mais bon, à la CAN, tout le monde est à l’extérieur… (rires)

L’absence de joueurs d’expérience comme Kanouté peut-elle vous nuire ?
Bien sûr qu’un joueur du calibre de Frédéric Kanouté va nous manquer. Il faisait beaucoup de bien à l’équipe. Il nous donnait des conseils. Sa retraite est une décision personnelle : on restait sur deux échecs à la CAN. Il a ses raisons…

Une équipe vous fait-elle peur dans cette compétition ?
Non. La Côte d’Ivoire a le potentiel pour être en finale mais il y a aussi le Sénégal ou la Guinée… Toutes les équipes qui sont là le méritent. Si on est à la CAN, c’est qu’on est bon.

Comment expliquez-vous l’échec des grosses sélections comme l’Egypte ou le Cameroun ?
Le football évolue. Il n’y a plus de petites équipes. Le Botswana, par exemple, était la première équipe du continent qualifiée pour 2012. Nous, nous avons eu du mal face au Cap Vert… Une équipe, ce n’est pas que des noms.

Source: afrik.com – 06/01/2012

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.