Maitre Alioune Badara Traoré sacré meilleur arbitre du tournoi de paris

0
1

C’est une nouvelle consécration et pas des moindres pour le taekwondo malien. Le 11 décembre dernier, notre compatriote Alioune Badara Traoré a été sacré Meilleur arbitre de la 9è édition du Tournoi international de Paris.  

Alioune Badara Traoré l’actuel Directeur technique national (DTN) de la Fédération malienne de taekwondo (FEMAT)

L’actuel Directeur technique national (DTN) de la Fédération malienne de taekwondo (FEMAT) qui participait au tournoi pour la première fois, a été élu parmi une centaine d’arbitres (83 pour être précis) venus d’Europe, d’Asie, d’Amérique et d’Afrique (notre continent était représenté par seulement deux arbitres, Maître Alioune Badara Traoré et un Ivoirien). « C’est un honneur et une fierté pour moi d’être le premier arbitre de mon pays à remporter cette distinction. Je dédie ce trophée à l’ensemble des pratiquants de taekwondo du Mali, à la Fédération malienne de taekwondo et à tous les Maliens », a déclaré Maître Alioune Badara Traoré, ceinture noire, 6è Dan. L’arbitre international malien ajoutera que ce nouveau trophée prouve une fois de plus que le taekwondo malien regorge de potentialités qui ont juste besoin d’un petit accompagnement pour s’exprimer pleinement sur l’échiquier international.

Sélectionné pour les éliminatoires européennes des Jeux olympiques de Londres 2012, les prochains Championnats du monde et les Championnats du monde francophone, Maître Alioune Badara Traoré a, il convient de le souligner, effectuer le voyage de Paris à ses propres frais. La note est un peu salée, mais l’arbitre international malien (le Mali compte 19 arbitres internationaux) ne regrette rien. Au contraire, il est fier d’avoir permis à notre pays de participer pour la première fois au prestigieux tournoi et porter haut le drapeau national à Paris. « Il faut toujours s’attacher à ce que l’on fait, le faire avec sérieux et y croire », dit-il avec philosophie. Âgé aujourd’hui de 49 ans (il est né en 1962 à Ké-Macina), Maître Alioune Badara Traoré a commencé sa carrière en 1977 avec feu Maître Salia Tounkara. Le jeune combattant était alors élève en série « Technique industrie (TI) » au Lycée technique de Bamako. C’est sous la houlette de ce regretté Grand Maître que Me Traoré fera toute sa carrière, passant sa ceinture noire 1er dan en 1982. Le Bac TI en poche, Me Traoré part en Union des Républiques Socialistes Soviétiques (ex-URSS), précisément à Leningrad, actuel Saint Petersbourg pour des études supérieures puis post-supérieures en informatique.

Premier Directeur technique national (DTN) de la Fédération de taekwondo de Léningrad, Maître Alioune contribue à l’implantation, au développement et à l’expansion de ce sport et finira même par former dans cette discipline les services de police de la ville. En 1995, il rentre au bercail et crée Nangui-Club un an plus tard. En 1999, il est nommé Directeur technique national de la Fédération malienne de Taekwondo (FEMAT). Commencent alors des années de labeur pour cette commission qui s’était fixé comme objectif de restructurer et de moderniser la pratique de la discipline au Mali sous l’œil vigilant des grands maîtres Bakary Diawara dit Yankee, Alfousseyni Diarra, Ali Guindo et Cheick Kéita. En 2007, Me Traoré obtient une bourse du Comité national olympique et sportif (CNOS) pour le centre 3è (European Education for Excellence–Center for Interdisciplinary Studies) de Lausaune en Suisse où il fait une formation pour sportifs d’élite en sciences appliquées au sport avec production d’un mémoire de fin de cycle. Médaillé d’honneur de la Fédération mondiale de taekwondo (WTF), Me Alioune Badara Traoré a également reçu la Distinction d’honneur de l’équipe nationale de démonstration de taekwondo de la République de Corée du Sud et le prix d’excellence 3E 2011 dans la catégorie « développement personnel ». Depuis le 11 décembre dernier, Maître Alioune Badara Traoré a un nouveau trophée dans sa vitrine : celui du Meilleur arbitre du Tournoi de Paris.

 

NB - L'auteur de cet article est seul responsable de son contenu.